Publicité

31 décembre 2020 - 12:00 | Mis à jour : 12:37

Rétrospective 2020

Retour sur l'actualité municipale de la dernière année

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

L’année 2020 tire à sa fin, et bien qu’elle fût marquée par la pandémie, plusieurs autres événements ont teinté les douze derniers mois. 

Malgré la mise sur pause du Québec, les municipalités de la région ont réalisé de nombreux projets et concrétisé de belles réalisations.

Voici les principales nouvelles en lien avec ce secteur qui ont captivé l’attention des lecteurs de Néomédia Valleyfield cette année:

Janvier

20 janvier 2020: Nouveau directeur pour le Service de sécurité incendie de la Municipalité de Sainte-Martine

La nouvelle année a débuté sous le signe de la nouveauté pour le Service de sécurité incendie de Sainte-Martine. C’est que les élus de cette municipalité ont entériné en janvier dernier la nomination de Sylvain Dubuc au poste de directeur. Ce dernier succédait à Bernard Mallette qui est demeuré à l’emploi de Sainte-Martine, mais à titre de directeur du Service des travaux publics.

Notons que M. Dubuc est bien connu des pompiers de l’endroit puisqu’il y occupe un poste depuis 1983. Il a été nommé lieutenant en 2000.

Parmi les tâches que devra accomplir M. Dubuc, on compte la coordination du schéma de couverture de risques, la mise en place d’un programme d’inspection pour tous les risques, la mise à jour des plans particuliers d’intervention pour les risques plus élevés et la planification de la sécurité incendie sur tout le territoire martinois.

25 janvier 2020: La Ville de Salaberry-de-Valleyfield octroie 6500$ à 21 organismes de son territoire

Les élus de Salaberry-de-Valleyfield octroyaient, via une résolution adoptée lors de la réunion régulière du 21 janvier dernier, une contribution de 6500$ à une vingtaine d’organismes de son territoire. Ces sommes visaient à supporter ces derniers dans leur mission auprès de leur clientèle respective.

Voici les oeuvres caritatives qui figuraient dans la résolution adoptée par le conseil municipal:

  1. Association de la Sclérose en plaques (Les Pédaliers de l’avenir);
  2. Association pour la sauvegarde du lac Saint-François;
  3. Centraide Sud-Ouest;
  4. Chambre de commerce et d’industrie Beauharnois-Valleyfield-Haut-Saint-Laurent;
  5. Club de curling Valleyfield;
  6. Comité ZIP du Haut-Saint-Laurent;
  7. Diabète Suroît;
  8. Fondation de l’Hôpital du Suroît;
  9. Fondation Centre Dr-Aimé-Leduc
  10. Fondation des Centres d’accueil du Haut-Saint-Laurent;
  11. Fondation du Collège de Valleyfield;
  12. Gala des gens d’affaires;
  13. Garde côtière auxiliaire;
  14. Popote roulante;
  15. Liberté de choisir;
  16. Moisson Sud-Ouest;
  17. Moulin de la Source;
  18. Oeuvre et souper de l’Évêque;
  19. Organisation de Valleyfield des personnes atteintes de cancer (OVPAC);
  20. Société de l’Alzheimer du Suroît;
  21. Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB);

Février

11 février 2020: Revenus de 277M$ pour l'émission de permis de construction en 2018 et 2019

En ce deuxième mois de l’année, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield dévoilait ses revenus perçus en lien avec l’émission de permis de construction en 2018 et 2019. Ceux-ci étaient de l’ordre de 450M$, soit 173 M$ en 2018 et 277$ pour 2019.

Il s’agissait d’un bond important étant donné que pour la moyenne pour les six années précédentes, soit de 2011 à 2017, tournait autour de 80 M$. « L’attractivité de Salaberry-de-Valleyfield atteint des proportions inégalées. Les gens d'un peu partout choisissent de déménager chez nous et d'y investir. Peu importe ce que certains aimeraient croire, nous sommes devenus une locomotive économique et ce sont les contribuables qui en bénéficieront dans les prochaines années », précisait le maire, Miguel Lemieux.

Sur le plan du développement résidentiel, les données faisaient état de l’arrivée de 973 nouveaux logements sur le territoire de la municipalité durant ces deux années.

Pour appuyer ce boom résidentiel, la municipalité s’était classée au second rang parmi toutes les villes du Québec pour la croissance des ventes résidentielles, et ce, lors de deux trimestres consécutifs en 2019.

À titre comparatif, Salaberry-de-Valleyfield se classait parmi les grandes villes du Québec en termes de valeur des permis émis sur son territoire:

- Drummondville (78 345 habitants): 245 M$;

- Victoriaville (47 516 habitants): 94, 7M$:

- Saint-Jean-sur-Richelieu (98 036 habitants): 175 446 000M$;

- Salaberry-de-Valleyfield (42 410 habitants): 277M$.

13 février 2020: Sainte-Martine adopte une nouvelle identité visuelle

À la mi-février, la Municipalité de Sainte-Martine levait le voile sur sa nouvelle identité visuelle, élément sur lequel elle travaillait depuis plusieurs mois déjà. En 2020, celle-ci a pris plusieurs formes: revitalisation du logo, lancement d’un nouveau site Internet, nouvelle grille graphique pour le bulletin municipal et nouvelles structures d’affichage extérieures.

C’est lors de la réunion régulière du 11 février dernier que l’administration municipale a présenté la phase 1 de cette métamorphose visuelle, soit son nouveau logo. « Celui-ci est actualisé et épuré. Ce vent de changement permet de mettre de l’avant une image de marque rassembleuse et dynamisée qui conserve les éléments identitaires importants de notre municipalité », précisait la mairesse Maude Laberge.

On retrouve donc, dans le nouveau logo, les vagues des différentes rivières qui traversent le paysage de long en large. Cette eau représente également la place qu’occupent l’environnement et la biodiversité au cœur des actions des Martinois. Les sillons rappellent le caractère rural et la prépondérance de l’agriculture sur le territoire de la municipalité qui se définit encore comme un village. Une communauté dont les richesses patrimoniales sont précieusement conservées et mises en valeur. Le pont, souvent considéré comme un emblème de la municipalité, évoque surtout ici la priorité de s’unir, de créer les liens entre nous, Entre terres et rivières.

Pour réaliser la nouvelle image de marque de la municipalité, un budget de 5000 $ a été prévu pour 2019-2020. Au cours de l’année qui se termine, un montant de 20 000$ a été investi dans la création d’un nouveau site Internet. Une nouvelle grille graphique pour le bulletin municipal a aussi nécessité des investissements de 1 800$. Enfin, des nouvelles structures d’affichage extérieures  ont aussi été développées pour les entrées de ville, l’identification des parcs et infrastructures municipales dès cette année. Une somme de 66 000$, échelonnée sur deux ans, est investie dans ce projet

Avril

22 avril 2020: Beauharnois emprunte 519 333$ pour l'achat de deux véhicules

Lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal de la Ville de Beauharnois, tenue le 16 avril, les élus ont donné leur aval, à l’unanimité, à souscrire à un règlement d’emprunt de 519 333$. Celui-ci servait à financer l’achat de deux véhicules devenus trop usagés. 

Au cours des semaines suivantes, la municipalité a fait l’acquisition d’une rétrocaveuse et d’un camion de déneigement afin de remplacer certains véhicules de sa flotte de transport. Le montant incluait les frais, les taxes nettes et les imprévus. 

Selon le règlement 2020-02, la Ville de Beauharnois s’est engagée à emprunter ce montant et à le rembourser sur une période de huit ans. Pour pourvoir aux dépenses engagées, une taxe spéciale sera prélevée sur tous les immeubles imposables situés sur le territoire municipal à un taux suffisant d’après leur valeur telle qu’elle apparaît au rôle d’évaluation en vigueur chaque année. 

24 avril 2020: Saint-Étienne-de Beauharnois prend des moyens pour diminuer la vitesse dans ses rues

À l’instar de plusieurs autres municipalités au Québec, Saint-Étienne-de-Beauharnois est aux prises avec des problèmes de vitesse dans ses rues. Consciente de cette problématique, la localité a pris des moyens pour tenter de l’atténuer dans ses rues en 2020.

Trois endroits ont été parmi les plus souvent ciblés par les citoyens comme ayant des problématiques liées à la vitesse, soit la rue Madeleine et deux sections du Chemin Saint-Louis. 

Sur la rue Madeleine, l’administration municipale a pris la décision d’installer, prochainement, des balises pour réduire la vitesse dans la rue. Un dos d’âne sera aussi installé éventuellement.

Chemin St-Louis, de juridiction provinciale 

Comme le Chemin St-Louis est sous la responsabilité du Ministère des Transports, la limite de vitesse a été modifiée par celui-ci l’an dernier, passant ainsi de 70 km à 50 km, entre la rue Cazelais et la rue Jean-Guy. « Le MTQ nous a informé que si cette zone devenait à 50 Km, il n'y aurait plus de transport scolaire dans ces rues. Nous avons contacté le transport scolaire et effectivement, les enfants devraient marcher à pied jusqu'à l'école. La municipalité a décidé de ne pas enlever le transport scolaire dans ce secteur puisque beaucoup de jeunes enfants devraient marcher pour se rendre à l’école », expliquait la municipalité par voie de communiqué. 

À l’autre extrémité du Chemin St-Louis, la zone de 50 km a été allongée pour modérer la vitesse. Donc, dans ce cas-ci, la meilleure solution en cas de non-respect de celle-ci est d’aviser la Sûreté du Québec

Juin

17 juin 2020: Plus de permis de construction émis en mai 2020 qu'en mai 2019

En juin dernier, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield indiquait avoir émis plus de permis de construction sur son territoire en mai 2020 qu’au même moment en 2019.

Les données fournies par l’administration municipale révélaient que du 1er au 31 mai, 50 unités de logement ont été créées et que le montant recueilli pour la délivrance des permis se chiffrait à 39 362$. La valeur des travaux estimés s’élevait à 13 421 611$ pour cette période. 

À titre comparatif, en mai 2019, le montant recueilli pour l'émission de permis était de 36 022$. On estimait alors la valeur des travaux à 12 109 043 $ alors que 49 unités de logements étaient créées sur le territoire. 

« C’est pas mal du tout, considérant que nous sommes en pleine crise économique! Cela ne semble pas seulement s’expliquer par un rattrapage du mois d’avril, car les projets continuent d’affluer depuis le début juin. De toute façon, pour les projets arrêtés en mars et avril, les permis avaient été demandés bien avant. Tout porte donc à croire que la confiance soit toujours au rendez-vous, même dans un contexte incertain », affirmait le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux sur les réseaux sociaux. 

17 juin 2020: La Ville de Beauharnois cède le Manoir Ellice à la Maison des enfants Marie-Rose

À la mi-juin dernier, la Maison des enfants Marie-Rose de Beauharnois franchissait un pas de plus vers la réalisation de son grand rêve: emménager dans le Manoir Ellice. C’est précisément le 17 juin que la Ville de Beauharnois annonçait la signature d’une entente de 50 ans avec l’organisme afin que celui-ci occupe et revalorise cet édifice d’intérêt patrimonial situé au cœur de la municipalité. 

La revitalisation du Manoir Ellice offrira également un tout premier espace culturel à l’ensemble de la population des environs. Pour Janine Lefebvre, directrice générale et cofondatrice de la Maison des enfants avec Julie Kenny et Lise Leduc, ces travaux marquent le début d’un renouveau. 

Ayant débuté en septembre 2019, les travaux sont réalisés par l’entrepreneur Construction Melcon 57 en collaboration avec la firme d’ingénierie EXP et mdtp atelier d’architecture. L’inauguration des lieux est prévue pour la prochaine rentrée scolaire. 

Une fois sa métamorphose complétée, le Manoir Ellice, construit en 1852, accueillera les nouveaux locaux de la Maison des enfants Marie-Rose, une salle de spectacle multifonctionnelle et un café culturel ouvert au public. L’organisme souhaite que la population s’approprie ce lieu et qu’il devienne un symbole culturel fort, un endroit de création et d’expression artistique pour toute la région. 

Juillet

16 juillet 2020: Feux de circulation en fonction sur le chemin de la Beauce, à Beauharnois

En pleine période estivale, la Ville de Beauharnois annonçait la mise en fonction des feux de circulation installés à l’intersection du Chemin de la Beauce et du boulevard Cadieux. Cette action mettait un point final a une saga longue, laborieuse et fastidieuse indiquait le maire de la localité, Bruno Tremblay. 

Pour les non-initiés, la réfection de cette intersection achalandée émanait du fait qu’à l’heure de pointe du retour à la maison, le trafic s’accumulait dans la bretelle de l’autoroute 30 de Beauharnois en provenance de Châteauguay. Le temps d’attente pour rejoindre le viaduc du chemin de la Beauce pouvait facilement être de 20 minutes. L’aménagement de feux d’intersection à l’angle du Chemin de la Beauce et du boulevard Cadieux s’avérait donc la meilleure option selon le conseil municipal. 

Pas de contribution du MTQ 

Concrètement, les travaux avaient débuté en décembre 2019. « Le conseil municipal a décidé de remplacer les infrastructures de ce secteur afin de ne pas devoir le faire dans quelques années. Il aurait fallu le faire à moyen ou long terme et nous nous sommes dit qu’il valait mieux faire d’une pierre deux coups. Rappelons que le Chemin de la Beauce est une route provinciale, mais malgré cela, le MTQ n’a pas contribué financièrement au projet », ajoutait le maire. 

La facture totale absorbée par la Ville de Beauharnois pour ce chantier est de 1,5 M$. « Malgré le fait qu’il ne payait pas, le MTQ nous a demandé de respecter plusieurs contraintes qui ont haussé le prix des travaux. Selon une étude réalisée par eux, une réfection de l’envergure actuelle aurait dû être planifiée  en 2030 et non pas tout de suite. Pour eux, les arrêts qui étaient en place avant les feux de circulation n’étaient pas une solution acceptable. Pourtant, très peu d’accidents se sont produits sur place depuis leur mise en place. Devant cette impasse, et avec la problématique de trafic que nous vivrions à la sortie 26, nous n’avions pas le choix de faire quelque chose. » 

Août

12 août 2020: Beauharnois adopte une réduction de la vitesse dans ses rues

Lors de la séance régulière du conseil municipal de Beauharnois en août, le conseil municipal adoptait le règlement limitant la vitesse à 40 km/h sur plusieurs routes publiques de son territoire.

La majorité des rues ciblées se situent dans les zones résidentielles alors que la vitesse réglementaire est maintenue à 30 km/h aux abords des parcs et des zones scolaires déjà assujettis par une réglementation.

Cette démarche s’inscrivait dans la volonté du conseil d’encadrer les différents modes de déplacements en favorisant la mobilité durable. Cette mesure d’apaisement de la circulation visait à sécuriser et uniformiser les limites permises sur les artères du territoire où les cyclistes, les piétons et les automobilistes doivent partager la route.

« Les piétons, en particulier les personnes âgées et les enfants ainsi que les cyclistes sont des usagers vulnérables et il est important de prendre toutes les mesures nécessaires pour les protéger. La diminution de la limite de vitesse permettra de réduire les risques d’accident et la gravité des blessures. Les probabilités d’accident et de décès diminuent considérablement à 40 km/h comparativement à 50 km/h » mentionnait le premier magistrat de la Ville, Bruno Tremblay.

Toutefois, certaines zones sont passées de 30 km/h à 40 km/h dans des zones non réglementées, et ce, dans un but d’uniformité et de logique. Les nouveaux panneaux indicateurs de vitesse avaient été installés sur toutes les rues touchées par ce changement.

18 août 2020: Sainte-Martine couronne les gagnants du Concours Jardins Fleuris

La Municipalité de Sainte-Martine dévoilait à cette date les gagnants du concours Jardins fleuris 2020.

Ayant déjà connu beaucoup de succès dans les années passées, le concours Jardins fleuris en était à sa 2e édition cette année. Cette activité de reconnaissance des plus beaux jardins du territoire s’inscrivait dans un objectif d’améliorer le milieu de vie en embellissant le territoire.

« Vivre dans un environnement sain, verdoyant et beau augmente notre sentiment de fierté et d’appartenance à notre milieu. Nous souhaitons encourager ceux qui contribuent à faire de Sainte- Martine un joyau. Félicitations aux gagnants de cette édition ! » mentionnait fièrement la mairesse Maude Laberge.

Cette année, le concours se déroulait sous le thème du 175e anniversaire, ainsi des points supplémentaires étaient accordés aux participants qui avaient intégré des éléments historiques à leurs aménagements. Les inscriptions avaient  débuté en avril pour se terminer à la fin juin. Un jury composé d’employés municipaux et d’une citoyenne s’était rendu chez les participants en juillet afin d’évaluer les jardins selon des critères préétablis.

Deux catégories de prix 

Les prix ont été décernés en deux catégories, soit les résidences et les commerces. Voici les gagnants en rappel:

Résidence

- 1er prix d’une valeur de 200 $ à Philippe Bédard au 14, rue Bernard-Laberge; 

- 2e prix d’une valeur de 150 $ à Rhonda Madsen au 140, rang Touchette; 
- 3e prix d’une valeur de 100 $à Lynda Imbeau au 347, rue du Plateau; 

Vote du public

Un prix d’une valeur de 100 $ à Philippe Bédard au 14, rue Bernard-Laberge. 

Commerce

Un prix d’une valeur de 200 $ à Pascale Poissant, CPA au 349, rue Saint-Joseph.

Septembre

21 septembre 2020: Un nouveau site web pour la Ville de Salaberry-de-Valleyfield

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield présentait, en septembre dernier, son tout nouveau site Internet. Ce nouvel outil municipal a nécessité un investissement total de 74 000$ sur deux ans. 

Ce site Web dont la refonte visuelle, aussi évidente et majeure soit-elle, n’était pas le changement le plus central. Derrière l’écran, un site Web intelligent, sur mesure et performant a été développé pour offrir aux visiteurs la navigation la plus facile et la plus efficace possible au cœur de plusieurs centaines de pages au contenu extrêmement diversifié.

Le nouveau site offre une expérience de consultation simple et rapide, grâce à une interface facile à apprivoiser, et ce, en limitant le nombre de clics, par l’intégration d’un outil de recherche avancé par mots-clés et par une mise en page astucieuse au look épuré. La gestion des contenus par la Ville est grandement facilitée et permet de présenter de manière plus optimale des contenus variés et parfois complexes.

« À travers tout le travail de refonte, nous avions constamment en tête la gestion du site par l’équipe des communications de la Ville. Il fallait optimiser la manière de créer et de modifier le contenu, tout en créant un site superbe pour les visiteurs. Il y a ce que les gens voient, mais aussi ce qu’ils ne voient pas : la structure et la mécanique du site sont tout aussi importantes », a soutenu Jean-Philippe Charbonneau, cofondateur de 3e joueur.

Sur le plan technique, tout a été étudié pour accroître la rapidité et la facilité d’accès à un vaste contenu, allant des multiples services aux citoyens à toutes les données de l’administration municipale en passant par l’ensemble des activités, des actualités et des publications de la Ville, en plus d’intégrer les sites Affaires Valleyfield et Plage du Parc régional des Îles-de-Saint-Timothée.

30 septembre 2020: Pôle institutionnel: un prix pour Salaberry-de-Valleyfield

Alors que l’année 2020 marquait la fin des travaux de rénovation des infrastructures et d’aménagement du pôle institutionnel commencés en 2017, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a été honorée par un prix Génie Méritas

Celui-ci lui a été remis par l’Association des ingénieurs municipaux du Québec, l’AIMQ, pour ce grand projet collaboratif, et ce, par l’entremise de son directeur de l’ingénierie : Ian Blanchet.

Si le projet s’est distingué, c’est parce que, selon l’AIMQ, il « élève les standards en matière d’aménagement urbain avec des réalisations audacieuses et durables qui répondent à tous les enjeux de sécurité ». 

Le jury a particulièrement été séduit par l’approche collaborative originale du Service de l’ingénierie qui a mis sur pied un comité de design composé de représentants de divers services de la Ville (le Service récréatif et communautaire, l'Urbanisme, les Travaux publics, l’Environnement) pour l’élaboration d’aménagements aussi beaux qu’efficaces. Enfin, le projet, en plus d’inclure aussi la plupart des éléments faisant partie des bonnes pratiques en matière d’aménagement urbain, compte un choix de végétaux innovant.

Octobre

19 octobre 2020: Beauharnois enregistre un surplus de 102 826$ pour l'année 2019

Après une année 2018 particulièrement difficile sur le plan financier, la Ville de Beauharnois présentait en octobre dernier, ses états financiers pour 2019. Ceux-ci faisaient état d’un surplus non consolidé de 102 826$, résultat de nombreux efforts mis en place par l’administration municipale pour redresser la santé financière de la localité. 

Les revenus et dépenses d’opération totalisaient une somme de 23 650 086$, la plus grande part provenant évidemment des taxes municipales, soit 17 438 345$. Quant aux dépenses de fonctionnement, elles se chiffraient à 23 547 260$. La plus grosse partie de celles-ci était affectée à la sécurité publique (police, service incendie et sécurité civile) avec 4 549 478$. Tout juste derrière, l’hygiène du milieu (eaux, égouts, matières résiduelles) a nécessité des dépenses de l’ordre de 4 319 828$ alors que l’administration générale de la Ville (conseil, greffe, gestion financière, évaluation et ressources humaines) a enregistré des dépenses de 3 741 719$. 

Les revenus et dépenses d’investissement s’élevaient à 9 810 332$. Les règlements d’emprunt représentaient la plus grande part de ces dépenses avec 5 819 800$. 

Les dépenses d’investissements se chiffraient à 5 893 671. Enfin, la dette par secteur atteignait 55 128 428$.

21 octobre 2020: Plus de 7 000 tonnes de matières organiques recueillies en un an avec le bac brun

Plus d’un an après la mise en fonction de la 3e collecte sur le territoire de la MRC de Beauharnois-Salaberry, l’instance régionale présentait les premiers résultats liés à celle-ci.

Au cours de cette période, ce fut pas moins de 7 177 tonnes de matières organiques qui ont été détournées de l’enfouissement, ce qui correspond aux quantités anticipées.

En kilogrammes, le tonnage de matières recueillies correspond à 216 kg par ménage. Rappelons que le bac brun permet aux citoyens de disposer écologiquement de leurs matières organiques, en l’occurrence de leurs résidus alimentaires et de leurs résidus verts.

Décembre

12 décembre 2020: Un fils remplace son père à la tête du Service incendie de Saint-Étienne-de-Beauharnois

Le diction La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre a pris tout son sens pour Michel Vinet qui a quitté, au cours des derniers jours, son poste de Directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Étienne-de-Beauharnois. C’est que son successeur n’est nul autre que…son fils Maxime.

C’est en effet ce dernier qui prend la relève de son paternel à la tête du Service de sécurité incendie de Saint-Étienne-de-Beauharnois qui compte une vingtaine de pompiers volontaires dans ses rangs.

19 décembre 2020: Nouveau rôle pour Maude Laberge au sein de l'Union des municipalités du Québec

Il y a quelques jours, Néomédia rapportait que la mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Maude Laberge, avait obtenu un rôle sur un tout nouveau comité politique portant sur les services de garde au Québec.

Celui-ci a été mis en place par l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et vise à proposer des orientations et pistes d’action municipales face à l’enjeu de pénurie de places dans les services de gardes de la province.

Cette problématique affecte présentement les régions du Québec. Le comité est présidé par le premier vice-président de l’UMQ et maire de Gaspé, Daniel Côté et s’inscrit dans un plan d’action à l’échelle provinciale

20 décembre 2020: Retraite officialisée pour le directeur du service incendie Michel Ménard Salaberry-de-Valleyfield

En poste depuis plus de deux décennies, les élus de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield acceptaient tout récemment la retraite du directeur du Service de sécurité incendie qui accrochera son casque définitivement le 1er août prochain.

Lors de cette réunion du conseil municipal tenue à huis clos, le conseiller Normand Amesse a pris la parole. « Lors de son arrivée en poste, nous avons un service de police et de pompier combiné à Salaberry-de-Valleyfield. Par la suite, il a vécu la fusion de trois services de sécurité incendie et il a grandement participé à la constitution du Service de sécurité incendie actuel. C’est un homme intègre et remarquable de par son calme. Je lui souhaite la santé et une belle retraite en compagnie de son épouse », a-t-il exprimé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.