Publicité

10 juin 2021 - 14:06

Le regroupement Sauvons le Centre mère-enfant demande la collaboration des citoyens

Sur un pied d’alerte pour sauver la mission régionale de l’Hôpital du Suroît

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Tout récemment, les représentants du Comité Sauvons le Centre mère-enfant ont rencontré, en tête-à-tête, la nouvelle présidente directrice-générale du CISSSMO, Lise Verreault.

À la suite de cette rencontre, les partenaires de la mobilisation se montrent ravis et pleins d’espoir de l’écoute, mais ils appellent les citoyens et l’ensemble des organisations qui sont préoccupés par les soins de santé qui sont offerts dans la région à rester sur un pied d’alerte pour sauver la mission régionale de l’Hôpital du Suroît et participer aux consultations à venir.

« Madame Verreault a bien écouté les arguments, mais nous a aussi annoncé que certains services offerts à l’Hôpital du Suroît pourraient quitter, dont le Centre mère-enfant à Valleyfield. Le CISSSMO annoncera éventuellement une consultation pour revoir l’offre de services de l’Hôpital du Suroît et des services qui y gravitent. Par contre, rien ne nous garantit que nous conserverons les services de santé de 1ere et de 2e ligne dont a besoin une capitale régionale forte telle que la capitale du Suroît. Un hôpital régional qui dessert plus de deux MRC, doit être à la fois la porte d’entrée (1ere ligne), un lieu de diagnostic, de traitement et de réadaptation pour toute la population et aussi (2 e ligne) un lieu d’évaluation et traitement spécialisés, d’hospitalisation, de suivi intensif et de soutien spécialisé pour enfants et jeunes », précise la porte-parole du Comité citoyen, Edith Gariépy. 

Actions concrètes 

De son côté, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, milite pour des actions concrètes dans le dossier. « Nous souhaitons des soins de santé à notre image : des services d’accouchements, de gynécologie et de pédiatrie pour les jeunes familles qui arrivent en grand nombre, des services de proximité pour les aînés, tels que les services en audiologie, l’échographie transophagienne (du cœur) et la médecine nucléaire (pour les cancers). Par- dessus tout, nous souhaitons des actions concrètes pour régler le problème de main d’œuvre à l’hôpital du Suroît et non pas l’aggraver, ce qui se produirait inévitablement sans modification du plan clinique » lance-t-il. 

Les représentants de la mobilisation demandent donc au CISSMO de tenir une consultation ouverte, transparente, en réelle écoute active et inclusive de toutes les parties prenantes soit des consultations pour chacun des groupes que la mobilisation représente (citoyen, communautaire, économique, politique, syndicat,).

De plus, les représentants de la mobilisation invitent tout un chacun à se tenir sur un pied d’alerte et prêt à répondre présent lors des consultations. « Nous pourrons conserver nos services, pour peu que nous nous fassions entendre de la part du CISSSMO et du ministre de la Santé. Nous demandons à toutes les organisations des territoires de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent à se joindre à la mobilisation qui se nomme désormais la mobilisation Sauvons le Centre mère-enfant et la mission régionale de l’Hôpital du Suroît. Pour ce faire, ils peuvent simplement communiquer avec les différents représentants de la mobilisation via la page Facebook ou le site Internet. » 

Le Comité Sauvons le Centre mère-enfant demande aussi aux citoyens intéressés à être consultés et informés au sujet de la révision du plan clinique de l’hôpital du Suroit à s’inscrire via la page http://www.cdchsl.org/sauvons-le-centre-mere-enfant-a-valleyfield/. Cette démarche permettra de se garder au fait des enjeux et modalités des consultations à venir. 

« Nous avons peur de voir déconstruire les efforts d’une décennie pour attirer de nouvelles entreprises et de jeunes familles dans la région. C’est pourquoi la mobilisation Sauvons le Centre mère-enfant et la mission régionale de l’Hôpital du Suroît restera sur un pied d’alerte et invite tous les citoyens et organisations à faire de même. En nous ralliant pour demander un mandat de consultation clair au CISSSMO, mieux comprendre les enjeux et communiquer nos inquiétudes, nous pourrons réussir à conserver nos services et peut-être avoir enfin un hôpital et des services à la mesure de nos espérances », termine le regroupement. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.