Publicité

26 janvier 2021 - 13:22 | Mis à jour : 13:29

Le regroupement citoyen émet quelques réserves

Le comité de sauvegarde du centre-mère enfant salue l'arrivée d'une maison des naissances

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À la fin de 2020, le CISSSMO confirmait l’installation prochaine d’une Maison des naissances dans la région du Suroît. Pour le comité de sauvegarde du centre-mère enfant de l’Hôpital de Valleyfield, c’est une belle initiative. Mais attention, ce projet, une fois concrétisé, ne résoudra en rien le transfert projeté de Valleyfield vers Vaudreuil de tous les accouchements en milieu hospitalier, prévient le regroupement citoyen. 

« Par son manque de précision le communiqué porte à confusion en laissant supposer qu’il pourrait pallier aux 400 accouchements de résidentes des MRC de Beauharnois-Salaberry et du Haut St-Laurent que le CISSSMO veut transférer à Vaudreuil », précise Édith Gariépy, porte-parole du Comité Sauvons le centre-mère de l’Hôpital de Valleyfield.

Concrètement, la promotion de Maisons de naissances avec des sages-femmes est mise de l’avant par le Ministère de la santé depuis plus de 15 ans comme un service complémentaire aux accouchements en milieu hospitalier.

Rappelons que ces installations doivent être bâties dans des endroits situés à moins de 20 minutes d’un hôpital offrant des services d’accouchement. «  Le fameux 400 accouchements mentionné dans le communiqué répond à l’objectif fixé aux Maisons de naissances qui est d’accommoder 10% des 4 000 accouchements sur l’ensemble du territoire de la Montérégie-ouest. Il est d’ailleurs fort utile de rappeler qu’il s’agit d’un objectif car il faut bien préciser que les Maisons de naissances en opération depuis une quinzaine d’années rejoignent en moyenne moins de 4% du total des naissances. Si on applique ce 4% aux 400 accouchements des résidentes de Valleyfield et du Haut-St-Laurent, on arrive à 16 accouchements réalisés en Maison des naissances. Ce sont donc les services de proximité de 384 futures mères que le CISSSMO abolirait en fermant le Centre mère-enfant de l’hôpital de Valleyfield », ajoute-t-elle.

Loin d’être une alternative à la fermeture du Centre mère-enfant de Valleyfield, l’établissement d’une Maison des naissances  ce même territoire est une bonne nouvelle, résume le comité, mais il est essentiel de préciser qu’il s’agit d’un service complémentaire au service d’accouchement en milieu hospitalier.

Comme l’a déclaré le gynécologue Michel Paquin lors d’une entrevue : « Il est impensable pour Salaberry-de-Valleyfield de perdre ses services d’accouchement. D’ailleurs, cela pourrait entraîner des conséquences majeures pour l’ensemble des services de l’hôpital. »

Pour le comité de sauvegarde du centre mère-enfant, la meilleure et la moins coûteuse des solutions pour l’établissement d’une Maison des naissances serait de l’établir sur une portion de terrain déjà disponible, adjacent et appartenant à l’Hôpital de Valleyfield. Le tout, en sauvegardant le centre mère-enfant dans lequel 1,8M$ a déjà été investi. «  À bien y penser, ce serait la proposition qui répondrait le mieux à la politique de périnatalité mise de l’avant par le ministère de la santé », conclut Mme Gariépy.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.