Publicité
8 mars 2020 - 11:00

Journée de la femme

Marlyn Gauthier: savoir faire sa place dans un monde d'hommes

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

En cette Journée internationale des femmes, Néomédia Vaudreuil-Soulanges vous présente le portrait de cinq femmes qui, à leur façon, contribuent à faire rayonner la région. Elles sont enseignantes, bénévoles, préventionnistes, politiciennes et femmes d’affaires, ont à coeur leur communauté et travaillent chaque jour à la rendre meilleure.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Marlyn Gauthier, a toujours, grâce à son père, été dans une caserne d’incendie. Native de Saint-Polycarpe, elle a passé une grande partie de sa jeunesse à observer les pompiers en actions et à poser des questions sur les techniques et façon de faire en intervention. Aujourd’hui âgée de 33 ans, la mère de trois enfants est pompière depuis maintenant 14 ans, et vient tout juste d’être nommée lieutenant.

« Mon père, Alain Gauthier, a été pompier et directeur adjoint pour le service de sécurité incendie de Saint-Polycarpe durant 43 ans et il nous a transmis sa passion, à mon frère et à moi. Mon métier me permet de développer davantage mon côté humain, d’approfondir mes connaissances personnelles et me permet également de repousser mes limites et de mieux apprendre à me connaître à chaque intervention ».

Se servir de son vécu pour aider sa communauté

En tant que pompière et préventionniste, le travail de Marlyn Gauthier consiste à inspecter les bâtiments industriels, commerciaux et agricoles, à mettre en place des programmes de prévention et d’éducation du public, à effectuer des recherches de la cause et des circonstances lors d’incendies, à faire la vérification de plans pour les nouvelles constructions ou agrandissements et surtout, à répondre aux appels d’interventions des trois services incendie.

« De par la nature de notre travail, ma collègue Julie Dubois et moi, sommes amenés à mettre en place différents programmes et activités pour pallier à certains problèmes et lacunes que nous rencontrons lors de nos inspections et interventions. À chacun des projets qui ont été mis en place auprès des citoyens tout au long de ma carrière, je ressens une grande satisfaction de savoir que nos idées et notre vécu sur le terrain peuvent aider à apporter des changements positifs à la communauté et augmenter la sécurité de tous.  »

Savoir faire sa place

Pompière et préventionniste pour les municipalités de Saint-Clet, Saint-Polycarpe et Rivière-Beaudette, Marlyn Gauthier a su faire sa place dans cet univers masculin, qu’est une caserne d’incendie. « Dans une caserne, le genre masculin est couramment utilisé pour parler du personnel en caserne et de l’assignation des tâches de chacun. Même en comprenant le côté pratique de la chose, j’en suis venu à la réflexion qu’il était facile d’oublier son côté féminin en caserne. Ce côté m’apporte un regard différent lors d’intervention, sur les tâches à accomplir et sur la vie en caserne et je crois qu’il s’agit d’un élément très positif. »

« Au début de ma carrière de pompière, il m’a été plutôt difficile de bien m’intégrer dans ce monde d’hommes et de travail manuel, mais la Marlyn de 18 ans a su mettre des bouchées doubles et des efforts titanesques, tant d’un point de vue psychologique, que physique, pour faire sa place dans cet univers d’hommes. »

D’ailleurs, que dirait la pompière à la Marlyn de 18 ans? « Je lui dirais tout simplement merci. Merci d’avoir écouté la femme en elle; cette femme qui a su foncer et s’écouter. Mon histoire n’est qu’une parmi tant d’autres qui ont préparé l’univers des femmes qu’on connaît et qui continueront de le faire dans le futur. Profitons de cette journée internationale de la femme pour nous féliciter d’être les femmes que nous sommes et féliciter toutes celles qui s’aiment et s’écoutent », conclut la pompière.

À lire également

Cynthia Bilodeau:  Semer aujourd’hui pour voir fleurir demain

Julie Maheu: une entrepreneure inspirante et impliquée 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.