Publicité

6 mai 2021 - 14:15

Entre 20% et 30% des gens atteints de la COVID ont toujours des symptômes un mois plus tard

Le CISSSMO lance un écosystème de soins pour les personnes atteintes de la COVID longue

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Toutes les réactions 1

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest sera au coeur d’une initiative provinciale très prochainement. Au cours des prochaines semaines, le CISSSMO ouvrira la toute première offre de service en réadaptation au Québec qui vise à traiter les patients atteints de symptômes persistants de la COVID-19.

Cette problématique de santé, aussi appelé COVID longue, touche entre 20% et 30% des personnes atteintes par cette maladie. Celles-ci présentent au moins un symptôme de la maladie pendant au-delà de quatre semaines après avoir contracté  le virus alors qu’environ 10% composent avec au moins un symptôme persistant de la maladie pendant plus de 12 semaines, soit trois mois. C’est pour venir en aide à ces personnes que le CISSSMO met sur pied cette initiative, en collaboration avec le Centre de recherche sur la réadaptation axée sur le patient de l’Université de Sherbrooke.

Pour prendre en charge les patients du territoire de la Montérégie-Ouest qui souffrent de cette maladie, le CISSSMO se dote d’une équipe multidisciplinaire. À ce jour, on estime à 12 000 le nombre de personnes qui ont eu la COVID-19 sur ce territoire depuis mars 2020. De ce nombre, 10% vivent encore avec l’un ou plusieurs des cinquante symptômes de la COVID longue recensés jusqu’à présent. Parmi eux, nommons les plus connus: l’essoufflement, la fatigue extrême ou la perte de concentration. Mais certains composent avec des séquelles plus lourdes.

«  Certaines douleurs musculaires ou articulaires peuvent apparaître, tout comme certaines maladies importantes comme le diabète ou encore des pathologies vasculaires ou dermatologiques. La COVID est une problématique de santé inflammatoire qui peut affecter plusieurs systèmes du corps et causer des dommages à long terme et être handicapants  », précise Simon Décary, pht, PhD eu Laboratoire de recherche sur la réadaptation axée sur le patient, Université de Sherbrooke.

Un écosystème au service du patient

Concrètement, ce projet du CISSSMO et de son partenaire nécessite la mise en place d’un écosystème autour du patient. C’est-à-dire que celui-ci requiert la collaboration des médecins de famille du territoire et des infirmières de première ligne. Par la suite, des ergothérapeutes, des physiothérapeutes, des nutritionnistes ou encore des psychologues pourront être consultés par les patients en cas de besoin. Chaque personne traitée recevra les soins appropriés à sa condition et à ses problématiques. Le tout via des consultations en télé-soins ou des ateliers en ligne. « Pour éviter de surcharger encore plus le réseau de la santé, les ressources humaines affectées à ce projet sont issues du secteur privé. Un investissement de 1,3 M$ est requis pour constituer cette équipe de professionnels pour la prochaine année », ajoute Annik Jobin, Conseillère cadre à l’innovation et au développement des outils cliniques, CISSS de la Montérégie-Ouest.

Inscriptions possibles dès maintenant

Les personnes demeurant sur le territoire de la Montérégie-Ouest qui souffrent de la COVID longue peuvent s’inscrire à ce projet dès maintenant via le 1 844 699-6598 ou le [email protected]

Deux critères doivent être respectés pour pouvoir participer à cette démarche: résider sur le territoire du CISSSMO et présenter au moins trois symptômes de la COVID longue quatre semaines après l’infection.

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Quelle belle initiative, en espérant qu'il y en ait un peu plus dans les prochaines semaines ou prochains mois pour le reste du Québec.

    Odette Bisson - 2021-05-06 16:55