Publicité

5 novembre 2021 - 05:00

Quatre saisons

Quand la Sûreté du Québec sort des sentiers battus

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

À bord de leurs quads, des agents de la Sûreté du Québec (SQ) sillonnent le territoire de Vaudreuil-Soulanges et de Salaberry-de-Valleyfield été comme hiver et sont spécialement formés à cet usage.

En tout, ils sont 13 à patrouiller dans la région. À l’échelle du Québec, ce ne sont pas moins de 450 patrouilleurs qui sont formés quadistes.

Que ce soit pour contrôler la vitesse, les conditions de conduire des amateurs de véhicules tout terrain, faire des vérifications ou encore de la sensibilisation, notamment sur les risques de collisions, ces agents sont appelés à intervenir dans plusieurs contextes.

« Les patrouilleurs quadistes peuvent parfois circuler à l’extérieur des sentiers afin de s’assurer du respect de la signalisation ou bien lors d’opérations spéciales comme lors de la saisie de cannabis par exemple », explique Valérie Beauchamps, agente d’information pour la SQ.

Chaque région du Québec connait ses propres problématiques. « Selon les demandes de l’organisation ou des problématiques soulevées par les citoyens, le responsable de chaque unité planifie des patrouilles sur son territoire », ajoute Mme Beauchamps.

Dans la région de Salaberry-de-Valleyfield, ils longent par exemple le canal de Beauharnois avant de traverser à Saint-Louis-de-Gonzague, puis Saint-Étienne-de-Beauharnois. 

Les patrouilleurs sont également présents du côté de Sainte-Barbe, Saint-Anicet et Huntingdon, qui comportent plusieurs sentiers.

Les agents de surveillance de la fédération québécoise des clubs quads (FQCQ) sont aussi mis à contribution pour aider les agents lors de diverses interventions.

Spécialisation

La formation est divisée en deux parties. La première consiste en un volet mécanique, où les différentes composantes et méthodes d’entretien sont montrées.  

La deuxième se concentre sur la conduite. « Ils doivent être en mesure de se déplacer dans des conditions hors sentier et développer des habiletés pour faire face à des situations complexes », spécifie Valérie Beauchamps.

Des manœuvres pour éviter l’enlisement dans la boue ou s’en dégager sont entre autres enseignées. Les exercices sont pratiqués en sentier et en dehors, sur terrain plat et en pente, ainsi qu'à la noirceur.

Les patrouilleurs sont également formés à utiliser des techniques de patrouilles sécuritaires, pour les interceptions et l’utilisation des équipements et signaux.

« La formation vise à uniformiser les pratiques d’utilisation des quads de la Sûreté lors des patrouilles de sentiers et lors des interventions hors sentier », indique-t-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.