Publicité

3 mai 2021 - 10:00

Vaudreuil-Soulanges

L'UCMU agrandit sa flotte de véhicules

L’Unité communautaire de mesures d'urgence (UCMU) a récemment fait l’acquisition d’un nouveau véhicule afin d’épauler les intervenants et les victimes d’incendie ou de tout autre sinistre, et ce sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges. 

« On va avoir un troisième véhicule qui va être basé à Vaudreuil-Soulanges pour améliorer le temps de réponse et être plus rapide », explique Danis Séguin, directeur de l’UCMU. 

L’organisme, qui intervient dans les premières heures d’un incendie ou autres tragédies du genre, souhaite augmenter sa présence dans la région. Les deux véhicules, basés à Sainte-Catherine et à Châteauguay, couvrent la majeure partie de la Montérégie, c’est-à-dire 42 municipalités. « Faut dire que c’est quand même grand comme territoire », constate-t-il. 

Ces unités donnent de la nourriture, de l’eau, des vêtements aux sinistrés tout en épaulant le travail des premiers répondants en leur fournissant un espace de repos. 

Celle de Vaudreuil-Soulanges sera sur la route au courant de l’été selon M. Séguin. Des rénovations comme l’installation d’une petite cuisine, de bancs, de tables et d’espaces de rangement  doivent être effectuées. « Toutes les modifications qu’on apporte au véhicule pour le mettre en service sont faites par nous-même pour économiser », indique-t-il. 

La réfection de l’ancien véhicule incendie de la ville de Mercier, qui servait de lieu de rangement pour l’équipement des pompiers, s'élèvera à une somme de 75 000$ selon son directeur. Il devrait être basé soit à Vaudreuil-Dorion ou à Coteau-du-Lac. 

Recrutement 

L’organisme de bienfaisance, qui fonctionne grâce au travail de bénévoles, est actuellement en période de recrutement et de formation. Samedi dernier, huit nouveaux bénévoles ont pris part à une formation pour Vaudreuil-Soulanges. 

« Il y a toujours de la place, on veut essayer d’avoir au moins une quinzaine de bénévoles dans le secteur », souhaite M. Séguin. 

Ceux-ci doivent être prêts à intervenir à toute heure du jour « beau temps, mauvais temps », précise-t-il. L’UCMU reçoit près de 60 appels par année et la demande est grandissante, notamment en raison des normes de travail plus rigoureuses pour les pompiers. 

M. Séguin estime leurs interventions essentielles autant pour les pompiers que pour les sinistrés. « Surtout quand on arrive en pleine nuit et qu’ils sont sur le trottoir à regarder leur maison brûler », témoigne-t-il .

Difficulté de financement

La pandémie a évidemment affecté les activités de financement de l’organisme. Les collectes de fonds dans les épiceries, les festivals, lors des portes ouvertes des casernes ou avec de la sollicitation ne sont pratiquement plus possibles. 

Selon M. Séguin, l’UCMU, qui a un budget annuel d’environ 50 000$, a récolté environ 30 000$ de moins en raison de l’annulation de telles activités. Le reste provient de la cotisation des villes ou de dons provenant entre autres de personnalités politiques locales. 

« On cherche des moyens de compenser les pertes que la pandémie a occasionnées », ajoute M. Séguin. La vente de produits tels que des masques ou des tasses a récemment été mise en branle, mais cela ne peut pas remplacer les collectes de fonds des dernières années d’après M. Séguin.

L’achat de la nouvelle unité sera payé grâce à une entente échelonnée dans le temps avec la ville de Mercier, qui se verra demander une plus petite part de cotisation annuelle. 

L’UCMU, ainsi que cinq autres organismes du genre autour de Montréal, a malgré tout créé en janvier dernier la Fédération des pompiers auxiliaires du Québec, où M. Séguin siège à la vice-présidence. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.