Publicité

14 mai 2020 - 07:00

PANDÉMIE COVID-19

Illumination de l'Hôpital du Suroît par solidarité en ces temps difficiles

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Depuis le 13 mars dernier la vie des citoyens du Suroît est bouleversée en raison de la pandémie de COVID-19. Dans les établissements de santé de la région, un immense branle-bas de combat s’est rapidement déployé afin de s’assurer que les installations soient prêtes à recevoir des personnes infectées par le coronavirus.

À lire aussi: 

« On va mettre en place un plan de dépistage plus massif », dit le Dr Horracio Arruda

Pendant des dizaines de jours, les équipes de professionnels de la santé et du personnel de soutien ont revu leur protocole de soin et d’entretien et des aménagements des lieux ont dû être réalisés pour assurer la distanciation et la sécurité de tous.

Toujours aux aguets, les professionnels travaillant à l’Hôpital du Suroît traitent maintenant les personnes présentant des symptômes et des patients affectés par la COVID-19. Des zones chaudes ont été aménagées et tous font de leur mieux afin d’offrir les meilleurs soins de santé possible.Mais la lutte n’est pas gagnée.

Illumination du centre hospitalier 

Afin de démontrer l’inconditionnel appui de ses donateurs, la Fondation de l’Hôpital du Suroît a décidé de poser un geste de solidarité envers tous ceux travaillant à l’Hôpital du Suroît et ceux y étant hospitalisés. Depuis hier, soit le 12 mai, deux façades de l’établissement de santé sont illuminées de faisceaux lumineux reprenant les couleurs du maintenant désigné symbole de la pandémie de COVID-19 : l’arc-en-ciel.

« Par ce geste, nous désirons offrir un baume dans l’esprit des gens de l’Hôpital du Suroît. Ces arcs-en-ciel ne sauvent pas de vie, mais ils représentent notre solidarité envers les travailleurs de première ligne. Ensemble, nous arriverons à nous en sortir », explique Michèle Cyr-Lemieux, directrice générale de la Fondation de l’Hôpital du Suroît.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.