Publicité

9 juin 2021 - 05:00 | Mis à jour : 14:24

Patrick Hébert travaille au Sélection Retraite Valleyfield depuis octobre 2018

Dans les coulisses d’un technicien d’intervention en loisir d'une résidence pour aînés

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Cette semaine, dans le cadre de sa série de reportages Dans les coulisses de… Néomédia s’est intéressé à un métier qui met du soleil dans le quotidien de centaine d’aînés dans la région, soit celui de technicien d’intervention en loisir. Rencontre avec Patrick Hébert qui occupe ce poste à la résidence Sélection Retraite Valleyfield depuis octobre 2018.

Au quotidien, plusieurs entreprises privées ou des municipalités embauchent des techniciens, des intervenants, des responsables ou encore des coordonnateurs en loisir afin d’organiser et planifier des activités pour divers types de clientèles. Si de l’extérieur cette profession semble se résumer à l’organisation d’activités, pour Patrick Hébert, citoyen bien impliqué dans la communauté de Salaberry-de- Valleyfield, c’est bien plus !

« Premièrement, il faut suivre une formation technique de trois ans au Cégep avant d’occuper un emploi dans ce secteur. Ensuite, dans le titre de ma profession, il y a le mot intervention, ce qui signifie qu’on joue un rôle important auprès des aînés autant par le fait de les divertir avec des activités, mais aussi par le fait de discuter avec eux et d’élaborer des programmes pour briser l’isolement et aider sur le plan cognitif », explique le jeune homme, âgé dans la fin vingtaine, qui est aussi photographe et chargé de projets en communication à ses heures.

Une journée typique dans la vie de Patrick Hébert

Cumulant plusieurs emplois, Patrick Hébert a un quotidien bien chargé. Mais à quoi ressemble une journée dans sa vie de technicien d’intervention en loisir ? « C’est un emploi non routinier, mais je commence ma journée en regardant mes courriels et en prenant mes messages téléphoniques. Par la suite, je dois m’assurer que les espaces communs et les salles d’activités sont bien placées, si ce n’est pas le cas, je dois les placer en préparant le matériel nécessaire pour la programmation des loisirs en place. Bien sûr, le tout dans le respect des consignes sanitaires dans le cas de la pandémie de la COVID-19. Je fais également le tour du complexe à l’extérieur afin de m’assurer de son entretien, mais aussi pour socialiser avec les résidents lorsque je les rencontre. J’anime aussi entre un à trois ateliers par jour. À la fin de la journée, je reprends mes courriels et messages téléphoniques et / ou je participe à des rencontres de comités. »

De façon générale, Patrick arpente les couloirs de la résidence pendant 37,5
heures ou plus dans une semaine, soit du lundi au vendredi de 9h à 17h. Mais
dans son métier, l’horaire est variable si c’est nécessaire.

Réfléchir aux activités

Avant d’organiser une activité pour les aînés du Sélection Retraite Valleyfield,
Patrick Hébert a quelques étapes à faire. Parmi elles, un sondage qu’il distribue aux résidents pour connaître leurs attentes, désirs et besoins en termes d’activités, une à trois fois par année.

« J’essaie de faire des activités qui vont leur plaire d’abord et avant tout. Certaines activités sont organisées pour le plaisir, mais également le sont pour leur développement personnel, physique et cognitif. Je conçois ma programmation d’activités un mois à l’avance pour que les résidents puissent planifier leur participation. »

Parmi les activités proposées aux résidents depuis l’ouverture du complexe, on peut nommer l’organisation d’une série de spectacles en toute intimité avec des artistes connus, des voyages organisés, la traditionnelle activité de bingo, des soirées contes et légendes près du feu, des dégustations de thés, vins et bières locaux ou des repas thématiques.

Patrick a créé deux activités bien appréciées des résidents et qui leur permettent de travailler leur mémoire, soit Cerveau branché et Remue-Méninges. La série d’ateliers On bouge plus est constituée de séances d’exercices intérieures et extérieures pour que les résidents gardent la forme et bougent…en direct de leur balcon.

La créativité, une qualité essentielle

L’une des qualités essentielles requises pour pratiquer le métier de technicien
d’intervention en loisir est sans aucun doute la créativité. « Il faut trouver des façons pour organiser des activités plaisantes et souvent à faible coût. Par exemple, par le passé, j’ai fait appel à mon réseau de contacts sur Facebook pour trouver du matériel pour mes ateliers. Parfois, je vais animer moi-même un atelier ou être au coeur d’une activité pour limiter les coûts. Par exemple, pour la Saint- Valentin, j’ai organisé une séance photo pour les résidents et j’étais le photographe », image-t-il.

Au cours des prochains mois, Patrick Hébert aimerait bien organiser une envolée en montgolfière avec ses résidents. « Certains résidents aimeraient bien cela alors j’essaie de penser à comment je pourrais rendre ce désir possible et accessible. Nos activités n’ont aucune limite ! »

D’autres qualités requises pour exercer ce métier sont l’écoute, le sens de l’initiative, de la débrouillardise et l’organisation. « Tu ne dois pas attendre qu’on te dise quoi faire, tu dois le faire par toi-même. On me compare comme un chef d’orchestre qui coordonne la programmation des loisirs, car je suis seul dans mon département. Je m’entoure des meilleures ressources pour offrir un service de divertissement de qualité aux résidents. Par exemple, je peux embaucher des professeurs ou prendre des ententes avec des restaurateurs locaux pour des soirées repas thématiques », poursuit-il.

En terminant quels mythes sur sa profession aimerait-il déboulonner ? « Toutes les activités organisées sont pensées et réfléchies pour une raison précise. Tout est planifié à l’avance et vise un objectif bien clair : briser l’isolement, permettre aux résidents de conserver la forme, travailler leur mémoire, créer des liens entre les résidents, bref, améliorer leur qualité de vie. »

Dynamique, polyvalent et amoureux de son métier, Patrick espère pouvoir continuer de mettre sa créativité au service des aînés de Salaberry-de-Valleyfield pour encore de nombreuses années.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.