Publicité

21 mai 2020 - 15:00

PANDÉMIE COVID-19

650 000 Québécois ont dû recourir aux comptoirs d'aide alimentaire

À peine deux mois après le début de la crise de la COVID-19, 10 % des Québécois ont dû se rendre à un comptoir d'aide alimentaire afin d'y recevoir des denrées pour eux ou leur famille.

À lire aussi: 

Transformation de la récolte pour une bonne cause: l'affaire à fait...patate

Donc, 650 000 Québécois ont été contraints de demander l'assistance d'un comptoir, dont 322 000 pour la première fois. En tout, 5 % des Québécois ont ainsi effectué une première demande. Et parmi les bénéficiaires des comptoirs depuis l'arrivée de la pandémie à la mi-mars, deux individus sur trois (63 %) doivent s'y rendre régulièrement (25 %) ou occasionnellement (38 %).

Ces données proviennent d'un sondage réalisé par la firme montréalaise Synopsis Recherche Marketing en collaboration avec l'agence de communication 180Deux pour La guignolée des médias dans le cadre de la collecte d'urgence Le confinement, ça donne faim, qui se déroule jusqu'au 31 mai.

Sans surprise, 83 % des Québécois ressentent des sentiments négatifs. Ils se disent entre autres inquiets (49 %) anxieux (37 %), insécures (30 %), troublés et tristes (21 %), frustrés et vulnérables (20 %).

Jours inquiétants en vue
« En raison de la pandémie, les Québécois doivent faire leur deuil d'une réalité familière pour se projeter dans un avenir trouble et incertain, indique Youri Rivest, président et fondateur de Synopsis. Comme tout processus de deuil, quelques-uns encaissent le choc en se réfugiant dans le déni. D'autres sont davantage en colère contre ce qu'ils perçoivent comme une injustice. Plusieurs ressentent des signes de ce qui s'apparente à la dépression, soit l'anxiété, la déprime, l'inquiétude et la tristesse. Finalement, plusieurs sont rendus à l'étape de l'acceptation de ce bouleversement. Certains l'acceptent avec apaisement, d'autres sont davantage résignés et inquiets. »

L'avenir s'annonce sombre, car un Québécois sur cinq (18 %) ne pourra nourrir sa famille que pendant un mois après la fin de l'aide gouvernementale actuelle. D'ailleurs, un participant sur quatre (26 %) s'attend à devoir aider un proche sur ce plan au cours des prochains mois. Justement, 14 % des Québécois estiment très probable (4 %) et assez probable (10 %) l'utilisation d'un comptoir d'aide alimentaire.

L'enquête révèle aussi qu'un Québécois sur cinq (22 %) et un Montréalais sur quatre (24 %) renonceraient à se procurer des aliments de base en cas de manque d'argent. De fait, plus de Québécois se résigneraient à faire des compromis autant dans leur alimentation que dans les produits hygiéniques, les médicaments d'ordonnance et l'hypothèque ou le loyer.

Aide gênante, mais essentielle
Malgré leur rôle capital, les comptoirs d'aide alimentaire semblent s'avérer une source d'embarras pour plusieurs participants, car 52 % des Québécois seraient peu (35 %) ou pas du tout à l'aise (17 %) de devoir s'y rendre. De même, 53 % seraient peu (26 %) ou ne seraient pas du tout à l'aise (27 %) de dévoiler à des proches qu'ils ont sollicité ce type d'aide.

Huit personnes sur 10 (78 %) jugent d'ailleurs que de fréquenter un comptoir illustre la pauvreté. À titre comparatif, 46 % estiment que d'acheter principalement des vêtements usagés symbolise la précarité. En revanche, 92 % des gens pensent que si les comptoirs étaient jadis utiles, ils sont désormais essentiels. Et sept personnes sur 10 (69 %) croient que s'ils étaient auparavant destinés aux défavorisés, n'importe qui peut désormais s'y retrouver.

Plus d'un million $ récoltés
Ces chiffres révélateurs d'une réalité troublante démontrent l'urgence de contribuer à la collecte de La guignolée des médias. Lancée le 20 avril dernier, elle a déjà permis de recueillir plus d'un million $ au bénéfice de quelque 70 comptoirs d'aide alimentaire de partout au Québec. Toutefois, comme les besoins sont plus grands et plus urgents que jamais, il faut augmenter cette récolte. Jusqu'au 31 mai prochain, tous les dons en argent sont donc acceptés sur le microsite guignolee.ca. Il est aussi possible de texter JEMANGE au 20222 pour un don de 10 $.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.