Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Vingt paramédics de la CÉTAM ont secouru les blessés

« Un accident de cet ampleur c’est très rare que cela se produise, mais nous étions prêts », Valérie Bélanger de la CÉTAM

Chargement du vidéo
durée 13h50
21 février 2020
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

De l’aveu même de la paramédic de la CÉTAM, Valérie Bélanger, les carambolages comme celui survenu sur l’autoroute 15 à La Prairie ce mercredi se produisent que très rarement. Celle qui a vécu cet accident de l’intérieur a accepté de se confier à Néomédia Valleyfield, deux jours après les événements qui ont coûté la vie à deux hommes.

« Je suis à l’emploi de la CÉTAM depuis sept ans et je n’avais jamais vécu un accident de cette ampleur. Les véhicules accidentés s’étendaient sur près de 1 kilomètre. Au total, vingt paramédics se sont rendus sur place pour porter secours aux nombreux blessés », explique d’entrée de jeu celle qui travaille autant au quotidien sur les territoires de Vaudreuil-Dorion et Salaberry-de-Valleyfield qu’ailleurs en Montérégie.

Dès qu’ils ont réalisé l’ampleur de l’accident, la CÉTAM a appelé tous les véhicules disponibles sur la route. « On a devancé des quarts de travail de certain pour avoir le maximum d’effectifs sur place, tout en ne négligeant pas le reste du territoire et les autres appels. »

Malgré l’envergure de l’accident, Mme Bélanger souligne que la CÉTAM était prête à intervenir sur cette scène. « Les mesures d’urgence sont déjà toutes préétablies et il ne reste plus qu’à les appliquer à la lettre. On connaît la marche à suivre dans une situation semblable. Lorsque je suis arrivée sur place pour faire les relations de presse, plusieurs blessés avaient déjà été évacués vers les centres hospitaliers de la région », ajoute-t-elle.

Concrètement, son rôle consistait à répondre aux nombreuses demandes des médias, et à assurer un lien entre les différents services d’urgence. « C’est difficile parfois de ne pas pouvoir porter secours aux victimes, mais chaque personne a des tâches à faire. D’autres collègues sur place s’affairaient à d’autres fonctions connexes comme la logistique, la gestion de la scène ou le triage des blessés. »

Une belle collaboration en temps de crise

Dans cette situation de crise, Mme Bélanger précise que tout un chacun a collaboré au meilleur de ses capacités pour faciliter le déplacement des blessés de la scène. « La Ville de La Prairie a mis sur pied un centre d’urgence où les conducteurs impliqués étaient transportés pour être observés par notre personnel sur place. Trois hôpitaux ont aussi accepté de recevoir les blessés et nos collègues ambulanciers de Demers sont venus nous prêter main-forte sur les lieux. Bref, tout le monde a fait preuve d’une belle solidarité », confie-t-elle.

Pour accélérer la prise en charge des blessés, la scène d’accident a été scindé en deux. « Des paramédics sont partis d’un côté et les autres de l’autre. Ç’a été assez facile somme toute et le triage des blessés s’est bien passé aussi. Tout le Québec a la même échelle pour trier les cas prioritaires. Parfois, c’était plus ardu d’atteindre les gens. Le plus difficile dans tout ça a sans contredit été le décès de deux personnes. On ne s’habitue jamais même si on sait qu’on a fait notre maximum pour les aider. »

Mais comment l’humain derrière le paramédic se remet d’une scène comme ça? « On est jamais prêt à vivre une scène comme celle-là. Mais après chaque événement de ce type, un superviseur s’intéresse à comment on va et s’assure qu’on est apte à reprendre la route. On en parle aussi ouvertement entre nous alors ça aide », mentionne-t-elle.

Un post-mortem pour revivre les événements à tête reposée

Au cours des prochains jours, la CÉTAM reviendra sur le carambolage, avec les partenaires impliqués (SQ, hôpitaux et autres) pour tenter de soulever les points forts et faibles de l’intervention. « C’est important si on veut s’améliorer pour la prochaine fois. On est dans cette analyse actuellement. »

Que retient Mme Bélanger de cet événement? « Que tout a bien été et que chacun savait quoi faire. Nos équipes ont fait un travail exceptionnel malgré le froid. Nous avons eu une collaboration extraordinaire des hôpitaux et de la Ville de La Prairie. Nous serons prêts pour le prochain, mais espérons que ce ne sera pas tout de suite », conclut-elle.

Au total, 140 véhicules auraient été impliqués dans l’incident et de ce nombre, la moitié a été accidenté. En entrevue vidéo, Mme Bélanger nous en dit un peu plus sur les événements.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

Sondage : pour quelle raison déménagez-vous cette année ?

Peut-être ferez parti de ces québécois qui empileront des boîtes, tasseront de l'électro et démonteront des meubles samedi prochain. Le 1er juillet s'en vient et pour beaucoup ce sera un nouveau départ.  Mais pourquoi déménagez-vous ? Qu'est ce qui vous motive à passer la journée à suer plutôt qu'à profiter de l'été qui s'installe enfin ...

24 juin 2022

Les feux d'artifice et les chiens ne font pas toujours bon ménage

Que serait la Fête nationale sans des feux d'artifice ? Si l'être humain a tendance à s'émerveiller devant ces explosions de lumières, les chiens quant à eux en sont bien souvent effrayés. La peur chez les animaux de compagnie peut se manifester de différentes façons. Tremblements, salivation excessive, bâillement, pleurnichage, grognement, ...

23 juin 2022

Un été en trois temps pour la Chambre de commerce et d'industrie de Beauharnois-Valleyfield-Haut-Saint-Laurent

C’est à l’occasion d’une activité prenant la formule d’un 5 à 7 que la Chambre de commerce et d’industrie Beauharnois-Valleyfield-Haut- Saint-Laurent a levé le voile sur sa programmation estivale 2022. Après une pause forcée de deux ans, la CCIBVHSL revient en force cette année avec une panoplie d’événements qui sauront plaire à tous. Un été ...