Publicité

16 avril 2021 - 13:30

Trois clubs de golf de la région témoignent

Une saison de golf 2021 qui promet d’être achalandée sur les verts

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Même si les clubs de golf ont ouvert officiellement ce jeudi 15 avril pour la saison 2021, celle-ci s’annonce exceptionnelle selon trois clubs de la région du Suroît.  Le Club de golf Saint-Zotique de même que ceux de Saint-Anicet et Salaberry-de-Valleyfield arrivent au même constat: les golfeurs seront sans contredit au rendez-vous sur les verts cette saison.

« Ce sera une excellente saison. Au niveau de mes membership et de mes forfaits golf, c’est déjà complet. Les gens seront au rendez-vous puisque ce sera pas mal une des seules activités à faire en raison du contexte actuel », témoigne Manon St-Denis, gérante du Club de golf Saint-Zotique depuis 12 ans.

Si il y a quelques années, le golf avait perdu son pouvoir d’attraction auprès des 20-30-40 ans, ce ne serait plus le cas aujourd’hui, selon Mme St-Denis. « On remarque une clientèle plus jeune qui découvre ou redécouvre ce loisir en famille. L’an passé, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu autant de gens venir jouer au golf. Cette année, ce sera la même chose, mais que les amateurs soient rassurés, on se garde toujours de la place pour les accueillir », lance-t-elle.

Chaque année, des golfeurs d’un peu partout dans la grande région de Montréal foulent les verts du Club de golf Saint-Zotique. « À date, nous avons le même nombre de membres que l’an passé, mais pour la première fois depuis que je suis ici, on a une liste d’attente », image-t-elle.

Même son de cloche à Salaberry-de-Valleyfield

Contacté par Néomédia, Aurel Cuerrier, directeur des opérations au Club de golf de Salaberry-de-Valleyfield en vient à la même conclusion, soit celle que cette industrie va bien actuellement.

« Ce n’est pas juste à Salaberry-de-Valleyfield, mais ailleurs dans la région du Suroît aussi. Plusieurs clubs affichent complet et ne prennent plus de membres. C’est un beau problème. Depuis le début de la crise, on ne peut plus faire beaucoup de loisirs, alors on dirait que plusieurs se sont rabattus sur le golf. Nous avons arrêté de vendre des abonnements avant les Fêtes 2020 », mentionne-t-il, confirmant par le fait même la tendance évoquée par Mme St-Denis.

Hier, pour la première journée de la saison, le 15 avril, l’endroit affichait déjà complet. La salle à manger du restaurant demeure fermée pour le moment, mais la cuisine est ouverte en formule pour apporter pour les joueurs intéressés.

« La majorité de nos joueurs proviennent de Salaberry-de-Valleyfield, mais d’autres arrivent de Châteauguay, de la Rive Nord de Montréal ou encore de Vaudreuil-Soulanges. Je suis dans l’industrie du golf depuis 30 ans et je n’ai jamais eu a refuser des gens qui voulaient venir jouer, mais cette année, c’est le cas », poursuit-il.

Notons que dès les premiers mois suivants l’arrivée de la COVID-19, le Club de golf Valleyfield a mis en place un système pour éviter la propagation de la maladie. « On a installé un système manuel pour sortir sa balle du trou qui fait en sorte que le joueur ne touche pas au fanion. Ça limite les risques, mais l’an passé, nous n’avons eu aucun cas chez nos membres. »

A-t-il aussi noté une hausse de la popularité du golf chez les plus jeunes? « En effet, on croise plus de jeunes qui s’initient à ce sport ou qui y jouent au niveau intermédiaire comme dans le bon vieux temps. Quand j’avais 18 ans, je partais souvent avec trois de mes amis pour faire une partie. On voyait moins ça depuis quelques années, mais en 2020, ça a été le cas et ça risque de l’être aussi en 2021 », conclut-il.

Une pénurie d’équipements à prévoir?

Du côté du Club de golf de Saint-Anicet, qui bien qu’il soit situé dans le Haut-Saint-Laurent, accueille plusieurs golfeurs du Suroît, on remarque les mêmes tendances.

« Notre membership est en hausse de 33% pour cette saison. Il faut préciser que nous sommes un club de golf de 36 trous, ce qui nous permet d’avoir une plus grande capacité d’accueil que les autres. Mais c’est une belle augmentation qui dénote que de nouveaux adeptes découvrent ce sport. Ils ont passé l’hiver enfermé, donc ils veulent profiter de la nature et se détendre sur les verts », affirme Marc Faubert qui est à la tête de l’endroit depuis plusieurs années.

M. Faubert est positif face à la nouvelle saison qui arrive, même avec toutes les mesures sanitaires en place. «  L’an passé, nous avons connu une saison record  puisque les gens ont découvert ou redécouvert cette discipline libératrice. On se sentait de retour dans les années 90 quand l’engouement pour le golf était à son apogée. L’industrie en avait bien besoin. »

Au Club de golf Saint-Anicet, la pandémie a apporté son lot de changements. « Nous avons changé notre façon de faire, notamment au niveau des réservations. Maintenant, elles sont obligatoires et c’est plus facile, pour nous,  de savoir combien de golfeurs sont sur place en même temps. Cet hiver, on a aussi transformé nos installations en base de plein air en y aménageant des sentiers de ski de fond, des glissades ou encore des sentiers pour les marcheurs. Les citoyens ont apprécié et ça nous a permis de nous rapprocher d’eux. »

Enfin, est-ce que M. Faubert a aussi remarqué une popularité soudaine du golf chez les plus jeunes? «  Oui, chez les 20-35, mais aussi chez les femmes. Elles sont de plus en plus au rendez-vous. Ce qui nous aide aussi, c’est que les golfeurs juniors membres peuvent jouer gratuitement chez nous depuis plusieurs années. On note aussi un manque d’équipements pour les débutants. Alors petit conseil, si vous prévoyez de changer de sac de golf ou d’équipements faites-le tôt en saison. Il y aura plus de choix », conclut-il.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.