Publicité
6 février 2020 - 07:00

Local incendié à la fin de 2019

Campagne de financement pour soutenir un organisme de Salaberry-de-Valleyfield

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Dans la foulée d’un incendie criminel qui a détruit ses locaux à la fin de 2019, un organisme de Salaberry-de-Valleyfield lance une campagne de financement afin d’amasser des fonds pour poursuivre sa mission première. L’Atelier-Boutique Cré-Actions offre aux jeunes filles de 14 à 24 ans ayant des défis particuliers, un point de repère, un lieu sain et sécuritaire pour elles autour de la couture.

L’Atelier-Boutique Cré-Actions prenait place, jusqu’en décembre dernier, au 52 rue Nicholson, à Salaberry-de-Valleyfield. Dans ce lieu, les jeunes filles sans domicile fixe ou aux prises avec diverses problématiques, y trouvaient un ancrage dans la communauté.

Au total, deux couturières travaillent au sein de l’organisme où les jeunes filles aux prises avec des problématiques diverses (itinérance, drogues ou autres) ont pu tisser des liens avec les intervenantes de l’organisme et la clientèle de l’atelier-boutique ouverte aux intéressés. « Avant l’incendie, on offrait une vitrine à 26 artisans de la région, mais aussi du Québec, en mettant de l’avant leurs produits. C’est ce qu’on veut faire aussi dans notre nouveau local qui prendra place au 103 rue du Marché », précise Annick Sauvé, coordonnatrice de Justice Alternative du Suroît.

Dans un échéancier idéal, l’organisme aimerait ouvrir son nouveau local à la mi-mars. Mais le déménagement nécessitera des coûts importants. « On espère amasser avec cette initiative, environ 30 000$. Ce montant sera investi dans l’aménagement de notre nouveau pied-à-terre situé près de l’ancien. Pour le moment, on occupe un petit espace à La Factrie, mais chaque jour qui passe nous fait perdre des revenus. Pour le moment, il n’y a heureusement pas eu de coupures de postes. »

Notons que quelques jours avant l’incendie, l’organisme accueillait 63 jeunes femmes, bénéficiaires de ses services. « On connaît une ascension de notre clientèle depuis quelques années. C’est pour ça qu’on veut rouvrir au plus vite, pour continuer à les soutenir. »

Quatre rendez-vous bénéfices

Au cours des prochains mois, la population pourra soutenir l’organisme via différentes activités qui débuteront dès ce vendredi 7 février chez Chaise et Cie. L’entreprise de Salaberry-de-Valleyfield deviendra le point de chute d’une collecte de vieux jeans usagés qui seront revendus au profit de l’oeuvre de bienfaisance, aujourd’hui orpheline de toit.

Le 15 février, une soirée d’improvisation prendra place à La Factrie pour les intéressés par cet art verbal sans filet. Le 6 mars, c’est en musique que seront amassés des fonds au profit de l’Atelier-Boutique Cré-Actions. Un 5 à 7 musical se tiendra à la Librairie Côté gauche située au 33 rue du Marché.

Enfin, le 12 mars, les dents sucrées pourront combler leurs papilles gustatives lors d’un souper au Restaurant Jazz sous la thématique de l’érable et de la cabane à sucre.

Les entreprises aussi contributaires

Il n’y a pas que des particuliers qui peuvent soutenir l’organisme, les entreprises de la région aussi. C’est d’ailleurs la Caisse Desjardins de Salaberry-de-Valleyfield qui part le bal avec un chèque de 5000$ remis à l’organisme.

« Nous tenions à poser ce geste concret qui témoigne de l’impact majeur de cet organisme, et de bien d’autres, sur la vie de nos membres, clients et de la communauté dans son ensemble. Nous avons une entente triennale avec l’organisme qui sera bonifiée en lien avec le triste événement de décembre dernier », précise le directeur général de l’institution financière, Gino Napoleoni.

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.