Publicité

13 août 2020 - 15:00

L’organisation contredit la CORPIQ

Les propriétaires de logements ne peuvent pas exiger un dépôt de garantie, selon l’AQDR

L'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) a publié un communiqué aujourd’hui pour souligner que les propriétaires de logements ne peuvent pas exiger un dépôt de garantie, quoi qu’en dise la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ).

La CORPIQ estime qu’il y a maintenant une reconnaissance de la légalité d’un dépôt de garantie par le tribunal, interprétant ainsi une décision de la Régie du logement rendue par le juge administratif Robin-Martial Guay attestant «qu’un locataire dispose du droit de renoncer à l’interdiction prévue à l’article 1904 C.c.Q.».

Mais cet article prévoit que le locateur ne peut exiger une somme d’argent autre que le loyer, sous forme de dépôt ou autrement, précise l’AQDR Québec qui se joint aux principales associations de locataires en estimant que la CORPIQ tente de détourner les conclusions de la décision et que la loi demeure très claire, le locateur ne peut exiger une somme d’argent autre que le loyer.

Dans un marché locatif où le taux d’inoccupation des logements est très faible, soit de 1,8% dans la province, l’AQDR Québec déplore que des locataires acceptent de verser de tels dépôts afin d’obtenir un logement qui leur serait refusé autrement.

La présidente de l’AQDR Québec, Judith Gagnon, soulève qu’il est donc opportun de se questionner sur les circonstances qui entoureront la signature d’un bail de logement et sur l’absence de crainte du futur locataire.

L’AQDR Québec offre également ses services afin d’informer ou d’accompagner gratuitement tout aîné qui se retrouverait dans une telle situation ou qui aurait des questions de nature juridique en communiquant avec son service Coup de pouce aux aînés offert par des étudiants en droit.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.