Publicité

13 janvier 2020 - 12:30

Être au bon endroit au bon moment

Un jeune homme de 17 ans sauve la vie d’une résidente de Sainte-Marthe

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

« J’ai seulement fait ce que j’avais à faire, rien de plus. »  Pour la famille d’Yvette Gingras, Marc-André Lachapelle a fait bien plus que ce qu’il devait faire. Il a sauvé la vie d’une mère, d’une soeur, d’une grand-maman, d’une tante, d’une amoureuse.  Âgé de 17 ans, étudiant en sciences humaines au Collège de Valleyfield et habitant Saint-Zotique, Marc-André Lachapelle était loin de se douter que ses notions de sauvetage lui seraient utiles un matin froid de janvier 2020

Le dimanche 5 janvier 2020, 7 h 45, route 201, coin Saint-Henri à Sainte-Marthe. Si Marc-André Lachapelle avait seulement tourné un kilomètre avant comme lui proposait son ami, l’histoire aurait possiblement été tragique. « Je me rendais au travail, au Mont Rigaud. Pour m’y rendre, je prends toujours la route 201 et je tourne au chemin Saint-Henri. Ce matin là, mon ami me disait que le chemin le plus rapide était en passant par Saint-Guillaume. Bref, nous avons voulu tester qui de nous deux allait arriver en premier au travail. Il a donc décidé de prendre Saint-Guillaume et moi, j'ai continué pour prendre mon chemin habituel.»

Près de l’intersection de la route 201 et du chemin Saint-Henri, une voiture est arrêtée et un homme sort une dame de la voiture et la couche au sol. « Dès que j’ai vu la dame par terre, je me suis arrêté », explique-t-il. « Comme je portais ma veste de sauveteur, j’ai enlevé mon manteau, j’ai montré mon insigne à l’homme et tout de suite, j’ai pratiqué les manoeuvres de réanimation en attendant les premiers répondants. » 

Treize minutes qui sauvent une vie

Marc-André Lachapelle a effectué un massage cardiaque externe, durant plus d'une dizaine de minutes en attendant les premiers répondants. « Il était 7 h 45 quand j’ai commencé et les premiers répondants sont arrivés vers 7 h 58. J’ai demandé s’ils voulaient prendre le relais, mais ils m’ont laissé terminer ma série et ensuite ils ont pris la dame en charge. »

Les premiers répondants de Sainte-Marthe, les pompiers et les ambulanciers se sont rendus sur place afin de venir en aide à la victime. C’est finalement à l’aide d’un défibrillateur que le coeur d'Yvette s’est remis à battre. « Je n’ai pas réussi à lui faire reprendre conscience, mais quand elle est partie en ambulance, elle avait un pouls et c’est tout ce qui comptait pour moi. »

« J’ai seulement fait ce que j’avais à faire »

Pour la famille d’Yvette Gingras, Marc-André est un héros, un ange. « S’il n’était pas passé par là, s’il n’avait pas eu la décence de s’arrêter, je ne crois pas que ma soeur serait encore avec nous aujourd’hui », explique Alain Gingras, le frère de la victime. « Pourtant, je n’ai fait que ce que j’avais à faire. Pour moi, il était tout simplement normal de m’arrêter et de venir en aide », ajoute le jeune homme. 

« Ma famille et moi lui en serons éternellement reconnaissants. Marc-André fait désormais partie de notre famille et je sais très bien qu’une fois ma soeur remise sur pied, elle voudra rencontrer celui qui lui a sauvé la vie », ajoute M. Gingras, lors de notre rencontre avec Marc-André. 

Un événement qui marquera toute une vie

Si le matin du 5 janvier restera à jamais dans la mémoire de la famille d’Alain, il le sera également dans celle de Marc-André. « J’hésitais entre aller étudier en technique policière ou devenir ambulancier. Mon choix s’est fait ce matin-là. De réaliser ce que j’étais capable de faire et de sauver une vie m’a confirmé mon choix de carrière », souligne l’étudiant au Collège de Valleyfield. 

Pour la résidente de Sainte-Marthe, elle est toujours aux soins intensifs, mais son état est stable. Âgée de 51 ans, Yvette Gingras a été victime d’un arrêt cardiorespiratoire qui aurait pu lui être fatal si ça n’avait pas été de la vivacité d’esprit et de l’altruisme d’un jeune homme de 17 ans qui s’est littéralement trouvé au bon endroit au bon moment. Comme quoi le destin fait bien les choses.



 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.