Publicité
18 septembre 2019 - 14:00

Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes.

Trois expositions le 20 septembre pour redonner espoir aux femmes victimes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Saviez-vous qu’au Québec, une fille sur trois est victime d’agression sexuelle avant d’atteindre l’âge de 18 ans? Cette statistique demeure la même pour les femmes adultes. Pour redonner espoir aux femmes victimes de violence sexuelle, six organismes de la région tiendront une activité en simultané dans le cadre de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes.

Celle-ci se tiendra dans les MRC de Beauharnois-Salaberry, du Haut-Saint-Laurent et de Vaudreuil-Soulanges, le 20 septembre de 17h à 19h, à La Factrie de Salaberry-de-Valleyfield , au Centre culturel Barberivain de Sainte-Barbe et à La Posta Café Bistro de Coteau-du-Lac.

« L’objectif de ces vernissages tenus en même temps sera de briser les mythes et préjugés que l’on entend souvent lors qu’une victime raconte son histoire. Par exemple, tu portais un décolleté ou tu marchais seule le soir dehors. Par cette activité, on veut montrer aux victimes que ce n’est pas de leur faute et que c’est celle de l’agresseur », précise l’intervenante psychosociale au sein du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (C.A.L.A.C.S. La Vigie), Caroline Ménard.

Pour ce faire, des témoignages anonymes de femmes seront encadrés et exposés dans ces trois lieux. Le public est invité à se rendre dans l’un d’entre eux pour prendre connaissance de ces témoignages libérateurs. Des bouchées seront offertes sur place.

« Depuis le mouvement #metoo, nous avons connu une vague de dénonciation sans précédent. Au C.A.L.A.C.S La Vigie, nos demandes d’aide ont doublé en un an et n’ont pas diminué depuis. Avant, certaines victimes attendaient jusqu’à 13 ans après les faits pour dénoncer. Aujourd’hui, elles demandent de l’aide bien avant », ajoute Mme Ménard sous le regard approbateur de ses collègues du Centre D’Main de Femmes de Salaberry-de-Valleyfield, du Centre de Femmes La Moisson de L’Île-Perrot, d’Espace Suroît de Salaberry-de-Valleyfield, de la Résidence Elle du Haut-Saint-Laurent, de l’Accueil pour Elle et du Centre d’hébergement La Passerelle, organismes qui organisent conjointement le vernissage avec le C.A.L.A.C.S. La Vigie.

En terminant, voici quelques statistiques en lien avec la violence sexuelle faite aux femmes:

  • En 2012, 5 273 infractions sexuelles ont eu lieu;
  • 71 % des cas étaient des agressions sexuelles simples (qui ne causent pas ou presque pas de blessures corporelles à la victime;
  • Dans 83% des cas, la victime était une fille ou une femme;
  • Entre 72 % et 84 % des victimes connaissaient l’agresseur;
  • De 60 % à 72% des agressions avaient eu lieu dans une résidence privée;
  • 97 % des auteurs présumés des infractions sexuelles étaient de sexe masculin et la majorité d’entre eux étaient des adultes;
  • 10% des agressions sexuelles sont signalées à la police;
  • Entre 70 % et 85 % des agressions sont commises par des personnes connues de la victime;

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.