Publicité
6 mai 2019 - 13:00

Francis Lafrenière: prêt pour son combat du 25 mai contre Orlando Vazquez

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Six mois se sont écoulés depuis le dernier combat du « People Champ », Francis Lafrenière, boxeur et propriétaire d’un gym qui porte son nom à Saint-Clet. Durant cette période, il a pris une importante décision pour la suite de sa carrière professionnelle: il a confié les rênes de celle-ci à Stéphan Larouche.

Après près de 15 ans à s’entraîner avec les frères Howard et Otis Grant, Francis a pris ce qu’il pense être la meilleure décision pour la suite de sa carrière. « La préparation pour mon prochain combat va super bien avec ma nouvelle équipe. Mon nouvel entraîneur prend soin de moi et il me fait travailler tous les aspects, de la technique jusqu’à l’endurance », indique-t-il d’entrée de jeu à Néomédia Vaudreuil-Soulanges à moins de trois semaines de son affrontement.

Son préparateur physique, Fred Laberge, lui a concocté un programme en vue de cet important combat, le premier de l’année 2019. Celui-ci entremêle les exercices énergétiques, de force et de « core ». Les deux entraîneurs font un super travail d’équipe et supportent beaucoup le pugiliste de Coteau-du-Lac. « J’ai mal partout, mais dans le bon sens (rires) », ajoute-t-il.

8 KO pour son adversaire

Le 25 mai, Francis montera dans le ring pour tenter d’avoir le dessus sur Orlando Vazquez. Le Mexicain tenace ne s’en laissera pas imposer. Il a une fiche de 10 victoires, avec 8 KO. « Il cogne solide. Il a cinq défaites avec seulement 1 KO. Il a un bon menton et il a l’air capable de faire un peu de tout, tant sur le plan offensif que défensif », poursuit-il.

Pas d’opération

L’automne dernier, Francis annonçait qu’il devait passer sous le bistouri pour réparer une blessure subie à la main gauche lors du combat contre Jose de Jesus Macias. « Je me suis rendu jusqu’au rendez-vous préopératoire après quatre mois d’arrêt. Selon la chirurgienne et après quelques tests, je n’avais pas besoin de subir une opération puisque mes ligaments n’étaient pas sectionnés, mais déchirés. Cette période de repos ayant aidé, elle m’a dit que je pouvais recommencer à boxer. J’étais septique, mais je l’ai écouté. Maintenant je suis à moins de trois semaines d’un combat et une main rétablie à presque 100% », confie-t-il. L’athlète a passé un dernier IRM pour s’assurer que tout est ok et les résultats de ce test devrait confirmer la rémission complète de cette blessure.

Vente de son gym

Au cours des derniers mois, le boxeur-entrepreneur s’est aussi détaché d’un autre élément de sa vie qui lui tenait à coeur: son gym de Saint-Clet. «  Je l’ai vendu pour me permettre de m’investir à 100% dans mon sport. Je voulais mettre toutes les chances de mon bord pour le peu d’années qu’il me reste à pratiquer cette discipline, soit 4-5 ans. Comme ça, je vais aller jusqu’au bout sans regret. Je l’ai fait aussi pour mes garçons qui avaient de la peine de ne pas me voir beaucoup dans une semaine, car j’essayais d’être boxeur, entrepreneur, père, entraîneur, comptable, commissionnaire…tout en même temps », explique-t-il. Il a passé le flambeau à Mélissa Gravel qui était entraîneuse au Gym Lafrenière de Saint-Clet depuis trois ans. Il conclut en précisant qu’il adorait ses clients et il les remercie pour leur compréhension.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.