X
Rechercher
Publicité

Date et lieu du combat annoncés prochainement

Francis Lafrenière, prêt pour son combat revanche contre Albert Onolunose

durée 05h00
18 mai 2018
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Même si Albert Onolunose lui a fait vivre sa première défaite en cinq ans, Francis Lafrenière est prêt pour un combat revanche. La date et le lieu de cet affrontement seront dévoilés prochainement, mais le  « People Champ » est confiant de récupérer sa ceinture de champion des poids moyens NABO.

« Je veux gagner en premier lieu car je n’aime pas perdre, mais aussi pour prouver que j’ai ma place dans le classement mondial. Tous les combats sont importants même si celui-ci a un petit quelque chose de spécial à mes yeux », précise le boxeur demeurant à Les Coteaux.

Rappelons que le premier combat entre Lafrenière et Onolunose a été très serré au niveau du pointage. Pour plusieurs, le pugiliste de la région aurait dû gagner alors que d’autres sont d’accord avec le résultat du tête-à-tête entre les deux sportifs.

« Peu importe, le fait est que je n’ai pas gagné. À la suite de cette défaite, j’ai eu plusieurs rencontres avec mes coachs et on a ajusté notre stratégie en vue de ce second rendez-vous avec Onulunose. Rendu à notre niveau, ce sont des détails qui font la différence », ajoute-t-il.

Ajustements stratégiques

Parmi les détails qui figurent dans la stratégie de Lafrenière, on peut nommer l’écoute de vidéo de son adversaire. « Au niveau physique, on revient un peu à la base. Je pratique mes jabs allongés et quelques autres notions qu’on prend parfois pour acquise », philosophe l’athlète qui possède son propre gym à Saint-Clet.

Y-a-t-il une technique de son adversaire qui l’a surpris lors de leur premier face-à-face? « Je ne pensais pas qu’il accrocherait autant. Mon équipe l’a calculé et pendant tout le combat, il l’a fait 141 fois. Ça fait partie de sa stratégie de couper mes attaques en accrochant. Maintenant, je le sais et je peux ajuster mon plan de match en conséquence. »

À la suite de sa défaite, Francis avoue s’être remis en question. « Pas sur mon avenir, mais plus sur ce que j’avais fait de mal dans ma préparation. Est-ce que j’avais négligé quelque chose? Est-ce que mes nombreuses occupations avaient joué un rôle dans ce résultat? Ça m’a pris deux semaines à m’en remettre grâce à mes entraîneurs, ma famille, mes amis et les nombreux supporteurs locaux », confie-t-il. Dans la vidéo plus haut, il explique l’impact du support local sur sa carrière.

Pour cet ultime rencontre avec Onolunose, Francis Lafrenière s’entoure de sa deuxième famille, les frères Otis et Howard Grant. La relation qui lie le trio date d’il y a maintenant 13 ans.  « Otis a été sacré champion dans la catégorie des poids moyens NABO en 1998. J’aimerais pouvoir mettre de nouveau la main sur la ceinture pour lui rendre cet honneur », conclut-il.

Les détails entourant le combat revanche seront dévoilés prochainement.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Avez-vous vos billets pour les Régates de Beauharnois?

Dans un peu plus de trois semaines, les moteurs rugiront sur le lac Saint-Louis, à Beauharnois, dans le cadre de la 15e édition des Régates de Beauharnois. Avez-vous vos billets pour cette fin de semaine de courses spectaculaires?  Cette épreuve sera la deuxième du circuit de la Ligue de Régates d’Hydroplane HRL et la première à se dérouler en ...

Un club de Mölkky tous les lundis à la place Sainte-Cécile

Le PRAQ invite toutes personnes désireuses d'essayer une nouvelle activité sociale sur l'heure du midi, à intégrer le Club de Mölkky au jardin, qui se rencontrera tous les lundis midi dès le 20 juin. Sans restrictions, tous sont invités à se joindre à cette activité conviviale afin de sortir un peu de la routine. C'est quoi le Mölkky? Le ...

La reprise des voyages et les mesures sanitaires ne font pas bon ménage aux aéroports

Il y a tellement de vols qui arrivent de l’étranger dans les aéroports canadiens que les voyageurs doivent parfois attendre dans l’avion pendant plus d’une heure après l’atterrissage parce qu’il n’y a pas assez de place dans l’aérogare pour contenir les files d’attente, déplore le Conseil des aéroports du Canada. L’organisme blâme les mesures ...