X
Rechercher
Publicité

Paxlovid

COVID-19: Santé Canada approuve le traitement antiviral de Pfizer

durée 14h30
17 janvier 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un nouvel outil s’ajoute à l’arsenal pour combattre la COVID−19. 

Santé Canada a approuvé lundi le traitement antiviral Paxlovid de Pfizer pour traiter la COVID−19.

L’autorisation publiée sur le site web de Santé Canada lundi matin indique que le traitement est autorisé pour les patients adultes atteints de symptômes légers ou modérés de la COVID−19 et qui présentent également un risque élevé de tomber plus gravement malades ou de décéder.

Il n’est toutefois pas approuvé pour utilisation avec des patients déjà hospitalisés et atteints de COVID−19 sévère ou critique. 

De plus, Santé Canada n’en a pas autorisé l’utilisation chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans.

Il ne peut pas non plus être utilisé plus de cinq jours consécutifs.

Le Paxlovid est un traitement qui utilise une combinaison de médicaments, le nirmatrelvir et le ritonavir, pour empêcher le virus qui cause la COVID−19 de se répliquer une fois qu’il a infecté un patient.

Les essais cliniques montrent qu’il est efficace à près de 90 % pour prévenir les maladies graves chez les patients à haut risque qui l’ont reçu dans les cinq premiers jours suivant l’infection.

Santé Canada émet par ailleurs plusieurs mises en garde sur l’utilisation de ce médicament. 

Ainsi, les personnes souffrant de maladies du rein doivent consulter leur médecin avant de prendre du Paxlovid. Une dose plus faible pourrait être indiquée. Il est contre−indiqué pour les patients souffrant de maladies du foie, notamment l’hépatite, et ceux aux prises avec le VIH.

Le médicament présente également des risques de «sérieuses interactions» avec une longue liste d’autres médicaments.

Certains effets secondaires ont été notés au cours des essais cliniques, notamment de la diarrhée, des douleurs musculaires, des nausées, de la haute pression et des maux de tête, mais Santé Canada avertit que d’autres effets secondaires pourraient être notés à mesure que son usage s’étend.

Pierre Saint−Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 16h00

Les vignettes pour plaisanciers sont disponibles à Beauharnois

Les citoyens de Beauharnois qui possèdent une embarcation et prévoient naviguer sur ce territoire pendant la saison estivale sont invités à faire preuve de prévoyance et à se procurer, dès maintenant, une vignette. Celle-ci permet l'accès aux rampes  de mises à l'eau.  Ces installations municipales sont situées aux parcs des Pins, Bourcier et ...

26 mai 2022

Gopal Ducharme descendra la Chaudière en kayak jusqu'à Québec

Après avoir parcouru près de 650 km à pied en saison hivernale, Gopal Ducharme, résident de Salaberry-de-Valleyfield, récidivera dans quelques semaines. Cette fois, c’est à bord d’un kayak qu’il va compléter son défi Un pas à la fois pour la prévention du suicide. « C’est certain que ce sera plus agréable que mes dernières aventures hivernales ...

26 mai 2022

Témoignages d'usagers et de résidents du CISSSMO recherchés

Le CISSS de la Montérégie-Ouest est à la recherche de témoignages de ses usagers et résidents. Que ce soit en CLSC, CHSLD, en réadaptation, dans une résidence à assistance continue, en milieu hospitalier, l'instance de santé veut entendre votre histoire.  Un employé s'est démarqué par la qualité de ses soins? Sa personnalité humaine vous a ...