Publicité

1 avril 2021 - 11:00 | Mis à jour : 11:15

Témoignage d’un détaillant de la région

​​​​​​​Les vélos se feront rares cet été

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Si dans certaines régions, les mordus de vélos devront s’armer de patience cette année, ce n'est pas le cas à Salaberry-de-Valleyfield. Chez Vélo Station, aucune pénurie de vélos ou de pièces n'est à prévoir pour les prochains mois. 

Si dans la région du Suroît, la pénurie se fait sentir chez certains détaillants, c'est moins le cas chez Vélo Station à Salaberry-de-Valleyfield en raison de la prévoyance du propriétaire. « Ça fait 40 ans que j’exerce dans le secteur du commerce de détail et depuis les deux dernières années, j’ai vu le coup venir si on peut dire. J’ai commandé jusqu’à trois fois mon inventaire régulier au cours des deux dernières années. De cette façon, on a tous les produits nécessaires pour répondre à la demande de nos clients », indique Luc Godbout dont la boutique a pignon sur la rue Alexandre.

Un léger ralentissement de faire sentir dans l’approvisionnement des vélos de montagne et hybride, mais ce n’est rien d’inquiétant. « Il y en a toujours qui arrivent, mais plus lentement qu’à la normale. Toutefois, nous serons en mesure de fournir notre clientèle pour toute la saison 2021 et peut-être même un peu plus en raison de notre prévoyance. On a toujours eu des clients de Montréal, mais cette année, ils viennent d’encore plus loin comme Trois-Rivières ou Québec », image-t-il.

Une industrie bouleversée par la pandémie 

Autre son de cloche chez un autre détaillant de la région du Suroît. Pour Michel Bourbonnais de Suroît Cycle et ski, l’industrie du vélo a été considérablement bouleversée par la pandémie. Alors que les gens désirent se mettre à ce sport, des problèmes d’approvisionnement subsistent selon lui. « Il y a encore beaucoup de retard dans les livraisons. Autant on a des pièces qui sont en bonne quantité que d’autres ne sont pas disponibles pour l’instant », explique le propriétaire de la boutique de Vaudreuil-Dorion. 

Ce dernier prévoit une importante « vague d’arrivée » en avril et en mai, soit 60% de sa marchandise. Il indique que cela diffère surtout en fonction des marques et des fournisseurs qui ne donnent pas de garantie de livraison avant la sortie de l’usine. Des délais de 60 jours peuvent s’appliquer avant la réception  

Gérer la demande

Le propriétaire de Suroît Cycle et ski observe une nette augmentation de la demande pour les articles de sport depuis un an. « Tous les vélos que je vais recevoir en avril et en mai sont prévendus, constate-t-il. C’est comme acheter une voiture sans l’essayer. Cette année, vous allez prendre celui qui va rentrer et cela va être celui-là. Les gens ont tellement peur de ne pas avoir de vélos qu’ils vont sauter dessus. »

Comme M. Bourbonnais l’avait mentionné dans un article paru en janvier, le plus pénible est de refuser des clients. « Ce qui est déplaisant, c’est de dire aux gens qu’on n’en a pas. Autrement, je me considère quand même chanceux d’être dans un domaine où cela bouge », témoigne-t-il. 

Michel Bourbonnais s’estime comme étant l’un des privilégiés. « Si je me compare à des bars ou des restaurants, je suis gras dur. Je regarde les enseignants et les infirmières qui travaillent fort, c’est de grosses journées stressantes. Je me plains un peu de ma position, mais si je me compare je ne suis pas mal pris », dénote-t-il. 

Des mises au point retardées 

La pénurie se fait aussi remarquer quant aux pièces disponibles, notamment les chaînes hautes vitesses qui se feront rares cette année. Elles doivent être changées régulièrement, mais cela pourrait s’avérer complexe. 

« Pour l’instant, on est capable de se débrouiller avec ce qu’on a, mais on n’a pas des coussins énormes dans ces inventaires-là, ce qui pourrait être une problématique ce printemps », ajoute M. Bourbonnais. À l’heure actuelle, il reçoit des pièces commandées l’été passé. 

« Les coûts au bout du compte vont être plus élevés », déplore-t-il. En effet, conserver une chaîne trop longtemps pourrait endommager d’autres composantes. Il présage donc que beaucoup d’engrenages devront être remplacés au courant de la prochaine saison. 

Défis de logistique 

Le couvre-feu n’aide pas non plus la situation compte tenu de la demande qui s’est accentuée avec la météo des derniers jours. Même si ses employés sont revenus le 8 février, les horaires sont raccourcis de trois heures par jour puisque les mécaniciens travaillaient jusqu’à minuit auparavant. 

M. Bourbonnais souhaite engager du personnel supplémentaire qualifié, mais la distanciation complexifie leur formation puisque la tâche se résume surtout en des gestes de précision. 

Des délais de six semaines sont à prévoir pour la révision des vélos. M. Bourbonnais invite donc les gens à prendre rendez-vous et à continuer de rouler tant qu'il est possible sur leur vélo. Avec un sous-sol rempli pour les réparations, celui-ci s’apprête aussi à connaître des défis d’entreposages lorsque les neufs arriveront. « Ça va être rigolo quand cela va arriver », promet-il. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.