Publicité

4 juin 2020 - 16:07 | Mis à jour : 5 juin 2020 - 11:19

PANDÉMIE COVID-19

La situation est jugée préoccupante dans la MRC de Beauharnois-Salaberry

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À l’échelle de la Montérégie, on note une baisse des cas confirmés et des décès sur ce territoire depuis les derniers jours. Mais ce n’est pas le cas dans la MRC de Beauharnois-Salaberry où le taux d’infection a grimpé en flèche au cours des sept derniers jours, devenant le plus élevé de cette région administrative. 

C’est ce qu’a confirmé la Dre. Julie Loslier, directrice de la santé publique de la Montérégie lors d’une conférence de presse virtuelle tenue ce jeudi 4 juin. Pour l’occasion, elle était accompagnée de la préfète de la MRC, Maude Laberge, aussi mairesse de Sainte-Martine, municipalité où l’on compte maintenant une trentaine de cas confirmés. 

« Depuis quelques jours, la population associe le déconfinement au relâchement des consignes de santé publique. Pourtant ce n’est pas le cas. Il faut continuer de se laver les mains avant de quitter la maison et en y revenant, mais il est important de porter un couvre-visage aussi et de se tenir à deux mètres des autres en tout temps », a explique Mme Loslier. 

Cette dernière ajoute que le déconfinement a été autorisé pour plusieurs raisons, mais entre autres pour éliminer les effets pervers de celui-ci sur les citoyens de la région, jeunes et moins jeunes. 

Rencontres familiales extérieures: oui, mais à certaines conditions 

Dre. Loslier rappelle que les rencontres familiales sont permises au Québec, mais à l’extérieur uniquement et sous certaines conditions. « Pas plus que 10 personnes à la fois provenant de trois adresses différentes et en respectant la distance entre chaque personne. Si un repas est prévu, assurez-vous de ne pas partager la même vaisselle ou de ne pas piger dans le même plat de chips », image-t-elle. 

Mais qu’est-ce qui explique cette recrudescence de la maladie dans la région? « C’est un mélange de plusieurs causes. On a noté des éclosions dans certains milieux de travail ou le non-respect de la distanciation minimale de 2 mètres dans certains commerces de détail. Ce sont des facteurs qui peuvent avoir un incidence sur le bilan et faire en sorte qu’on revienne en arrière ce que l’on ne veut pas évidemment », avance-t-elle. 

Un message pour les entrepreneurs 

À ce sujet, la préfète de la MRC, Maude Laberge incite les entrepreneurs à faire preuve d’innovation. « Ça fait treize semaines que ne nous sommes pas vus, il est donc normal d’en avoir envie. Mais s’il vous plaît, faites preuve de créativité en tenant des rencontres de bureau à l’extérieur, dans le respect de la distanciation ou encore en misant sur le commerce en ligne ou un système de ramassage.  », lance-t-elle. 

Rappelons que différents programmes financiers sont disponibles pour les entreprises de la région qui peinent à traverser la crise actuelle. 

Port du masque dans un lieu public, oui ou non?

Le Dr. Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique insiste depuis plusieurs semaines sur la nécessité de porter un couvre-visage en public. Mesdames Loslier et Laberge ont réitéré cette affirmation lors de leur point de presse. 

« Actuellement, il est rare de voir des gens qui portent le couvre-visage à la pharmacie, à l’épicerie ou au dépanneur. Il faut inverser cette tendance si l’on ne veut pas une 2e vague et retourner en arrière. Prenez l’habitude de l’enfiler avant de quitter la maison si vous savez qu’à destination, le respect de la distanciation de 2 mètres ne sera pas possible. » 

Enfin, Mme Loslier a incité les citoyens de Salaberry-de-Valleyfield qui ont des doutes sur leur état de santé à aller se faire tester dans l’unité mobile à la Salle des Mooses. « Des discussions sont en cours pour que l’unité mobile se déplace ailleurs dans la MRC, comme à Beauharnois, au cours des prochaines semaines », a-t-elle conclut. 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.