Publicité

21 janvier 2021 - 11:00

Les restrictions empêchent l’entrée de citoyens étrangers au pays, sauf pour un voyage jugé essentiel.

Prolongement de la fermeture des frontières internationales

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a annoncé sur son fil Twitter, ce mercredi, que les restrictions sur les voyages internationaux vers le Canada en provenance de pays autres que les États-Unis seront prolongées jusqu’au 21 février.

Rappelons que la frontière terrestre canado-américaine est déjà fermée aux voyageurs dits non essentiels, depuis le début de la crise, au printemps dernier. Cependant, il est toujours possible de voyager par avion.

Pour limiter la propagation de la COVID-19, les voyageurs qui entrent au pays doivent suivre les règles établies par les décrets d'urgence en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine. Ils doivent notamment se soumettre à un test de dépistage et celui-ci doit obligatoirement être négatif, 72 heures avant d’embarquer sur un vol vers le Canada.

Si le premier ministre du Québec, François Legault, juge insuffisantes les mesures mises en place par Ottawa, le ministre Blair considère qu’elles sont parmi les plus sévères au monde. Rappelons que mardi, M. Legault  a publiquement fait la demande d’interdire tous les vols à internationaux qui sont non essentiels, au premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Le premier ministre a entre autres évoqué cette nécessité par l’apparition de nouvelles souches de la COVID-19 ailleurs dans le monde, notamment la souche B117 qui s’est développée au Royaume-Uni et qui est surveillée par la santé publique au Québec. Cette dernière, selon les termes du premier ministre, crée « la catastrophe dans les hôpitaux » en raison de son niveau de contagion beaucoup plus élevé que la souche répandue au Québec actuellement.

De son côté, Justin Trudeau rappelé aux Canadiens qui sont tentés de voyager, que de nouvelles mesures encore plus contraignantes pourraient être imposées sans préavis, qu’une quarantaine leur est actuellement imposée au retour et un test de dépistage est obligatoire au départ pour freiner la propagation de la COVID-19, mais que cela pourrait aller encore plus loin. Le premier ministre canadien exclut toutefois l’idée d’interdire les voyages.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.