Publicité

27 octobre 2021 - 10:00

Violence conjugale

La CETAM va s'impliquer auprès de trois maisons d'hébergement pour femmes

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

 La 2e édition du projet CETAM dans la rue sera entièrement consacrée aux maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale cette année. Trois de ces lieux, situés sur la Rive-Sud feront l'objet de dons monétaires et matériels dans le cadre de cette initiative. 

Les organismes sélectionnés sont: Carrefour pour elle (Longueuil), La Re-source (Châteauguay) et L'accueil pour elle (Valleyfield). Le projet prendra place dans les prochaines semaines.

Le projet est né en 2020, en pleine pandémie, avec le désir d’aider les plus démunis. La première édition s’est consacrée à trois organismes œuvrant dans le milieu de l’itinérance, tous situés sur le territoire de la CETAM.

« Cette année, avec tous les féminicides des derniers mois, nous n’avons même pas hésité une seconde, c’est auprès des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale que nous nous impliquerons », souligne Janie Gagnon, coordonnatrice des communications de la CETAM.

« Les paramédics ont le privilège d’entrer chez les gens, de voir leur environnement de vie. Parfois, on est témoin d’une situation anormale et d’autre fois on est carrément appelé sur les lieux d’une agression dans le cadre de violence conjugale. Ça nous touche beaucoup, l’humain derrière l’uniforme ne peut rester froid face à cette détresse-là. On veut aider, c’est essentiellement ce qui nous a amenés à faire ce métier », mentionne Alexandre Vincent, paramédic et co-organisateur du projet.

Au cœur même des valeurs de la coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie et surtout dans l’ADN de chaque paramédics, il y a la solidarité et le dévouement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.