Publicité

15 septembre 2020 - 14:00 | Mis à jour : 14:00

Biscuits Sourire

RAPPEL: dites oui aux Biscuits Sourire cette semaine

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Jusqu'au 20 septembre, c’est le retour de la campagne du Biscuit Sourire de Tim Hortons. Au total, 18 restaurants Tim Hortons de la région s'associeront à cette initiative et par le fait même à la Fondation de l’Hôpital du Suroît.  

Durant cette période, il sera possible de se procurer l'un de ces biscuits souriants aux Tim Hortons suivants: Salaberry-de-Valleyfield, Vaudreuil-Dorion, Pincourt, Rigaud, L’Île-Perrot, Coteau-du-Lac, Saint-Lazare et Les Coteaux. 

Vendu au coût de 1 $, chaque Biscuit Sourire permettra à la Fondation de l’Hôpital du Suroît d’aider les jeunes les plus défavorisés du quartier Robert-Cauchon de Salaberry-de-Valleyfield. Un projet rendu possible grâce au soutien d’une multitude de partenaires, dont le CISSS de la Montérégie-Ouest.

43 000$ amassés en deux ans 

Dans la région, depuis 2018, la campagne du Biscuit Sourire de Tim Hortons est organisée au profit de la Fondation de l’Hôpital du Suroît. En 2 ans, c’est plus de 43 000 $ qui ont été amassés grâce à la générosité des franchisés Tim Hortons et des citoyens du Suroît.

Cette somme a été dédiée dans un projet porteur visant à soutenir la jeunesse et plus particulièrement, les familles défavorisées de Salaberry-de-Valleyfield.

« La totalité des fonds amassés par la campagne des Biscuit SourireMC est dédiée à soutenir les jeunes défavorisés de Salaberry-de-Valleyfield. En 2019-2020, nous avons pu assurer la sécurité alimentaire de dizaines d’enfants du quartier Robert-Cauchon. Les repas distribués, même en temps de pandémie, ont pour effet de développer un tissu social fort entre les intervenants, l’école, les organismes communautaires et les parents en situation de pauvreté. Cette concertation a permis à nos jeunes de commencer leur vie avec les meilleures bases possible », indique Michèle Cyr-Lemieux, directrice générale de la Fondation de l’Hôpital du Suroît.

Concentrée dans le quartier Robert Cauchon de Salaberry-de-Valleyfield, quartier faisant face à de nombreux défis en lien avec les inégalités sociales en santé, la distribution des repas a permis aux parents ciblés de développer leur compétence parentale en plus d’amener du réconfort et de la bienveillance aux enfants.

À ce jour, c’est plus de 879 repas qui ont été distribués auprès de 32 enfants issus de 22 familles. Les repas ont été confectionnés avec amour par l’organisme La Popote Roulante et un soutien logistique est assuré par l’ABC de la famille.

La distribution des repas dans le quartier Robert-Cauchon s’insère dans un nouveau programme novateur appuyé par le CISSS de la Montérégie-Ouest appelé projet VIGILANCE, qui s’articule grâce à des partenariats forts avec les organismes et intervenants du milieu.

« Quand des parents peinent à entretenir leur logement, à se trouver un travail ou à nourrir adéquatement leurs enfants, le stress est omniprésent. Les actions du projet VIGILANCE viennent donc se concentrer sur les besoins primaires des familles permettant aux parents d’être plus disponibles physiquement et mentalement pour leurs enfants », ajoute Dominique Pilon, directeur à la Direction des programmes Jeunesse et des Activités de santé publique (DPJASP) du CISSS de la Montérégie-Ouest.

La récente annonce du gouvernement du Québec, en lien avec la bonification de l’aide alimentaire apportée aux élèves vulnérables à la grandeur de la province, amènera la Fondation à soutenir un autre volet du projet VIGILANCE dans l’année à venir.

Du 14 au 20 septembre, la Fondation de l’Hôpital du Suroît invite l’ensemble des citoyens de la région à se rendre à l’un des restaurants Tim Hortons participants et à se procurer un Biscuit Sourire. Avec un café, l’achat d’un Biscuit Sourire est le geste parfait afin de changer le monde des jeunes d’ici.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.