Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Vaccination des jeunes enfants: l'éducation sera la clé, disent des experts

durée 06h00
17 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Le simple fait de penser que son enfant de deux ans pourra recevoir son premier vaccin contre la COVID-19 suffit pour que Katie Gibbs pousse un soupir de soulagement.

Plus d'un an et demi après que le Canada a commencé à distribuer le vaccin contre la COVID-19, la mère de deux enfants d'Ottawa dit que sa famille évite toujours de socialiser à l'intérieur par souci pour sa plus jeune enfant, non immunisée.

Mme Gibbs fait partie des nombreux parents qui ont accueilli avec enthousiasme l'approbation fédérale, jeudi, d'un vaccin contre la COVID-19 pour les enfants de moins de cinq ans.

«Nous sommes vraiment impatients d'avoir la tranquillité d'esprit de savoir qu'elle bénéficie d'une certaine protection, a déclaré Mme Gibbs par téléphone, mercredi. La protection à laquelle tous les autres ont droit.»

Mais alors que les autorités ont approuvé le vaccin de Moderna pour les enfants âgés de six mois à cinq ans, certains parents ne sont pas convaincus qu'il vaille la peine d'aller faire vacciner leurs petits.

Agnieszka Jezyk a déclaré qu'elle n'était pas pressée de faire vacciner son fils de 18 mois, notant qu'elle et le tout-petit ont attrapé la COVID-19 alors qu'elle était complètement vaccinée et avait reçu une dose de rappel.

«Je ne pense tout simplement pas que cela en vaille la peine, a déclaré Mme Jezyk dans un parc de Toronto, mercredi. Mais je pense que c'est vraiment utile pour les personnes qui souffrent de problèmes de santé.»

Le taux de vaccination contre la COVID-19 relativement faible dans les groupes d'âge plus jeunes a soulevé des inquiétudes quant aux défis qui pourraient survenir dans le déploiement des vaccins pour les plus jeunes Canadiens.

Selon les chiffres fédéraux, seuls 56 % des enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu au moins une dose, comparativement à 85 % de la population totale.

«Ce que nous avons vu, c'est que pour les groupes d'âge plus jeunes, il y a eu plus d'hésitation face aux vaccins, a déclaré la Dre Shelley Deeks, médecin-hygiéniste en chef adjointe de la Nouvelle-Écosse, lors d'une conférence de presse, jeudi. Nous ne savons pas quelle sera l'adhésion pour ce groupe d'âge.»

La province recommande le vaccin, qui devrait être déployé en août, et encourage les parents à poser des questions à leur fournisseur de soins de santé lorsqu'ils prennent des décisions de vaccination pour leur famille, a indiqué la Dre Deeks.

Le Dr Jeff Kwong, professeur de médecine familiale et de santé publique à l'Université de Toronto, a déclaré qu'il comprend que les parents ne veulent que le meilleur pour leurs enfants, mais une analyse des risques et des avantages indique clairement qu'il est préférable de les vacciner contre la COVID-19.

«Nous connaissons les méfaits de la COVID. Et nous savons que ces vaccins sont efficaces (...) chez les adultes pour prévenir les maladies graves, a déclaré le Dr Kwong mercredi. Nous voulons juste protéger votre enfant contre les conséquences graves.»

Les enfants ont tendance à avoir des symptômes de COVID-19 plus légers, a souligné le Dr Kwong, mais les parents ne devraient pas écarter les risques d'infection, qui, dans de rares cas, peuvent entraîner une maladie grave et une hospitalisation.

Il y a aussi des inquiétudes concernant les effets à long terme sur la santé, a-t-il ajouté, en particulier avec tant d'inconnu sur les effets des infections à répétition.

Il n'y a aucune raison de croire que les enfants sont plus susceptibles de souffrir d'effets secondaires graves dus au vaccin, qui ont été très rares chez les adultes, a-t-il déclaré.

Les travailleurs de la santé, tels que les pédiatres et les pharmaciens, ont un rôle important à jouer dans l'éducation des parents sur les avantages de la vaccination, estime le Dr Kwong.

Mais il a dit qu'il craignait que certains de ces fournisseurs de confiance ne manquent de temps et de ressources pour répondre aux préoccupations des parents.

«Les gens sont fatigués et ils sont surchargés de travail, a-t-il déclaré. Il faut beaucoup d'efforts pour éduquer les gens.»

La communicatrice scientifique Samantha Yammine a affirmé qu'il existe de nombreuses informations sur la question en ligne, avertissant les parents de vérifier si la source est crédible.

Mme Yammine a également rappelé aux gens que l'organisme de réglementation des médicaments du Canada avait procédé à un examen rigoureux de la demande d'autorisation de Moderna, notant que la décision avait été prise environ un mois après que les États-Unis ont donné le feu vert au vaccin.

«Je pense qu'il est important que les parents sachent que beaucoup de choses entrent dans cette décision, a-t-elle déclaré. Certains parents se sont peut-être sentis frustrés que notre processus d'examen ait pris un peu plus de temps.»

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


26 septembre 2022

Contraception orale d'urgence: une capsule vidéo pour mieux guider

Décidément, il existe des journées mondiales pour tous les sujets. Si certaines thématiques peuvent sembler loufoques, d’autres ont définitivement leur raison d’être. C’est d’ailleurs le cas aujourd’hui en cette Journée mondiale de la contraception. On pourrait la croire facilement accessible, pourtant, ce n’est toujours pas le cas, et ce, même ...

7 septembre 2022

Le vaccin bivalent accessible dès demain

Le directeur de la Santé publique, le Dr Luc Boileau a tenu une conférence de presse pour annoncer l’arrivée du vaccin bivalent et faire le point sur la situation sur la COVID-19.  Malgré la rentrée scolaire et la reprise des activités, les experts remarquent que le nombre de cas est toujours en baisse, ainsi que l’absentéisme du côté du ...

22 août 2022

Pfizer: Santé Canada autorise une dose de rappel pour les enfants de 5 à 11 ans

Santé Canada autorise une dose de rappel du vaccin Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.  Il s’agit du premier vaccin contre la COVID-19 autorisé comme dose de rappel dans ce groupe d’âge.   Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) la recommande « après un intervalle d’au moins 6 mois après la fin d’une série ...