Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Développement

Exploitation de la marina de Salaberry-de-Valleyfield: la Ville conclut une entente

durée 06h00
10 mai 2022
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield annonce l’entrée en vigueur d’un contrat d’exploitation de la marina, d’une durée de cinq ans, avec Marina Valleyfield, qui prend le relais d’un bail emphytéotique signé en 1997.

Cette nouvelle formule et ses exigences constituent un levier pour le développement touristique et la revitalisation du centre-ville, alors que le site représente une valeur économique potentielle évidente pour la Ville et ses citoyens.

En effet, elles assurent la viabilité de la marina dans la communauté, le financement et la tenue des travaux de réfection des berges, mais aussi la réappropriation du lieu par les citoyens et sa pleine intégration au centre-ville.

Participation financière

Dans le cadre du contrat d’exploitation, en vertu de l’article 7.1 de la loi sur les compétences municipales, la Ville demeure propriétaire du site et Marina Valleyfield responsable de payer loyers et taxes.

« En vertu de cette entente, ce sont tout près de 2 millions $ que l’organisme versera à la Ville au cours des cinq premières années. Les contributions couvriront dans le temps les coûts relatifs aux travaux de réfection des berges propres au site de la marina, en plus de fournir à la Ville une marge de manœuvre supplémentaire pour financer d’autres projets structurants », a expliqué monsieur Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield. 

Intégration du site

Le retrait éventuel de la clôture autour du site de la marina appuiera la demande de la Ville d’ouvrir l’espace à la population, à l’exception de certains espaces comme les quais, le pavillon et la piscine, et d’en faire une prolongation naturelle du Vieux Canal de Beauharnois, vers le parc Marcil, formant presque un tout.

Résidents et visiteurs pourront s’y promener, s’approprier le lieu et son ambiance et admirer le site et la vue. La langue de terre pour sa part deviendra propriété entière de la Ville qui prévoit des aménagements spécifiques, propice aux promenades, à partir du parc Marcil.

Conseil d’administration

L’organisme, nouvellement soumis à la politique de gouvernance de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, a adopté le 24 avril dernier de nouveaux règlements généraux. Il constituera en juin prochain, lors de son assemblée générale annuelle, un nouveau conseil d’administration qui sera désormais composé de cinq membres approuvés par la Ville et quatre membres plaisanciers de la marina élus par les membres, dont la moitié doit être domiciliée à Salaberry-de-Valleyfield.

« Cette modification fera en sorte que les intérêts de la communauté seront assurément représentés dans les décisions », a souligné monsieur Lemieux.

De son côté, M. Carl Sinray, président du Conseil d’administration, a déclaré : « Marina Valleyfield est heureuse de pouvoir continuer notre belle collaboration avec la Ville, et de travailler tous ensemble à faire de Salaberry-de-Valleyfield une capitale du nautisme. »

Autres ententes à venir

Les opérations et la gestion du site seront aussi revues dans le cadre d’ententes à venir notamment concernant l’entreposage hivernal des bateaux où la cohabitation avec les citoyens du secteur sera priorisée, l’utilisation de la bâtisse bleue, la gestion des quais au parc Delpha-Sauvé et la tenue éventuelle d’une école de voile.

Un site prisé

Avec ses 400 quais avec services, la marina de Salaberry-de-Valleyfield fait partie des trois plus importantes marinas au Québec. Classée quatre ancres d’or par l’Association maritime du Québec, la marina offre notamment l’avantage d’être accessible à pied, à partir du centre-ville nautique de Salaberry-de-Valleyfield. C’est un véritable trésor, des plus prisés, qui doit servir à la Ville et à son développement.

Réfection des berges

Finalement, rappelons que l’estimation préliminaire des travaux de stabilisation des berges entourant la baie Saint-François s’élève à 27 000 000 $, incluant le site de la marina. L’érosion et l’instabilité des berges de la baie Saint-François sur plusieurs kilomètres, de même que la vétusté de certains éléments municipaux contigus à la baie, constituent un frein au développement.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Trudeau et Poilievre s'affrontent dans de premiers échanges en Chambre

Le premier ministre Justin Trudeau et le nouveau chef de l'opposition officielle, Pierre Poilievre, ont opposé leurs visions sur les meilleures façons de lutter contre la hausse du coût de la vie, jeudi, au cours de premiers échanges en période des questions aux Communes. Le leader conservateur a réitéré ses demandes que les libéraux annulent ...

durée Hier 6h00

Le comité Sauvons le Centre mère-enfant dépose son étude au CISSSMO

Ce mercredi soir, le 21 septembre, à l’Hôpital Anna-Laberge des représentants de la mobilisation citoyenne Sauvons le Centre mère-enfant et la mission régionale de l’Hôpital du Suroît ont déposé une étude au conseil d'administration du CISSSMO. Le document démontre hors de tout doute, que la réponse au besoin en matière de santé de la population ...

23 septembre 2022

Un nouveau service pour les gens malades sans médecin de famille

Bonne nouvelle pour les citoyens de la Montérégie-Ouest qui n'ont pas de médecin de famille. Saviez-vous qu'il est maintenant possible d'avoir accès à un nouveau service : le guichet d’accès à la première ligne (le GAP)?  Cette nouvelle ressource s'adresse aux gens inscrits  sur la liste d’attente (sur le Guichet d’accès à un médecin de ...