Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Influenza H5N1

Grippe aviaire : les propriétaires de volaille doivent être vigilants

durée 10h00
20 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Michel Lhomme, Journaliste

Sa réapparition date de décembre dernier, mais, en plein vague de COVID et à l’approche du temps des fêtes, le phénomène n’a pas fait les gros titres. Pourtant le virus H5N1 est bien de retour au Québec.

De quoi parle-t-on exactement ? L’influenza aviaire H5N1 est un virus mortel qui touche les oiseaux. Extrêmement contagieux entre volatiles, il est très difficilement transmissible à l’homme. Toutefois, afin d’éviter tous risques inutiles, la santé publique recommande de ne pas toucher aux oiseaux possiblement contaminés.

Près de chez nous, ce virus a été détecté sur des oiseaux sauvages de plusieurs provinces du Canada et des États-Unis. D’ailleurs, à tort ou à raison, sur les réseaux sociaux, plusieurs d’entre vous se sont étonnés d’un nombre inhabituellement élevé d’oiseaux retrouvés morts ou très mal en point au cours des dernières semaines. Pour autant, en date du 1er avril, seuls 3 oiseaux sauvages avaient été officiellement déclarés au Québec (en Montérégie et en Estrie).

Plus inquiétants, des oiseaux d’élevage ont également été déclarés positifs en Ontario, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et aux États-Unis. Or, il est essentiel d’éviter la contagion aux oiseaux d’élevage ou même à nos animaux domestiques. Cela pourrait évidemment décimer nos élevages (avec les conséquences alimentaires et économiques qu’on imagine) mais aussi fragiliser la barrière homme-animal qui nous protège encore du virus.

Les propriétaires d'oiseaux sont invités à être vigilants. « Surveillez attentivement l’état de santé de vos oiseaux. En cas de mortalités inhabituelles ou d’autres signes de la maladie, consultez un médecin vétérinaire. Évitez d’approcher et de manipuler ces animaux en attendant les directives. Appliquez rigoureusement les mesures de prévention», indique-t-on dans certains avis émis par les autorités. 

Si la vigilance des professionnels du secteur est particulièrement requise pour éviter tout contact entre les oiseaux sauvages d’élevage et les oiseaux sauvages, la vigilance de toute la population est requise. Pour cela, il est demandé de signaler à votre vétérinaire tous cas qui pourraient vous sembler suspects. 

Si c’est impossible, composez le 1 844 ANIMAUX ou signalez les oiseaux sauvages malades ou morts sans délai en composant le 1 877 346-6763.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


7 septembre 2022

Le vaccin bivalent accessible dès demain

Le directeur de la Santé publique, le Dr Luc Boileau a tenu une conférence de presse pour annoncer l’arrivée du vaccin bivalent et faire le point sur la situation sur la COVID-19.  Malgré la rentrée scolaire et la reprise des activités, les experts remarquent que le nombre de cas est toujours en baisse, ainsi que l’absentéisme du côté du ...

22 août 2022

Pfizer: Santé Canada autorise une dose de rappel pour les enfants de 5 à 11 ans

Santé Canada autorise une dose de rappel du vaccin Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.  Il s’agit du premier vaccin contre la COVID-19 autorisé comme dose de rappel dans ce groupe d’âge.   Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) la recommande « après un intervalle d’au moins 6 mois après la fin d’une série ...

12 août 2022

Les femmes enceintes auraient moins d'effets secondaires du vaccin contre la COVID-19

Une nouvelle étude canadienne suggère que les femmes enceintes ont des effets secondaires moins graves après le vaccin contre la COVID-19 que les femmes qui ne sont pas enceintes. Le Réseau national canadien pour la sécurité des vaccins a recueilli des données auprès de 191 360 femmes vaccinées âgées de 15 à 49 ans entre décembre 2020 et novembre ...