Publicité

19 août 2020 - 10:00

Pandémie de la COVID-19

Une aide financière d'urgence de 17,6 M$ pour rehausser les services en santé mentale

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, annoncé cette semaine qu'un financement de 17,6 M$ est accordé par le gouvernement du Québec aux organismes communautaires en santé mentale afin de soutenir le rehaussement de leurs services auprès de la population.

Cette mesure découle du Plan d'action : services psychosociaux et services en santé mentale en contexte de COVID-19.

L'aide financière d'urgence vise à venir en aide à ces organismes qui agissent en essentielle complémentarité avec le réseau de la santé et des services sociaux, notamment auprès des personnes qui présentent des situations complexes et des troubles mentaux graves, et dont les difficultés et les vulnérabilités sont à plus haut risque de dégradation dans le contexte de la pandémie.

Une partie de cette somme sera accordée aux établissements régionaux afin d'être répartie entre les organismes communautaires en santé mentale de leur région, pour les activités réalisées dans l'année 2020-2021.

Le montant offert servira à rehausser les services, entre autres grâce à l'ajout de ressources humaines. Les organismes doivent être admissibles au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) et avoir maintenu leurs activités ou souhaiter les reprendre pour répondre aux besoins actuels de la population.

L'autre partie du financement sera allouée directement aux organismes nationaux.

« Une pandémie de l'ampleur de celle que nous traversons a une incidence majeure sur la dépression, le trouble de stress post-traumatique et la détresse chez de nombreuses personnes plus vulnérables. Cette aide vient donc répondre à un besoin crucial qui doit être comblé rapidement, et à plus long terme également », a indiqué le ministre Carmant dans un communiqué de presse.

Faits saillants
- L'aide financière est valide du 1er avril 2020 au 31 mars 2021.

- Un premier montant équivalant à 75 % du financement peut être accordé dès maintenant aux organismes. Le reste sera versé lorsque la reddition de compte aura été présentée au MSSS et analysée.

- Depuis le début de la pandémie, 15 % des Québécoises et des Québécois disent vivre une détresse psychologique problématique, comparativement à 2 % auparavant.

Rappelons que dans le cadre de la crise actuelle, différents fonds d'aide d'urgence ont été octroyés jusqu'à maintenant aux organismes afin de mieux répondre aux besoins des personnes vulnérables dans le contexte de la pandémie :

- 3 M$ de plus pour soutenir les organismes communautaires œuvrant en itinérance dans la région de Montréal (12 juin);

- 3 M$ aux ressources communautaires ou privées offrant de l'hébergement en dépendance (30 avril);

- 240 000 $ pour la mise en place d'un programme spécial pour soutenir les personnes endeuillées;

- 20 M$ aux organismes communautaires qui offrent des services prioritaires sur leur territoire, notamment dans les secteurs de l'alimentation, de l'hébergement, de l'accompagnement-transport bénévole et des services communautaires de santé physique et mentale (15 avril);

- 500 000 $ pour Tel-Jeunes et Ligne Parents (9 avril);

- 2,5 M$ pour les maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et pour femmes violentées vivant de multiples problématiques sociales (27 mars);

- 2 M$ aux banques alimentaires du Québec (24 mars).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.