Publicité
6 septembre 2019 - 09:00

Station d'embarcation de sauvetage côtier à Saint-Zotique

La Garde côtière canadienne a maintenant un pied-à-terre dans la région

Par Jessica Brisson, Journaliste

La Garde côtière canadienne (GCC) qui effectue des opérations entre les écluses de Beauharnois au Québec et celle de Cornwall, en Ontario, a maintenant un pied-à-terre dans la région. Le 3 septembre, en collaboration avec la Municipalité de Saint-Zotique, elle a ouvert les portes de sa station d’embarcation de sauvetage côtier (ESC), le temps d’une soirée.

Lors de ces portes ouvertes, les médias ont eu le privilège de découvrir les installations de la GCC qui est établie à Saint-Zotique depuis le début de l’été et d’assister à la signature officielle de l’entente de principe.

Rappelons que cette entente de principe a été conclue avec le ministère fédéral responsable de la protection des eaux et de la gestion des pêches, des océans et des ressources d’eau douce du Canada, Pêches et Océans Canada, afin de permettre à ses employés d’occuper un bâtiment détenu par la Municipalité de Saint-Zotique. Celle-ci a permis la mise en place, d’une patrouille d’intervention pouvant arpenter le lac Saint-François pour assurer la sécurité des plaisanciers.

« La sécurité des plaisanciers a toujours été un enjeu important au sein de la municipalité, alors il nous fait plaisir de recevoir la station d’embarcation de sauvetage côtier de la Garde côtière canadienne chez nous, à Saint-Zotique. Un énorme travail de sensibilisation a été fait auprès des utilisateurs de notre descente à bateaux et nous espérons grandement que les gens prendront conscience des risques reliés à la plaisance », a souligné le maire de la municipalité de Saint-Zotique Yvon Chiasson.

Point stratégique pour la GCC, la Municipalité de Saint-Zotique permet d'effectuer des opérations entre les écluses de Beauharnois, au Québec et celle de Cornwall, en Ontario. La station de Saint-Zotique ne s’ajoute pas parmi les stations existantes, puisqu’elle remplace la station qui était établie à Bainsville en Ontario lors des 3 dernières saisons. « Son déménagement permet à la Garde côtière canadienne de consolider ses activités dans le secteur et rapproche les ressources de zones achalandées », mentionne le porte-parole du Service des communications de Pêches et Océans et de la Garde côtière canadienne. 

Jusqu’à présent, les équipages de la station de Saint-Zotique ont pris part à 46 missions de recherche et sauvetages et à deux exercices. Un de ces exercices était en collaboration avec les pompiers de la Municipalité pour rejoindre le plan en matière civile de cette dernière.

Que retrouve-t-on, en équipements et en effectifs humains, à Saint-Zotique ? 

« En période estivale, nous y retrouvons les mêmes ressources que dans les 5 autres stations d’ESC du Québec: c’est à dire une embarcation de type Zodiac 7,33 m avec 3 membres d’équipage. L’embarcation est bien équipée de tout le matériel de recherche et sauvetage nécessaire. Le programme d’ESC emploie des étudiants de niveau postsecondaire pour pouvoir offrir un service supplémentaire de recherche et sauvetage maritime. Le programme comprend 25 stations saisonnières à travers le Canada, dont six au Québec : Saint-Zotique, Vaudreuil-sur-le-Lac (lac des Deux-Montagnes), Beaconsfield, Longueuil, Sorel et Trois-Rivières », conclut le porte-parole de l'organisation.

Depuis le début du mois de septembre, une équipe de la GCC assure la surveillance des eaux les week-ends seulement. Dès que les eaux auront gelé, les membres du Service des incendies de la municipalité prendront le relais. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.