Publicité

25 mars 2021 - 08:00

Un temps d’écran préoccupant

Pandémie en ligne chez les jeunes de la région

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Bien des jeunes auront vécu la dernière année derrière leurs écrans, que ce soit pour suivre leurs cours ou tout simplement manque d’activités sociales. Selon une enquête de NETendances de l’Université Laval, 76% des jeunes de 6 à 17 ans ont vu une augmentation du temps consacré en ligne. 

Cette hausse n’a rien d’étonnant, mais demeure préoccupante. Une proportion de 40% des jeunes passe en moyenne plus de 10 heures par semaine sur le web, ce qui représente un bond de 15% en seulement une année. 

La présence en ligne des jeunes est inquiétante, notamment pour les jeunes du primaire et des secondaires un à trois qui étaient en présentiel au moment de l’étude. Les élèves du secondaire demeurent malgré tout ceux qui écoulent le plus de temps derrière un écran, soit 59% à y être plus de 10 heures par semaine, contrairement à 27% pour les moins 6 à 12 ans. 

La tablette électronique reste le médium le plus utilisé, et ce surtout pour le visionnage de vidéos sur divers sites comme YouTube. L’étude montre aussi une augmentation de la popularité des jeux vidéo, seuls ou avec amis, et ce surtout pour les garçons. 

La participation aux réseaux sociaux s’est accrue. Plus des deux tiers des jeunes de 6 à 17 ans ont un compte sur une plateforme ou ont une adresse courriel personnelle. C'est une hausse de 13% par rapport à l’année précédente. 

Encadrement parental

Certains parents auront peut-être été plus libéraux quant à l’utilisation des écrans dans la dernière année. L’encadrement enregistre une baisse de 5% selon la même étude.

Pour Jonathan Labbé, père de deux enfants, cette réalité s’est évidemment accentuée avec la pandémie. « Quand tu as deux enfants à la maison et que les deux parents travaillent dans leurs bureaux toute la journée. On n’a pas le choix, déplore-t-il. C’est certain qu’on s’est retrouvé avec les enfants à la maison et on n’est pas de s’en occuper, mais ce n’est pas qu’on ne voudrait pas le faire. »

La hausse du temps d’écran était inévitable, notamment lorsque des classes ou des écoles fermaient en raison d’un cas de COVID-19. Les cours en ligne ne faisaient pas partie des résultats de l’étude, mais ont aussi considérablement augmenté le temps d’écran chez les jeunes. 

L’impact des écrans

Sans être alarmiste, le temps d’écran comporte des enjeux, notamment en ce qui a trait à la santé physique et mentale.

La présence en ligne est trop souvent synonyme de sédentarité, ce qui implique des problèmes de santé comme l’hypertension artérielle et le surplus de poids. La lumière des écrans aurait aussi des effets sur le rythme circadien. Des troubles du sommeil peuvent y être associés.

La santé mentale et la socialisation sont aussi au cœur des enjeux quant au temps passé derrière un écran. Il est aussi important de rappeler que l’intimidation sur les réseaux sociaux reste encore fréquente et qu’il est essentiel de sensibiliser les enfants sur ce sujet.

La Société canadienne de physiologie recommande donc aux jeunes de moins de 17 ans de passer un temps total de deux heures par jour à ce genre d’activité. Dans les faits, cela ne s’applique pas aussi facilement dans le contexte de la pandémie, notamment avec des cours en ligne, mais toute réduction est la bienvenue selon les experts.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.