Publicité

26 janvier 2021 - 12:00

Enquête annuelle de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec

18 % de pharmaciens manquants dans les établissements de santé de la Montérégie

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Selon la plus récente Enquête annuelle de l'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (A.P.E.S), le manque de pharmacien d'installation se fait sentir en Montérégie. Les conclusions de cette analyse démontrent que cette région enregistrait un taux de pénurie de 18%. 

Sur un total de 142 postes de pharmaciens dans les établissements de santé de la Montérégie, 26 postes de pharmaciens en équivalent temps complet (ETC) sont demeurés non comblés.

À l’échelle du Québec, un poste de pharmaciens d’établissements sur cinq (19 %) était à non comblé.

L’A.P.E.S. tire la sonnette d’alarme, car cette pénurie nuit à la couverture de soins pharmaceutiques offerte aux patients hospitalisés, ambulatoires et hébergés en CHSLD. L’insuffisance de soins pharmaceutiques en établissement de santé engendre aussi plusieurs conséquences négatives telles :

-       l’augmentation des risques d’incidents et d’accidents médicamenteux;

-       l’allongement de la durée moyenne des hospitalisations;

-       des risques d’effets indésirables et d’interactions;

-       des retours à l’urgence et des réhospitalisations

-       une diminution de la qualité de vie des patients;

-       des coûts supplémentaires pour le système de santé.

L’A.P.E.S. réclame donc des actions rapides du gouvernement du Québec afin de résorber la situation et éviter des conséquences trop importantes sur les soins et services à la population.

« Nous sommes arrivés à un point où la pénurie nuit à la couverture de soins pharmaceutiques offerte aux patients hospitalisés, ambulatoires et hébergés en CHSLD. Or, dans un contexte de vieillissement de la population et d’explosion des problèmes de santé aigus et chroniques, un établissement de santé doit pouvoir compter sur un nombre suffisant de pharmaciens. En tant qu’experts des médicaments, ceux-ci doivent faire partie plus systématiquement des équipes de soins, dans une logique d’interdisciplinarité », a déclaré le président de l’A.P.E.S., François Paradis.

Assurer une rémunération concurrentielle et prévisible

Le renouvellement de l’entente de travail entre les pharmaciens d’établissements et le gouvernement du Québec, venue à échéance le 31 mars 2020, est une occasion à saisir pour accroître la capacité du réseau d’intéresser la relève à la pratique en milieux hospitaliers et de soins de longue durée. De 20 % à 50 % de la rémunération des pharmaciens d’établissements repose aujourd’hui sur des mesures dites « temporaires », lesquelles sont remises en question à chaque négociation. L’A.P.E.S. souhaite que ces mesures soient pérennisées afin de mettre fin à l’incertitude entourant les conditions des pharmaciens d’établissements.

« Dans les dix dernières années, on a diplômé en moyenne 62 pharmaciens par année du programme de maîtrise en pharmacothérapie avancée, qui prépare à la pratique en milieu hospitalier. Bien qu’on observe une croissance notable des admissions au programme, il faut stimuler l’attrait pour la profession. Cela passe
notamment par la fiabilité de la rémunération
», a souligné M. Paradis.

« Voilà plus de 10 ans que ces mesures ont été mises en place. Elles n’ont plus de temporaires que le nom. Le ministère de la Santé et des Services sociaux et l’A.P.E.S. ont unanimement reconnu, dans un rapport conjoint déposé à l’automne 2019, l’efficacité et la pertinence de ces mesures. Leur rapport, fruit de travaux
réalisés en comité sur une période de 18 mois, en recommande la reconduction. Que faut-il de plus pour convaincre le gouvernement ?
», a pour sa part demandé Mme Linda Vaillant, pharmacienne et directrice générale de l’A.P.E.S.

Les mesures temporaires ont notamment permis l’allongement de la semaine de travail d’environ 10 %, ce qui équivaut à l’addition de plus de 130 pharmaciens d’établissements à temps complet au réseau. Elles reconnaissent aussi la contribution des pharmaciens dans les milieux où sont formés les résidents en
pharmacothérapie avancée. Enfin, elles prennent en compte les difficultés de recrutement particulièrement importantes dans certaines régions.

Globalement, elles contribuent à une rémunération plus concurrentielle au regard de celle versée aux pharmaciens à l’emploi des pharmacies de quartier. Ces pharmacies constituent le principal milieu de travail des pharmaciens au Québec. Sans une rémunération à tout le moins compétitive, les jeunes pharmaciens
vont à nouveau délaisser les établissements de santé. Un écart de rémunération majeur entre les milieux de pratique a d’ailleurs alimenté, dès les années 2000, la pénurie d’effectifs que l’on s’efforce toujours de renverser.

Les chiffres compilés dans cette enquête annuelle ont été établis sur la base des données fournies par les départements de pharmacie des établissements de santé du Québec. Sur 40 départements, 37 ont participé à cette enquête de l’A.P.E.S., soit un taux de réponse de 92,5 %. L’enquête couvre l’exercice budgétaire des établissements de santé du 1er avril 2019 au 31 mars 2020.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.