Publicité

14 mai 2021 - 12:00 | Mis à jour : 18 mai 2021 - 12:35

Un montant supplémentaire de 13,2 M$

Violence conjugale : Québec va créer des cellules d'intervention rapide dans toutes les régions

François Provost

Par François Provost, Journaliste

La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, était accompagnée de plusieurs dignitaires féminines afin d'annoncer aujourd'hui une injection supplémentaire de 13,2 M$ dans la lutte à la violence conjugale aux féminicides. 

Il s’agissait d’une quatrième annonce en trois semaines de la part de la vice-première ministre dans ce dossier. 

« On veut vraiment démontrer nos intentions d’agir sur tous les angles de la lutte contre la violence faite aux femmes, parce que c’est complexe, ce n’est pas une seule action, ce n’est pas juste de l’argent » de mentionner Geneviève Guilbeaut

Ce montant supplémentaire de 13,2 M$ servira à augmenter le nombre de cellules d'intervention rapide intersectorielles et d’accroître l'accès au programme Supplément au loyer.

Cellules d’intervention rapide intersectorielles
Un montant de 9,1 M$ est réservé pour les cellules d’intervention rapide intersectorielles. Ces dernières ont pour mandat de prendre en charge la victime et l’agresseur potentiel ou avéré dans des situations de haute dangerosité. Elles sont composées à la fois d’organismes,  d'organisations gouvernementales et de personnes intervenantes. 

Actuellement, huit cellules existent dans sept différentes régions du Québec. Les nouveaux budgets viseront à couvrir tous les territoires de la province.

« Les cellules d'intervention rapide déjà en place donnent des résultats, et c'est pourquoi nous souhaitons les étendre à l'ensemble du Québec, » Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

Dès juin prochain, le Secrétariat à la condition féminine lancera un appel de projets aux régions afin de mettre en oeuvre des cellules d'interventions rapides sur les différents territoires. 

Maisons d'hébergement de deuxième étape
La vice-première ministre a également annoncé 236 nouvelles unités dans des maisons d'hébergement de deuxième étape. Ces maisons offrent un séjour plus long que les maisons d’hébergement de première étape pour des femmes et des enfants victimes de violence conjugale.

Des 236 nouvelles unités, 77 d’entre elles seront consacrées à la clientèle de l'Alliance des maisons d'hébergement de deuxième étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale. Le regroupement et six de ses organismes partenaires ont par ailleurs déposé des projets totalisant une soixantaine d'unités à la SHQ.

La Société d'habitation du Québec (SHQ) a mis de côté 4,1 millions de dollars pour 100 unités du programme Supplément au loyer. Cet ajout a pour but de renforcer le réseau d’hébergement dans un contexte où l’on constate  un manque de loyers abordables sur le marché privé et où le séjour des femmes victimes de violence dans une maison d'hébergement de deuxième étape tend à se prolonger. Cette situation a pour effet d'allonger également le séjour des femmes dans les maisons de première étape.

Rappelons qu’un enveloppe de 223 millions de dollars a été réservée par Québec pour lutter contre la violence conjugale suite aux recommandations du Comité d'experts sur l'accompagnement des personnes victimes d'agressions sexuelles et de violence conjugale.

Une cinquième annonce visant principalement les premières nations sera également faite dans les semaines à venir, a indiqué Geneviève Guilbault.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.