Publicité
1 février 2019 - 12:00

Les Jeux d’hiver Olympiques spéciaux : un projet d’envergure à Salaberry-de-Valleyfield

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Dans moins de deux mois débuteront les Jeux d’hiver d’Olympiques spéciaux Québec à Salaberry-de-Valleyfield. Retour sur ce projet d’envergure qui doit sa réussite à une implication phénoménale de la communauté locale et de nombreuses entreprises régionales.

Rappelons d’entrée de jeu que ce projet s’est officiellement implanté à Salaberry-de-Valleyfield en mai 2018. C’est à ce moment que Chantal Dostie, la directrice générale des JOS a été embauchée.

Dès lors, la volonté des organisateurs de l’événement est claire: favoriser l’inclusion sociale des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Dans cette optique, trois athlètes ont été sélectionnés pour devenir les ambassadeurs des Jeux d’hiver 2019: Francesca Vachon (ski alpin), Louis-Philippe Berthiaume (curling) et Benoît Lévis (curling). À leurs côtés, on retrouve Ozzy, mascotte incarnée par une personne autiste. Le quatuor a été des 13 activités sociales organisées pour promouvoir les JOS 2019.

Une implication phénoménale

Les Jeux d’hiver d’Olymiques spéciaux 2019 doivent leur réussite à la grande implication de la communauté locale et des entreprises régionales. Pour la première fois en 50 ans, le gouvernement du Québec a octroyé 300 000$ au comité organisateur des JOS pour la tenue de l’événement.

De son côté, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield contribue monétairement à l’activité, mais aussi en ressources humaines. Parmi les services municipaux offerts à l’organisation sportive, on peut nommer: soutien en ressources humaines avec la collaboration des divers départements (communications, loisirs, services conseil) et en ressources matérielles (locaux de travail pour la permanence des jeux, accès à un photocopieur, plusieurs matériaux nécessaires pour l’organisation des Jeux, etc.).

Plusieurs partenaires se greffent aussi au projet dont Canadian Tire Corporation, la Fondation Bon départ (qui donnera une paire de chaussures à tous les athlètes et qui a finance le livre Il était une Flamme), la Caisse Desjardins de Salaberry-de-Valleyfield, le Canadian Tire Valleyfield (dont le président des Jeux, Michel Choinière, en est le propriétaire), la MRC de Beauharnois-Salaberry, la CEZinc. et le Groupe Richer.

Fait notable : 10 concessionnaires de voitures neuves et presque neuves ont participé à une collaboration incroyable pour les Jeux d’hiver. Du 1er septembre au 28 février, chaque concessionnaire versera 25$/véhicule vendu aux Jeux. De plus, il fourniront tous un véhicule gratuitement à l’organisation des Jeux pendant la période de l’événement, soit du 7 au 10 mars 2019. Le Collège de Valleyfield fournira gratuitement tout l’ameublement pour les locaux de travail, autant les bureaux et les chaises que les ordinateurs portatifs pendant les JOS.

Athlètes en beauté: un nouveau volet

Belle nouveauté cette année aux Jeux d’hiver Olympiques spéciaux: Athlètes en beauté. En plus de la clinique Athlètes en santé qui permettra aux athlètes de faire vérifier leur état de santé pendant les compétitions, on retrouvera aussi la station Athlètes en beauté à Valleyfield. Le samedi 9 mars prochain, avant le souper-gala des athlètes, ces derniers pourront faire appel à plusieurs professionnels de soins de beauté offrant une mise en place des cheveux, un maquillage léger ainsi qu’une station de parfumerie.

« Nous sommes vraiment chanceux d’avoir des personnes extraordinaires qui se greffent au fur et à mesure du projet. Tant de gens s’impliquent bénévolement pour cette belle cause et nous sommes plus que reconnaissants de toute cette aide qui nous est apportée.À titre d’exemple, un jeune homme est venu nous installer tout notre système informatique en réseau et ce, gratuitement », confie la responsable des communications au sein du comité organisateur des JOS de Valleyfield, Isabelle Gareau.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.