Publicité
12 juillet 2019 - 06:00

Camp de jour pour jeunes aux besoins particuliers

Trois instances politiques s'unissent pour relancer le Camp Bosco

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

De l’aveu de plusieurs intervenants: le seul facteur qui freinait la relance du Camp Bosco, situé à Salaberry-de-Valleyfield, mais propriété de Coteau-du-Lac, était la mésentente entre les deux localités. En ce mercredi 10 juillet, ce n’est plus un problème puisque les deux municipalités, ainsi que le gouvernement du Québec, annonce la reprise officielle des activités du Camp Bosco.  

« C’est avec une grande fierté que je participe à cette annonce aujourd’hui, car la relance du Camp Bosco a été l’un de mes premiers engagements électoraux. Il était impératif de tenter de ranimer ce site qui a toujours été si intégré dans notre communauté. Un lieu unique tant par son environnement que par sa tradition communautaire », a souligné Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield.

Malgré sa fermeture définitive depuis quelques années déjà, l’endroit accueille cet été 100 enfants, dont la moitié sont aux prises avec des besoins particuliers. «  Cette entente représente un grand bénéfice communautaire pour chacune de nos villes et permettra de rendre accessible ce lieu d’une beauté exceptionnelle autant aux citoyens de la MRC de Beauharnois-Salaberry que de ceux de Vaudreuil-Soulanges. Il faut dire que ce lieu fait partie du paysage de la région depuis 80 ans maintenant », a mentionné pour sa part la mairesse de Coteau-du-Lac, Andrée Brosseau.

Une particularité unique au coeur du litige

Par le passé, on a tenté à quelques reprises d’assurer la pérennité du lieu paradisiaque où le chant des oiseaux domine. Mais un facteur important bloquait cette volonté: l’endroit n’est accessible que par Salaberry-de-Valleyfield, mais l’île sur laquelle il se situe fait partie du territoire de la Ville de Coteau-du-Lac.

Une entente entre les municipalités voisines, quant à la gestion du territoire, était donc nécessaire comme préalable à tout projet. Salaberry-de-Valleyfield dépose ainsi son projet de loi d’intérêt privé, afin de pouvoir se porter acquéreur du terrain. Ce dernier demeurera sur le territoire de la Ville de Coteau-du-Lac, mais appartiendra à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield.

La mairesse de Coteau-du-Lac souligne ce moment historique : « Aujourd’hui, Coteau-du-Lac est très fière de vous présenter cette entente, qui relancera ainsi les activités et les services offerts par le Camp Bosco, comme un moment historique. De plus, le conseil d’administration du Camp Bosco représentera à parts égales la Ville de Coteau-du-Lac et la Ville de Salaberry-de-Valleyfield. Du fait que le terrain demeure sur le territoire de Coteau-du-Lac, notre service de l’urbanisme recevra toutes les demandes de projet relatives à la délivrance de permis en conformité avec nos règlements et ceux de notre MRC. Un beau partenariat et un bel avenir viennent de se dessiner pour le Camp Bosco! »

Un projet à portée régionale

La forte croissance du développement des secteurs résidentiels de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield et des villes avoisinantes accentue le besoin de redonner à l’ensemble de la communauté cet espace vert aménagé. Pour le président du comité de relance, François Therrien, la vision du Camp Bosco est claire : le site doit maintenir sa mission première, tout en étendant l’offre de service, pour assurer la pérennité de la gestion du site.

« Notre souhait est de faire du Camp Bosco un centre de plein air, qui sera le résultat de la mobilisation des acteurs du milieu et de la communauté. Nous voulons d’un projet inspirant et structurant afin de garantir un bel avenir au Camp Bosco », a exposé monsieur Therrien.

Le comité de relance entend prioriser la rénovation des bâtiments déjà établis sur le site et l’aménagement de sentiers pédestres pour tirer profit de la beauté naturelle du Camp. L’objectif est de proposer des services diversifiés à longueur d'année pour exploiter le plein potentiel des installations.

Dans cette optique, le député de Beauharnois, Claude Reid, flanqué de sa collègue de Soulanges, Marilyne Picard ont confirmé l’octroi d’une subvention de 316 325$ visant à soutenir la relance de l’endroit apprécié par plusieurs.

Cet investissement d permettra notamment la rénovation de la salle communautaire du Camp par la réalisation de travaux pour le remplacement du système de chauffage et de climatisation, par le changement des portes et fenêtres ainsi que la réparation du revêtement extérieur. Par ailleurs, le comité de relance du Camp Bosco pourra également mettre à jour son plan d’affaires pour assurer l’avenir et la pérennité de ce magnifique site situé sur les rives du fleuve Saint-Laurent.

En terminant, la mairesse de Coteau-du-Lac, Andrée Brosseau et le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux expliquent l'importance du Camp Bosco pour leurs municipalités respectives. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.