Publicité

20 juin 2021 - 10:00

Une fierté de chez nous

Les grillades: un mets typiquement régional

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Le soleil tapant, une bière pour certains, la saison de hockey qui s’étire avec les Canadiens, quoi de mieux pour accompagner l’odeur émanant des tranches de lard salées en une chaude journée d’été ? Les sandwichs aux grillades, aussi classiques que la poutine pour Victoriaville et Drummondville, sont devenus le mets par excellence de Salaberry-de-Valleyfield, de Saint-Zotique et des environs.

Même si tous ont sa propre manière de l’apprêter, les tranches de pain blanc collant au palet, la moutarde débordante, les rondelles d’oignon et les tranches de tomates demeurent la recette la plus populaire pour mettre en valeur ces morceaux de flanc de porc, de quoi faire saliver. 

Il s’agit essentiellement de la même pièce utilisée pour faire le bacon, soit le ventre de l’animal. Les tranches sont plus épaisses et non fumées. 

Très prisées lors des fameuses Régates de Valleyfield, celles-ci ont désormais depuis 2014 leur propre festival de l’autre côté de la baie Saint-François à Saint-Zotique. Elles font partie des coutumes de bien des gens de la région qui organisent des barbecues amateurs au courant de l’été. 

Les épices y sont aussi pour quelque chose. Stéphane Villeneuve de la Boucherie Mario & Fils à Salaberry-de-Valleyfield explique que chaque commerce a sa recette secrète. « C’est comme le poulet frit du colonel Sanders », dit-il en pouffant de rire. Elles sont pour la plupart du temps composées de paprika, d’origan, de poivre de cayenne, de cumin, de thym et parfois de cassonade. 

Des origines nébuleuses

Les grillades seraient venues des bouchers qui ne parvenaient pas à vendre suffisamment de flancs de porc, une pièce qui n’était pas aussi populaire à l’époque, tout comme les ailes de poulet qui étaient littéralement données.

Ces derniers les salaient donc abondamment afin de les conserver. C’est ensuite en les dessalant, en les bouillant et en les grillant que certains les mangeaient en sandwich.

Le plat aurait toutefois été pour une première fois sous les projecteurs dans les années 70 lors des Régates de Valleyfield. « Dans le temps, de ce que j’ai entendu, c’était un souper dans le cadre des régates, ils voulaient avoir un repas à prix modique. Ils ont approché mon père, qui a pensé à ça, et il a sorti des sandwichs aux grillades », affirme M. Villeneuve.

Sous la tente principale, plusieurs soupers avaient lieu pour les différents clubs de services, les partenaires, les équipes ou pour amasser des fonds. L’événement aura connu la perchaude des régates, le spaghetti, le homard, le méchoui des régates, et ainsi de suite. De thématique en thématique, la grillade est restée dans les moeurs des amateurs. 

Mario Villeneuve aura après coup continué de mettre de l’avant les grillades lors de plusieurs événements. « Au début des années 80, mon père était dans le Club optimiste et ils faisaient des courses de boîte à savon et déjà il faisait des sandwichs aux grillades pour les gens », ajoute son fils. M. Villeneuve est depuis décédé et aura emporté avec lui ses secrets sur l’histoire des grillades.

Ce mets régional pourrait aussi tirer ses origines du côté de Saint-Clotilde-de-Châteauguay au sud de Saint-Rémi à environ 40 minutes de voiture de Salaberry-de-Valleyfield. Les tranches seraient plus minces, plus longues et grillées sur charbon de bois contrairement à la plaque en fonte.

Une popularité grandissante

Les grillades ont depuis connu une flambée spectaculaire. Ces dernières sont davantage reconnues au niveau national et des épices à grillades sont désormais vendues dans certains commerces aux quatre coins de la province.

Kevin Léger de la Boucherie Champlain à Salaberry-de-Valleyfield voit une augmentation constante de ses ventes d’année en année. « Même que l’hiver on commence à en vendre de plus en plus pour la pêche sur glace par exemple », mentionne-t-il. M. Léger en a vendu près de 100 000 livres l’année dernière.

Même son de cloche du côté de M. Villeneuve qui en vend actuellement environ 4000 livres par semaine.  « J’ai vendu la même chose l'année passée, il n’y avait pas de pique-nique, ni de party pratiquement, j’ai vendu presque la même quantité et cette année ce n’est pas parti pour diminuer », constate-t-il.

Des employés à temps plein, six jours semaines, sont consacrés uniquement à la coupe des tranches de flanc de porc.

Son propre festival

« La grillade est un mets typiquement de la région et très populaire dans notre municipalité. L’idée est venue de populariser la grillade afin de la faire connaître aux personnes qui ne sont pas d’ici et ainsi en faire un festival rassembleur et unique », souligne Isabelle Dalcourt, directrice du développement du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire à la Ville de Saint-Zotique.

Lors de la dernière édition en 2019, annulée en 2020 en raison de la pandémie, plus de 10 commerçants se sont lancé le défi d’avoir la meilleure grillade et six amateurs ont fait la même chose. « C’est certain que lors de l’événement la rivalité se fait sentir entre les commerçants et les amateurs. Chacun tente de promouvoir sa grillade comme étant la meilleure, mais toujours dans le respect et l’humour », précise-t-elle.

Un total de 6 000 personnes étaient ainsi présentes et plus de 2500 livres de tranches de flanc de porc ont été distribuées pendant la journée du festival.

« Ce fut un réel succès. Les gens attendent avec impatience le festival. L’événement culinaire est chaque année bonifié d’un spectacle pour enfant, un spectacle pour adulte, de plusieurs activités et d’un feu d’artifice », ajoute Mme Dalcourt.

Avec le déconfinement actuel, le maire Yvon Chiasson a confirmé, dans une vidéo parue récemment sur les réseaux sociaux, la tenue d’une septième édition du Festival régional de la grillade de Saint-Zotique en août prochain.

Le festival devrait se dérouler sur le site de la plage de la municipalité. Un spectacle de musique et les concours pourront avoir lieu tout en respectant les consignes sanitaires en vigueur. 

« La pandémie va être derrière nous, d’ici ce temps-là je l’espère qu’on sera passé au vert », souhaite-t-il. Pour plus d’informations sur la programmation et le festival, il est possible de consulter la page Facebook de l’événement. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.