Publicité

16 juin 2021 - 12:00

Demandes de permis acceptées dès le 14 juillet

Salaberry-de-Valleyfield autorise les poules urbaines sur son territoire

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À partir du 14 juillet prochain, les citoyens de Salaberry-de-Valleyfield intéressés à posséder des poules pourront faire une demande de permis auprès de la municipalité. En raison de l’engouement pour les poules en milieu urbain et les demandes de plus en plus nombreuses des citoyens, les élus ont annoncé leur volonté d’encadrer la garde des poules urbaines. 

Évidemment, cette résolution adoptée en juillet vise à concilier ce droit avec le respect du voisinage et le bien-être des animaux. Forte des expériences vécues par d’autres municipalités et du soutien d’une spécialiste en la matière, la Ville a pu élaborer un projet de règlement qui a été déposé à la séance du 15 juin, pour adoption officielle en juillet.

Les poules pondeuses seront donc très prochainement les bienvenues et les citoyens intéressés peuvent d’ores et déjà s’informer sur les bonnes pratiques. 

« Cette ouverture envers l’encadrement légal des projets de poules urbaines vise d’abord et avant tout à répondre à une demande clairement exprimée par bon nombre de citoyens. Elle s’inscrit également en droite ligne avec notre planification stratégique récemment adoptée dont l’un des points consiste à encourager les projets d’agriculture urbaine au profit d’une offre alimentaire accessible et saine. Un encadrement et des exigences claires doivent néanmoins être mis en place afin de nous assurer que tous ceux qui se lancent dans un tel projet le fassent en pleine connaissance de cause et non sur un coup de tête. Nous souhaitons ainsi nous assurer du respect de la qualité de vie de tous et ne pas mettre en péril le bien-être animal », a mentionné Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield.

Un cadre règlementaire strict

Pour pouvoir consommer des œufs frais provenant de leur propre cour arrière, les citoyens admissibles, répondant aux critères établis par le règlement, peuvent débuter leur préparation et franchir les premières étapes. Pour commencer, il leur faut vérifier leur admissibilité et prendre connaissance du Règlement 446 relatif aux poules urbaines, qui décrit en détail les consignes et contraintes à respecter pour empêcher les nuisances potentielles : propriétés autorisées, nombre de poules et provenance, contrôle, construction ou installation du poulailler et de l’enclos, localisation et implantation, alimentation, salubrité et entretien, traitement des poules…

Formation exigée

Le règlement spécifie que pour obtenir un permis de garde de poules, il faut suivre une formation sur les bonnes pratiques relatives à la garde de poules pondeuses, dispensée par un des formateurs reconnus par la Ville. La liste des différentes formations reconnues et leurs coûts respectifs sont d’ailleurs disponibles sur le site Web de la Ville, dans la nouvelle section dédiée aux poules urbaines. Il est à noter que la preuve d’une formation valide permet d’obtenir gratuitement le permis. Enfin, la signature d’un formulaire d’engagement constitue la dernière étape nécessaire pour faire une demande de permis.

Application du règlement

Les Services animaliers Salaberry-de-Valleyfield et le Service de l’urbanisme et des permis veilleront au respect du règlement et à l’application des pénalités en cas d’infraction. Les citoyens sont invités à se rendre sur le site Web de la Ville pour s’informer pleinement : ville.valleyfield.qc.ca/poule.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.