Publicité

13 février 2021 - 15:00 | Mis à jour : 20:14

Embauche d'une firme spécialisée pour analyser les problématiques

Encore des tensions entre Sainte-Martine et ses pompiers démissionnaires

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Lors de l’assemblée régulière virtuelle du conseil municipal de Sainte-Martine ce mardi 9 février, la mairesse Maude Laberge est revenue sur les démissions en bloc de plusieurs pompiers du Service de sécurité incendie. Au début janvier, les démissions se sont accumulées pour l’administration municipale si bien que l'on compte maintenant douze pompiers et sept recrues dans les rangs de la brigade locale.

Dès que les départs se sont accumulés, la Municipalité de Sainte-Martine a procédé à l’embauche d’une firme spécialisée en gestion des ressources humaines.

« Les pompiers ont été informés de cette démarche et nous avons convenus de tenir une rencontre avec eux au retour de la période des fêtes. L’objectif de cette firme était d’analyser, de façon neutre, les problématiques soulevées dans les lettres de démission des pompiers. Les dernières semaines ont servi à cela et je remercie les pompiers de s’être soumis aux entrevues menées par les consultants et la municipalité dans cette optique », a soutenu la mairesse lors de la réunion virtuelle.

Néomédia a questionné la Municipalité de Sainte-Martine sur le coût de cette analyse. « Le mandat n'est pas encore terminé donc nous n'avons pas le montant final », précise la responsable des communications à la Municipalité, Audrey Caza.

Un changement organisationnel qui passe mal

Selon Mme Laberge, cette démarche a permis de faire avancer les choses et de mieux comprendre les perceptions de chacun. « Certaines tensions sont toujours présentes en ce moment. Sans entrer dans les détails, voici les constats qui émanent jusqu’à présent. Le changement organisationnel qui a fait passer les pompiers volontaires au statut d’employés municipaux à temps partiel n’a pas été bien vécu par tous. Certains ne sont pas bien là-dedans. C’est ce que les témoignages nous ont permis d’apprendre », a-t-elle ajouté.

Elle a poursuivi en soutenant qu’un problème de communication existait entre la municipalité et le service incendie. Un plan d’action est d’ailleurs en rédaction et en préparation et devrait être présenté sous peu à tous les pompiers. « Le but sera de mieux se comprendre et d’expliquer les choses. Il faudra travailler en équipe pour réaliser et concrétiser ce plan. Les pompiers démissionnaires qui souhaitent revenir sur leur décision peuvent encore le faire. Nous lancerons l’appel de candidatures pour pourvoir les postes vacants la semaine prochaine. D’ici là, le schéma de couvertures de risques continue d’être respecté à la lettre et le service incendie de Beauharnois est appelé en entraide au besoin. »

La bière en cause?

L’une des sources de tension entre la Municipalité et les sapeurs était la présence de bière à la caserne. Cette boisson se trouvait à la caserne en raison de l’implication des pompiers dans le Festi-Glace, une fête hivernale annuelle. Mais pourquoi la bière n’était pas conservée ailleurs par la Municipalité? « Nous n'avons jamais eu de demande d'entreposage d'alcool à la Municipalité de la part d'un organisme. La direction a demandé à certains pompiers, à plusieurs reprises, d'arrêter de consommer et d'entreposer de l'alcool à la caserne. L’an passé, la Municipalité a soutenu le groupe dans l’organisation de l’événement. En comparaison avec la Fête des Moissons par exemple, nous pouvons dire que lorsque l'événement se termine et qu'il y a des surplus de produits, nous avons toujours des ententes avec les fournisseurs afin que ceux-ci les récupèrent. Nous n'avons pas besoin d'entreposer de l’alcool », affirme Mme Caza.

D'après des pompiers démissionnaires, l'alcool à la caserne n'était que celle entreposé pour le Festi-Glace. Or, ce n'était pas le cas selon des informations acheminées à l'administration municipale. Celles-ci démontrent que ces derniers en consommaient sur place le mardi soir après des réunions, à la suite de pratiques, d'interventions ou de formations. 

Enfin, quelles sont les conclusions du rapport de la firme spécialisée embauchée? Pour le moment, elles ne sont pas connues. « Nous avons reçu le rapport préliminaire aujourd’hui (vendredi),  il sera donc analysé dans les prochains jours. Nous pourrons travailler sur plan d'action avec la firme au besoin. Les appels de candidatures pour le remplacement des pompiers seront lancés le lundi 15 février », conclut-elle.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.