Publicité

24 septembre 2021 - 09:00 | Mis à jour : 10:56

Entrevue avec l'ex-numéro 44 des Canadiens de Montréal

« Si l'histoire de Jonathan Drouin peut sauver une personne aujourd’hui, il a fait sa job », Stéphane Richer

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Rencontré plus tôt cette semaine lors d’un événement caritatif dans la région de Vaudreuil-Soulanges, l’ex-numéro 44 des Canadiens de Montréal, Stéphane Richer a accepté de s’entretenir en entrevue vidéo avec Néomédia sur un sujet qui lui tient à coeur: l’anxiété dans le monde du sport professionnel.

Rappelons qu’en début de semaine, Jonathan Drouin, joueur actuel des Canadiens de Montréal a accordé des entrevues à des médias sportifs nationaux pour faire le point sur sa situation personnelle. En avril dernier, il mettait sa carrière sur pause afin de régler des problèmes d’anxiété avec lesquels il composait depuis déjà de nombreuses années.

En plus de survoler le cas de Jonathan Drouin, Stéphane Richer revient sur ses propres problèmes il y a trente ans. « Je suis content que Jonathan ait parlé de ça, j’espère que ça aidera d’autres québécois. Je suis content que le Canadien l’ait aidé et lui ait donné la chance de respirer et de se retirer. Si son histoire à lui peut sauver une personne aujourd’hui, il vient de faire sa job. »

Estime-t-il qu’il y a eu une évolution dans les mentalités quant aux problèmes de santé mentale ou d’anxiété? « Non, ça fait trois quatre ans que je propose aux Canadiens d’aider les joueurs à gérer la pression de jouer à Montréal. La pression dans ce marché est énorme et si tu ne l’as pas vécu, tu ne sais pas c’est quoi. »

Découvrez l’entièreté de notre entretien avec Stéphane Richer en visionnant l’entrevue ci-dessus.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.