Publicité

5 février 2021 - 12:00

Il estime que beaucoup de désinformation a circulé dans les derniers jours

Transport en commun: le maire de Salaberry-de-Valleyfield répond aux inquiétudes

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Quelques jours après la mise en place d'un nouveau service de transport par autobus sur le territoire de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, le maire Miguel Lemieux a tenu à apporter quelques précisions. Il estime qu'une mise au point est nécessaire après avoir constaté toute la désinformation qui a été site sur le sujet. 

« Plusieurs groupes ou personnes ont tenté d’induire la population en erreur en laissant sous-entendre que notre nouveau service de transport par autobus couvrirait moins de territoire, coûterait plus cher ou pire, que le trajet Valleyfield-Beauharnois ne serait plus du tout couvert. Tout cela est faux», précise-t-il d'entrée de jeu.  

Il ajoute que comme de nombreuses autres villes et MRC du Québec, Salaberry-de-Valleyfield a choisi de développer son propre système, car le service offert par exo était devenu beaucoup trop coûteux et mal adapté aux besoins des usagers. Cela avait pour conséquence que les contribuables devaient payer un contrat et des tarifs gonflés et le conseil municipal voulait y remédier, image-t-il. 

Un trajet maintenu entre Beauharnois et Valleyfield

L'une des inquiétudes soulevées lors de l'annonce du changement de transporteur a été la disparition probable du trajet entre les Villes de Beauharnois et de Salaberry-de-Valleyfield. Est-ce que ce circuit est maintenu? Le premier magistrat est catégorique: « Oui! La différence est qu’il sera désormais opéré par Transbus et non plus par exo. Les autobus seront plus petits afin d’éviter que d’énormes autobus de 50 places roulent à vide sur notre territoire. La moyenne d’usagers par trajet est de 3, avec des pointes à 7 ou 8. Cette option est plus écologique et plus économique. En outre, rien ne serait plus facile que d’ajouter plus de places disponibles si certains départs devenaient plus achalandés. Nous avons maintenant l’option de le faire à la pièce, seulement lorsque c’est nécessaire.»

Le maire se veut aussi rassurant quant au fait qu'aucun territoire ne cessera d'être desservi. Les mêmes arrêts sont conservés. 

Un tarif augmenté? 

L'arrivée d'un nouveau transporteur fera-t-il grimper les tarifs pour les usagers? «  Absolument pas! Le trajet Valleyfield-Angrignon coûtera exactement la même chose, même en additionnant les deux billets. Pour le trajet Valleyfield-Beauharnois, celui pour lequel nous avons pris le contrôle, les baisses de tarifs seront d’une grande ampleur, allant jusqu’à 63 %. Ainsi, la passe mensuelle tombera de 140 $ (prix avec exo) à 62 $ (prix avec notre nouveau service). Quelqu’un qui achète une passe par mois économisera donc 936 $ par année. La passe pour les étudiants et les 65 ans et plus diminuera de 50, 50 $. Un étudiant du CÉGEP qui prendrait 10 passes pour faire le trajet Beauharnois-Valleyfield économiserait donc 505 $ par année. En outre, un aller simple au tarif étudiant coûtera 1,50 $ au lieu de 4 $ avec les anciens tarifs d’exo. Nous sommes presque rendus à la gratuité pour ces deux clientèles.»

Un trajet plus long pour ceux qui n'arrêtent pas à Beauharnois

Autre préoccupation, est-ce que la durée du trajet augmentera pour les usagers qui n'arrêtent pas à Beauharnois« Non. Les départs et arrivées sont synchronisés avec ceux d’exo pour que les usagers n’aient qu’à changer d’autobus. Une opération qui prendra quelques secondes, peut-être une minute. Les autobus d’exo sont parfois en retard et certains problèmes sont survenus pour cette raison. Les chauffeurs de Transbus ont depuis reçu des instructions pour que les usagers n’aient pas à quitter l’autobus tant que la correspondance d’exo n’est pas arrivée. Le changement n’est en rien responsable de ces délais, car en demeurant avec exo, les usagers aurait été victimes du même retard. Si, pour une raison ou une autre, c’est notre service qui arrivait en retard et manquait la correspondance, nous conduirions les usagers directement à Angrignon (ou à Châteauguay si certains devaient y descendre). »

Un horaire de départ en place pour rester? 

À cette question, le maire répond par la négative. « Malgré nos demandes formulées depuis le mois de juin, nous n’avons pas pu obtenir de données de la part de l’ARTM, l’agence qui octroie les contrats à exo. Nous avons donc bâti l’horaire de départ en fonction des commentaires recueillis auprès des chauffeurs. Nous allons réajuster l’horaire de façon hebdomadaire jusqu’à ce que nous trouvions la meilleure formule. La Société de transport de Salaberry-de-Valleyfield (STSV) est d’ailleurs en contact étroit avec les utilisateurs pour déterminer les heures de départs les mieux adaptées. Nous invitons d’ailleurs tous ceux qui souhaiteraient proposer une modification à communiquer avec la STSV. Notre objectif est de sortir de ce modèle où entre 40 % et 50 % des départs affichent 0 ou un seul passager à bord.» 

Enfin, le maire aborde les avantages à développer son propre service de transport en commun, outre que la baisse importante des tarifs. « Un de ces avantages est de nous permettre de créer des lignes directes vers des secteurs qui ne sont pas encore desservis. Nous commencerons par le parc industriel et nous viserons ensuite le REM. Des annonces en ce sens sont à venir! », conclut-il. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.