Publicité
2 octobre 2019 - 07:00 | Mis à jour : 08:14

Une activité portes ouvertes était organisée samedi dernier

Hydro-Québec investit 63 M$ dans la réfection de la digue de la centrale de Les Cèdres

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

D’ici le printemps 2022, Hydro-Québec investira 63 M$ dans la réfection de la digue de la centrale  hydroélectrique de Les Cèdres. Le samedi 28 septembre dernier, la Société d’État tenait une activité portes ouvertes visant à expliquer le projet aux citoyens intéressés. 

Les résidents du secteur de Saint-Timothée à Salaberry-de-Valleyfield et de Les Cèdres, touchés par le projet de réfection, étaient attendus aux abords du chemin menant à la centrale de Les Cèdres de 11h à 15h. Sur place, Geneviève Lafortune et Pierre-Marc Rondeau, tous deux employés chez Hydro-Québec les attendaient pour les entretenir sur divers sujets. Les intéressés pouvaient même se rendre sur la digue afin de mieux comprendre en quoi les travaux, qui s’amorceront dans quelques jours, consistent et pourquoi ils sont nécessaires. 

« Ce projet est en cours depuis 2016 et il se terminera, si tout va comme prévu, au printemps 2022. Au fil des mois, quelques consultations publiques ont eu lieu afin d’informer les citoyens sur la nature des travaux. La rencontre de samedi dernier était dans cette optique. Au total, près de 85 personnes sont venues nous rendre visite », précise la conseillère en relations avec le milieu chez Hydro-Québec, Marie-France Barrette. 

Des travaux nécessaires 

La digue menant à la centrale de Les Cèdres, dont l’accès se fait uniquement par Salaberry-de-Valleyfield, est faite de matériaux granulaires. Elle a été construite en 1914, ce qui lui donne l’âge vénérable de 105 ans. « L’objectif des travaux en cours est d’assurer la pérennité de cet ouvrage en le renforçant et en minimisant l’érosion de celle-ci », ajoute-t-elle. 

Comment cette étape sera réalisée? En ajoutant des matériaux granulaires qui arriveront sur place par camions. Comme lors de tout projet, les impacts ne seront pas absents. « Les résidents du secteur remarqueront une circulation dense dans le secteur qui se traduira par le passage de 20 camions (10 allers et 10 retours) par heure. Mais les travaux seront effectués de jour du lundi au vendredi, à moins d’exception », rassure Mme Barrette qui précise que le chantier démarrera dans les prochains jours. 

Au quotidien, la digue située sur la rive droite de la centrale de Les Cèdres a un rôle important. Elle crée un canal d’amenée pour diriger l’eau vers la structure appartenant à Hydro-Québec pour lui permettre de faire son travail. 

Pas d’impacts sur la centrale de Les Cèdres 

De son côté, Pierre-Marc Rondeau, ingénieur en gestion de l'eau pour Hydro-Québec est catégorique: les travaux n’auront pas d’impacts sur la centrale de Les Cèdres et sur son débit. « Les visiteurs avaient aussi des questions sur la gestion des eaux et le Fleuve Saint-Laurent lors de l’activité portes ouvertes. Notons qu’on retrouve plusieurs de nos ouvrages dans la région de Vaudreuil-Soulanges et Beauharnois-Salaberry. Ceux-ci datent de 1914 à 1960 alors il est certain que d’autres travaux du genre se tiendront au cours des prochaines années », conclut-il. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.