Publicité

18 mars 2021 - 07:00 | Mis à jour : 19 mars 2021 - 08:26

Née en 1921, elle est mère d’une dizaine d’enfants

Une résidente du Centre Dr. Aimé-Leduc souffle ses 100 bougies

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

En ce jeudi 18 mars 2021, Rollande Fecteau qui demeure au troisième étage du Centre Dr. Aimé-Leduc de Salaberry-de-Valleyfield célèbre son 100e anniversaire. Néomédia a pu s’entretenir avec une des filles de la centenaire pour en apprendre plus sur la vie de cette mère de 14 enfants.

Mme Fecteau est née en 1921 à Saint-Ludger en Beauce, un coin de pays qu’elle affectionne particulièrement et où elle restera pendant plusieurs années. En 1940, elle se marie à l’âge de 19 ans et son premier enfant vient au monde en mars 1941. Au moment de cette union, son mari est âgé de 21 ans.

« Mon père était menuisier et ses journées étaient longues. Ma mère nous a pratiquement élevés toute seule parce que mon père partait très tôt le matin et revenait tard des chantiers. Au cours de sa vie, il a participé à la construction du tunnel de Melochville en 1957. Très habile de ses mains, mon père a travaillé sur des chantiers aux États-Unis dans la première année qui a suivi son mariage », se rappelle Christiane Létourneau, l’une des filles de la centenaire.

Malgré qu’elle ait mis au monde 14 enfants au total, Mme Fecteau a aussi travaillé dans une cannerie. « Ma mère a eu deux couples de jumeaux parmi ses grossesses. Dans chaque couple, un des bébés est décédé et elle a fait une fausse couche alors qu’elle attendait possiblement un autre couple de jumeaux. Elle a donc perdu trois ou quatre enfants en bas âge. Fort heureusement, la majorité a survécu. »

Élevés en Beauce et à Beauharnois

La région de la Beauce est importante dans l’histoire de la famille Fecteau. Le mari de la centenaire qui était menuisier, y a tenu une entreprise de bois pendant de nombreuses années. Au milieu des années 50, le clan familial quitte cette région pour s’établir à Sherbrooke pour une année. « Pendant que nous étions là, mon père Robert travaillait à bâtir le tunnel de Melocheville et une maison pour nous dans cette municipalité. Un an plus tard, soit en 1957, nous sommes déménagés dans la résidence bâtie par mon père. Deux de mes soeurs sont venus au monde une fois rendues ici, mais l’une d’elles est décédée le lendemain de sa naissance », poursuit-elle.

Au total, 16 ans séparent l’aîné et la cadette. « Nous avons tous environ un an ou deux de différence. Comme c’était le cas à l’époque, les plus vieux participaient à l’éducation des plus jeunes. Nous sommes tous nés à la maison, sauf les cinq derniers. Son premier couple de jumeaux étant vraiment petits, elle nous gardait près du poêle et nous nourrissait au compte-goutte », raconte-t-elle.

Fait inusité: Rollande Fecteau a été enceinte en même temps que sa mère. « Ma grand-mère a eu, au contraire de ma mère, 14 enfants, mais 10 garçons et 4 filles. Elles ont été enceintes en même temps, ce qui est assez particulier. »

Un père qui voulait aller à la guerre


Né dans les années 1920, le mari de Mme Fecteau aurait bien voulu aller à la
guerre, mais un problème de santé l’en a empêché. « Il était menuisier et lors d’un examen, on a vu un morceau de bois sur un de ses poumons. Il n’a donc pas pu participer à la Deuxième Guerre mondiale, mais il voulait y prendre part. »

Comme c’était trop souvent le cas à l’époque, Mme Fecteau est veuve depuis de nombreuses années. Elle a perdu son mari en 1972 alors qu’il était âgé de 54 ans. « Elle ne s’est jamais remariée ensuite ou même eu quelqu’un d’autre dans sa vie. Elle est veuve depuis. » Par la suite, deux des garçons de Mme Fecteau ont aussi pratiqué le même métier que leur père. À la mort de ce dernier, ils ont bâti une maison pour leur mère, où elle a habité pendant de nombreuses années.

Sept enfants toujours en vie

Au début des années 2000, Mme Fecteau a perdu quatre enfants. À ce jour, sept sont toujours vivants. Depuis huit ans, soit janvier 2013, Mme Fecteau réside au Centre Dr. Aimé-Leduc de Salaberry-de-Valleyfield où elle recevait, avant la COVID-19, la visite de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. La pandémie a compliqué les choses depuis, mais les contacts ont toujours lieu, en mode virtuel, en ces temps difficiles.

Cet après-midi, la famille pourra se rendre à l’extérieur du CHSLD de Salaberry- de-Valleyfield pour apercevoir la centenaire à travers une fenêtre en cette journée importante. « Elle a aussi reçu un bouquet de fleurs pour souligner ce moment important. Aujourd’hui, son équilibre est difficile, mais elle a encore toute sa tête », conclut Mme Létourneau.

Notons que Néomédia a tenté à deux reprises de savoir si une célébration, aussi courte soit-elle, était prévue pour souligner le 100e anniversaire de Mme Fecteau. Nous n’avons obtenu aucune réponse de la part du CISSSMO qui gère le Centre Dr. Aimé-Leduc.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.