Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L’importance de léguer aux générations futures

Elle donne 400 000 $ à la Fondation de l'Hôpital du Suroît

durée 18h00
27 juillet 2022
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

C’est en pleine pandémie de COVID-19 que Mme Jacqueline Trépanier Poirier, résidente de Salaberry-de-Valleyfield, a décidé de faire deux dons majeurs à la Fondation de l’Hôpital du Suroît, d’un montant totalisant 400 000$.

Son geste d’envergure permettra d’apporter un soutien important au département d’oncologie ainsi que de cardiologie de l’Hôpital du Suroît. Une générosité sans égal pour cette presque nonagénaire, qui, tout comme les membres de sa famille, s’estime chanceuse de pouvoir compter sur les soins de santé de proximité offerts à l’Hôpital du Suroît.

Deux généreux dons de 200 000$

Par une journée d’automne grise, Mme Jacqueline Trépanier Poirier et son neveu Claude franchissent la porte des bureaux de la Fondation de l’Hôpital du Suroît. Le souhait de Mme Trépanier Poirier est de faire deux dons à l’organisation en vue de soutenir des départements qui lui sont chers.

« C’est tous les jours que nous recevons des donateurs à la Fondation de l’Hôpital du Suroît », relate Michèle Cyr-Lemieux, directrice générale. « Mais la venue de Mme Trépanier Poirier n'était pas qu’une simple visite », se souvient-elle.

En effet, Mme Trépanier Poirier, en l’honneur de son frère Fernand décédé en 2019, a décidé de faire deux dons de 200 000$, le premier afin de soutenir le département d’oncologie et l’autre, en vue d’améliorer les services offerts en cardiologie à l’Hôpital du Suroît.

« Mon frère Fernand a été traité pour un cancer à l’Hôpital du Suroît. Il est malheureusement décédé, mais les services qu’il a obtenus à l’Hôpital du Suroît ont été exceptionnels et chaleureux. L’héritage qu’il m’a laissé, j’ai eu envie de le donner afin que d’autres patients puissent obtenir des soins oncologiques de qualité », souligne Mme Jocelyne Trépanier Poirier, donatrice.

Recevoir 200 000$ pour le département permettra d’améliorer le confort des patients lors de leurs passages sur l’unité. De concert avec les équipes de soins et les patients, des pistes d’amélioration afin de faciliter les traitements sont actuellement identifiées.

« En plus de mettre les patients à leur aise, le don de Mme Trépanier Poirier permettra de faire l’acquisition d’équipements afin de faciliter le traitement des cancers du sang. La venue d’un nouvel hémato-oncologue dans l’équipe de soins est un ajout majeur pour les citoyens atteints de cancers et la Fondation de l’Hôpital du Suroît est heureuse de pouvoir soutenir ces patients grâce à la générosité de notre donatrice », ajoute Michèle Cyr-Lemieux, directrice générale de la Fondation de l’Hôpital du Suroît.

Celle qui réside depuis 15 ans à la Résidence Saint-Charles a également fait un deuxième don, aussi au montant de 200 000$, afin de soutenir le développement des soins de santé en cardiologie.

« Les maladies cardiaques sont très présentes dans ma famille et c’est pourquoi il était tout naturel pour moi de faire un don dédié à ce département. », renchérit Mme Jacqueline Trépanier Poirier.

Ce deuxième don servira à l’achat d’équipements permettant des diagnostics plus précis tout en facilitant la prise en charge des patients atteints de troubles cardiaques.

La mise en place d’un système de télémétrie des constantes cardiaques, permettant aux patients de quitter l’hôpital afin de poursuivre leur rétablissement à la maison, est également envisagée par les équipes soignantes. Des acquisitions qui devraient être déployées à l’Hôpital du Suroît dans la prochaine année.

L’importance de léguer aux générations futures

Après ses généreux dons, Mme Trépanier Poirier désire souligner l’importance de donner.

« Je fais ce que je veux avec mon argent et comme j’ai presque 90 ans, il est important pour moi de connaître l’impact de mes dons. Je veux pouvoir voir comment mon don est administré et je fais confiance à la Fondation de l’Hôpital du Suroît pour ce faire », mentionne la donatrice.

Celle qui n’en est pas à son premier geste philanthropique a longtemps soutenu la cause religieuse, mais aujourd’hui, c’est en santé qu’elle souhaite faire la différence.

Connaissant bien la mécanique des dons planifiés, entre autres avec un leg testamentaire enregistré pour la Fondation de l’Hôpital du Suroît, Mme Trépanier Poirier a eu envie d’avoir un effet immédiat sur la santé de sa communauté.

Elle termine en soulignant que tout le monde dans la région aura besoin des services de l’Hôpital du Suroît, mais que l’implication de tous est nécessaire pour que les soins de santé soient adaptés aux besoins de la communauté.

«Ensemble, nous pouvons faire en sorte que l’Hôpital du Suroît soit notre fierté », dit-elle avec aplomb.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


7 août 2022

Une veille d'orages violents est en vigueur pour la région du Suroît

En ce dimanche 7 août, les régions de Beauharnois-Salaberry et de Vaudreuil-Soulanges sont touchés par une veille d'orages violents émis par Environnement Canada.  Selon cette alerte météo, les conditions sont propices à la formation d'orages violents pouvant produire des rafales fortes et de la pluie torrentielle cet après-midi et ce ...

6 août 2022

La Caisse Desjardins de Beauharnois pleure le départ d'un de ses anciennes dirigeantes

Le 5 juillet dernier, la Caisse Desjardins de Beauharnois a rendu hommage, via sa page Facebook officielle, à Angélique Jacques, une de ses anciennes dirigeantes dont elle venait d'apprendre le décès.  C'est en 1997 que Mme Jacques s’implique auprès du conseil d’administration de la Caisse à titre de dirigeante. Elle est la première femme à ...

5 août 2022

On lève notre verre en l'honneur de la journée mondiale de la bière

C’est la journée mondiale de la bière! Voilà la raison parfaite pour amorcer la fin de semaine. La bière est la boisson la plus consommée au monde. D’ailleurs, saviez-vous qu’elle a été créée par des femmes il y a plus de 9 000 ans ? À cette époque, les hommes préféraient donc boire du vin, justifiant que c’était une boisson pour les femmes. Un ...