Publicité
25 septembre 2019 - 06:00

Entente adoptée à 94 % chez les préposé-es au péage de l'autoroute 30

Augmentation salariale de près de 21 % pour les employés du poste de péage de la 30

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

C'est entre autres, une augmentation de salaire de près de 21 % sur cinq ans et demi, que les préposés au péage de l'autoroute 30 ont entériné à 94 % l'entente de principe intervenue le 2 août dernier avec leur employeur, A30 Express.

Cette augmentation s'accompagne d'un bonus de signature selon la durée de service, soit 100 $ pour les personnes embauchées depuis moins de neuf mois, 250 $ pour les personnes dont la durée d'emploi varie entre 9 et 18 mois et 600 $ pour celles qui cumulent 18 mois et plus d'ancienneté.

De plus, les employés ont également obtenu de nouvelles primes, dont celle de fin de semaine de 1,25 $ et celle pour la formation de 1 $. La prime de nuit, quant à elle, passe de 1 $ à 1,25 $. Lorsqu'ils travailleront 8 heures dans la journée, ils pourront bénéficier d'une période de repas payée de 45 minutes. Le montant alloué pour le repas pris durant des heures supplémentaires sera pour sa part augmenté de 10 $ à 12 $.

« Nous nous réjouissons de l'adoption de ce règlement qui nous permet de réaliser plusieurs avancées notoires sur de nombreux aspects de la convention. Cette entente confirme que nous avions raison de nous battre pour de meilleures conditions de travail. Nous avons cru en notre lutte et, aujourd'hui, nous en récoltons les fruits », a souligné d'entrée de jeu le président du syndicat, Alain Courtemanche.

Les préposés au péage de A30 express ont aussi réussi à avoir une quatrième semaine de vacances après sept ans au lieu de huit, un jour férié supplémentaire le lendemain de Noël à partir de décembre 2021 ainsi que d'autres améliorations des congés sociaux et personnels. Ils sont également assurés du maintien de neuf postes permanents au sein de leur équipe pour la durée de la convention.

« Grâce à leur détermination, les travailleuses et travailleurs sont allés chercher des gains appréciables et la reconnaissance concrète qu'ils réclamaient pour les conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent. Nous sommes très heureux qu'ils aient réussi à tirer leur épingle du jeu dans cette négociation et à se faire respecter », a conclu Jean-Pierre Bourgault, vice-président et trésorier de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN).

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.