Publicité

12 janvier 2021 - 21:15 | Mis à jour : 22:44

D’autres démissions pourraient survenir

Neuf pompiers de Sainte-Martine ont démissionné récemment

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Neuf pompiers du Service de sécurité incendie de la Municipalité de Sainte-Martine ont remis leur démission tout récemment. Selon des informations obtenues par Néomédia, d'autres sapeurs pourraient faire de même dans les prochains jours. 

Dans son allocution mensuelle tenue pendant la réunion régulière du conseil municipal de Sainte-Martine du mardi 12 janvier à 19h30, la mairesse Maude Laberge a tenu à revenir sur le sujet.

« Bien que les lettres de démission étaient personnalisées, le message qui figurait dans celles-ci était les mêmes. Les démissionnaires affirment qu’ils ne retrouvent plus le même esprit de camaraderie qu’auparavant et que la philosophie actuelle de l’état-major ne correspond plus à leurs valeurs personnelles. Plusieurs critiques sur la gestion du service incendie nous ont été communiquées et l’administration municipale est en train de les analyser afin de se faire une tête sur ce qui s’y passe », a précisé Maude Laberge lors de la réunion régulière tenue en mode virtuel.

Mme Laberge a tenu à s’adresser aux pompiers démissionnaires et à leurs collègues. « Sachez que nous sommes disponibles pour toutes rencontres au besoin. En prenant le temps de mieux communiquer, nous pourrons sans doute mieux nous comprendre. N’hésitez pas à venir nous rencontrer ou à nous contacter. »

Le schéma de couverture de risques pourrait avoir un rôle dans les démissions

Sans être en mesure d’avancer toutes les raisons ayant poussé les pompiers de Sainte-Martine à démissionner, la mairesse Laberge a reconnu que le schéma de couverture de risques pourrait être l’une de ces raisons.

« Depuis plusieurs années, plusieurs changements et actions ont été pris par Sainte-Martine dans le cadre du schéma de couverture de risques. Notons que celui-ci est une obligation du palier provincial et que toutes les municipalités, peu importe leur population, y sont assujetties. Depuis l’instauration du schéma de couverture de risques à Sainte-Martine, les changements ont été nombreux. Par exemple, les pompiers à temps partiel doivent maintenant avoir une certification officielle pour pratiquer ce métier et posséder les mêmes qualifications que ceux à temps plein. Les heures de pratique doivent aussi être encadrées, tout comme les activités de prévention », image-t-elle.

Les sapeurs qui étaient autrefois appelés pompiers volontaires n’existent plus et ont cédé leur place à des pompiers à temps partiel avec toutes les obligations qui viennent avec ce titre. « C’est le ministère de la Sécurité publique qui oblige les municipalités à se conformer aux mêmes règles et à démontrer une volonté d’améliorer les protocoles en place. Le schéma de couverture de risques vise deux objectifs: s’assurer que les citoyens obtiennent le même niveau de service peu importe où ils demeurent au Québec et offrir aux sapeurs, peu importe où ils travaillent, la même garantie de santé et de sécurité au travail. »

Pour Mme Laberge, ces changements ont pu contribuer au fait que les pompiers démissionnaires ne se retrouvent plus au sein de la brigade incendie locale. « Je les comprends. Peut-être que les raisons de leurs démissions sont autres et c’est ce que l’analyse en cours va démontrer. Il faut noter que certains des pompiers ont signifié dans leur lettre qu’ils demeurent ouverts à autre chose dans un contexte différent. La poussière va retomber et on va prendre le temps de se parler pour mieux comprendre », a-t-elle ajouté.

La population n’est pas en danger

Dans le même ordre d’idée, Mme Laberge a rassuré la population à l’effet qu’elle n’est pas en danger en raison des récentes démissions. « Nous avons eu un incendie ce dimanche et tous les pompiers en poste ont participé à l’extinction. Comme l’oblige le schéma de couverture de risques, les pompiers de Beauharnois ont été appelés en renfort pour prêter main-forte, mais jamais la population n’a été ou n’est en danger. »

En s’adressant aux pompiers, elle a affirmé « qu’ils sont appréciés et qu’ils ont Sainte-Martine tatouée sur le coeur. C’est dommage ce qui se passe, mais ça l’est encore plus de la façon dont ça se passe. »

Pour sa part, le conseiller Normand Sauvé a qualifié de regrettable la situation. « Je pense que c’est dû à un manque de communication des deux côtés. Ce sont des gars dévoués et surtout impliqués dans la communauté et qu’on rencontre tous les jours. J’espère qu’on trouvera une solution à tout ça. »

Précisions en terminant que les démissions étaient effectives dès la remise des lettres à la direction, autour du temps des Fêtes. Un processus d’embauche s’enclenchera donc sous peu afin de pourvoir les postes vacants. « Je sais que certains candidats se sont déjà manifestés auprès du Service incendie », a conclu la mairesse Maude Laberge.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.