Publicité
16 janvier 2020 - 07:58 | Mis à jour : 08:09

Réaction face à une éventuelle poursuite des Centres sportifs

Ça prendrait quand même un sacré culot pour poursuivre la Ville », Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, a réagi à la nouvelle voulant que les Centres sportifs de Salaberry-de-Valleyfield aient la volonté d’intenter une poursuite contre la Ville. Dans les faits, à l'heure actuelle, la municipalité n'en a pas été informé si la procédure a bel et bien été entamé. 

« La possibilité que nous devions nous retrouver devant les tribunaux me force à limiter mes commentaires sur le fond du dossier, mais si cela s’avérait, nos avocats démontreraient évidemment qu’il n’y a pas le moindre début de justification pour laquelle la Ville aurait à verser cette somme aux Centres sportifs », a-t-il mentionné.

Le maire n’a par la suite pas caché son exaspération face à la situation. « Ça prendrait quand même un sacré culot pour poursuivre la Ville, quelques mois à peine après que le conseil ait consenti à une entente pour le paiement de leurs taxes impayées sur 15 ans, sans intérêt. En fait, depuis qu’ils ont cessé de payer leurs taxes, jamais les Centres sportifs n’ont eu à payer un seul sou d’intérêt. En tout, ce sont donc plusieurs centaines de milliers de dollars supplémentaires que l’organisme aurait eu à payer si le conseil n’avait pas accepté de laisser tout cet argent sur la table pour les aider à se sortir du trou. Qu’ils prétendent après tout ça que c’est la Ville qui leur doit de l’argent dépasse littéralement l’entendement. On croit rêver! », a-t-il poursuivi.

Monsieur Lemieux a également voulu contredire une affirmation du trésorier de l’organisme voulant que la contribution de la Ville ne se limiterait qu’à 82 000 $ par année. « La contribution de la Ville envers les Centres sportifs s’élève plutôt entre 600 000 $ et 700 000 $ par année. Par exemple, en 2019, ce sont 709 790,33 $ qui sont sortis des coffres de la Ville pour être versés à l’organisme, et ce, sans compter les intérêts qu’ils auraient normalement dû payer et qui ne leur ont pas été réclamés ».

« Il s’agit d’un organisme qui fonctionne à grands coups de fonds publics. Par respect pour les contribuables à qui ils ne cessent de vouloir soutirer davantage d’argent, ses dirigeants devraient utiliser ces sommes pour améliorer le service rendu plutôt que pour perpétuer un litige avec la Ville », a conclu le premier magistrat.

Sommes versées

Bail bibliothèque Saint-Timothée et location des locaux                    

55 105,20 $

Contribution au prêt pour les rénovations Aréna Salaberry

409 348,08 $

Contribution amélioration locative

82 000,00 $

Contribution aux opérations

11 000,00 $

Contribution pour l’embauche du directeur général (non récurrent)      

75 000,00 $

Location des heures de glace et des locaux (jusqu’au 31 octobre 2019)

77 337,05 $

TOTAL

709 790,33 $

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.