Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

En Montérégie

DPJ: Une moyenne de 55 situations d'enfant signalées par jours

durée 15h00
15 juin 2022
Charlotte Lemieux
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Charlotte Lemieux, Journaliste

En 2021-2022, une hausse considérable du nombre de signalements traités par la DPJ a été observée. Chaque jour, de plus en plus d’enfants et d’adolescents qui présentent des troubles anxieux ou des difficultés d’adaptation majeures sont en détresse et font face à une réelle souffrance. C'est du moins ce qu'indique le plus récent bilan annuel présenté par les directeurs de la protection de la jeunesse, ce mardi. 

Les statistiques régionales en Montérégie révèlent que le nombre de signalements traités est de 20 837, soit 55 situations d’enfant signalées en moyenne par jour. Il s’agit d’une augmentation de 3 000 signalements traités comparativement à l’exercice 2020-2021.

Le nombre de signalements retenus est de 5 435. Il s’agit d’une baisse de 415 signalements retenus comparativement à l’exercice 2019-2020.

Le taux de rétention des signalements est de 26,1 %. L’an dernier, il était de 32,8 %, alors qu’il était de 33,4 % en 2019-2020 et de 40,8 % en 2018-2019.

Les signalements proviennent toujours en majorité des employés d’organismes publics (32 %); les proportions n’ont presque pas bougé par rapport aux années précédentes.

Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par la DPJ est toujours le milieu familial (47 %). Une proportion de 15 % des enfants est confiée à une personne significative. Du plus, dans près de la moitié des situations, les enfants placés en famille d’accueil le sont auprès d’une personne qui leur était déjà connue.

« Le Bilan de cette année nous amène à poser un regard au-delà des chiffres, des pourcentages et des statistiques. Ce bilan tourne le projecteur sur tous les enfants qui, chaque jour, font entendre à leur façon, leur voix. Cette voix, nous l’entendons et l’écoutons depuis des années sur le terrain. Aujourd’hui, nous la portons aux oreilles de tous avec bienveillance et espoir que chacun d’entre nous se sente concerné par le quotidien et l’avenir de ces enfants. Que ce soit par de l’écoute, de l’encouragement, du soutien, pour leur partager des ressources d’aide ou pour donner un coup de main. Nous sommes tous des acteurs du changement pour ces enfants, mais pour cela il faut tendre l’oreille », explique Marie-Josée Audette, directrice de la protection de la jeunesse de la Montérégie.

J'aimerais vous dire

La présentation du bilan annuel a aussi été l'occasion pour les directeurs de la DPJ de lancer leur nouvelle campagne de sensibilisation. Sous le thème, J'aimerais vous dire, celle-ci se veut un appel à la collectivité à prendre le temps d'offrir une écoute active aux enfants ainsi qu'aux adolescents.

Ces jeunes vivent parfois dans le silence et portent en eux une douleur indescriptible.

Mais il n'y a pas que les mots qui parlent. Certains attendent d'être «découverts», afin d'être pris en charge.

Pour cela, les adultes, qu'ils soient parents, intervenants, professeurs ou responsables de la cuisine à la cafétéria, se doivent de rester à l'écoute des jeunes qui les entourent.

Puisque leurs appels à l'aide sont parfois subtils, sortir ses antennes, garder les yeux grands ouverts et tendre l'oreille peut aider un enfant ou un adolescent à sortir d'un torrent de noirceur.

Le manque de personnel inquiète

« La situation est extrêmement préoccupante », de mentionner Marie-Josée Audette, concernant le temps d'attente désolant pour recevoir un service rapide et adéquat. 

D'ailleurs, afin de faire progresser la situation, la DPJ a recruté bon nombre d'étudiants dans des domaines pertinents, afin d'apporter du soutien supplémentaire pour cet été.

Ce que la DPJ peut offrir

Les DPJ désirent être la voix des jeunes dans le besoin et rappellent qu'ils sont là pour les aider à cheminer en tant que premiers artisans de leur développement.

Les enfants et les jeunes ont montré qu’ils sont forts et résilients. Malgré cela, la DPJ veut intervenir le plus rapidement possible lorsque la sécurité et le développement d’un enfant sont compromis.

Afin de leur offrir les meilleurs outils pour leur avenir, c'est en écoutant leurs besoins et leurs rêves, que les professionnels et les personnes investies peuvent mieux les guider.

Savana, une jeune ayant bénéficié des services du programme Transition vie adulte en Montérégie est venue témoigner avec courage de l'aide qu'elle a reçu. Elle était accompagnée de Charles Prud’homme, éducateur dans l’équipe du programme Transition vie adulte au CISSS de la
Montérégie-Est.

« Je veux laisser un message que c'est possible de réussir. Il faut prendre les évènements difficiles de notre vie pour grow up! », a partagé Savana avec le sourire.

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

Un nouveau camion autopompe échelle pour la Ville de Salaberry-de-Valleyfield

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield ajoutera, au cours des prochaines années, un nouveau camion autopompe échelle à la flotte de son Service de sécurité incendie. C’est à l’occasion de la réunion régulière du mardi 16 août que le conseil municipal a entériné une résolution en ce sens. Celle-ci octroyait le contrat au fournisseur d’équipement de ...

durée Hier 8h00

Une nouvelle règle en vigueur à la Marina sème le mécontentement

Une dizaine de propriétaires de bateaux à voile ont fait entendre leur mécontentement lors de la réunion du conseil municipal de Salaberry-de-Valleyfield ce mardi 16 août. Les uns après les autres, ils se sont rendus au micro lors de la période de questions pour obtenir des réponses sur une récente décision de l’administration municipale. Dans ...

17 août 2022

Saint-Urbain-Premier rend hommage à son directeur du Service de sécurité incendie

La Municipalité de Saint-Urbain-Premier a tout récemment rendu hommage à son directeur du Service de sécurité incendie, Philippe Thibault. Ce dernier cumulera 31 ans de service au sein de la brigade d'incendie locale le 1er septembre prochain.  Le 8 août dernier, à l'occasion de la réunion régulière du conseil municipal, ce dernier s'est vu ...