Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

En Montérégie, le nombre de patients atteints de la maladie a augmenté de 50 %

La maladie de Lyme gagne du terrain dans la région

durée 08h00
7 juin 2022
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

5 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Les tiques infectées par la bactérie qui cause la maladie de Lyme connaissent une importante progression depuis quelques années, et ce, même sur le territoire de Beauharnois-Salaberry. 

D’ailleurs, depuis plusieurs semaines, les réseaux sociaux débordent de citoyens se questionnant sur la situation. Beaucoup ont indiqué avoir remarqué une augmentation du nombre de tiques dans la région.

Selon les plus récentes données, les hivers plus doux des dernières années expliqueraient cette progression des tiques. L’adoucissement du climat permettrait aux insectes de survivre et de se développer plus facilement. Des chercheurs estiment même que d’une année à l’autre, la situation des tiques sera pire que l’année précédente.

Au Québec, depuis 2003, la maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire. Par conséquent, les médecins et les gestionnaires de laboratoires qui détectent un cas de maladie de Lyme doivent obligatoirement en aviser la Santé publique. En Montérégie, le nombre de patients atteints de la maladie a augmenté de 50 %, passant d’une centaine en 2018 à 147 en 2021.

Malgré la hausse du nombre de tiques en Montérégie, la directrice de la santé publique de la Montérégie, la Dre Julie Loslier, se veut rassurante.  « Ça ne devrait toutefois pas vous empêcher de pratiquer des activités extérieures comme marcher, jardiner ou participer à des randonnées. Il suffit de poser des gestes simples pour profiter de ces activités sans s’inquiéter».

Une carte publiée en 2021 par la Direction de santé publique de la Montérégie permet de de voir où se trouvent les régions présentant un risque élevé de présence de tiques et si un traitement est requis. Selon ladite carte, deux des sept municipalités de la MRC de Beauharnois-Salaberry présentent un risque élevé et endémique et un traitement à la prophylaxie post-exposition est nécessaire pour les citoyens infectés. Les voici:

- Ville de Salaberry-de-Valleyfield;

- Municipalité de Saint-Étienne-de-Beauharnois; 

Pour les autres localités, soit Beauharnois, Sainte-Martine, Saint-Urbain-Premier, Saint-Stanislas-de-Kostka et Saint-Louis-de-Gonzague, les risques demeurent élevés, mais un traitement à la prophylaxie post-exposition est non nécessaire pour les citoyens infectés. Il est toutefois important de faire analyser la tique.

Une maladie qui se traite bien, mais difficile à détecter

Puisque la piqûre de tique est généralement sans douleur ni démangeaisons, il est difficile de détecter la piqûre, et donc, la tique. Il arrive même que certains patients n’aient jamais remarqué avoir été piqués par une tique.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, pour transmettre la maladie, la tique doit être porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi. À la suite d’une piqûre de tique, le risque de développer la maladie de Lyme est très faible si la tique reste accrochée à la peau moins de 24 heures, et ce, même si vous avez été piqué dans un des secteurs à haut risque. Toutefois, ce risque augmente si la tique reste accrochée plus longtemps. Il est donc important de retirer la tique de la peau le plus rapidement possible.

Le premier signe de la maladie de Lyme est une rougeur sur la peau qui s’étend sur 5 cm ou plus. Les autres symptômes les plus courants sont : de la fatigue, de la fièvre et des douleurs musculaires ou articulaires. La maladie se traite bien avec un antibiotique à condition, bien entendu, d’être traitée rapidement. 

La nature et la durée du traitement dépendent du stade de l’infection et des symptômes présents. D’ailleurs, depuis quelques années, les pharmaciens de la Montérégie peuvent prescrire un médicament préventif aux gens qui ont été piqués par une tique si celle-ci est restée accrochée à leur peau pendant plus de 24 heures. Le médicament préventif pourrait empêcher la maladie de se développer.  Toutefois, certains symptômes persistent parfois plusieurs mois après le traitement.

Si la maladie n’a pas été détectée et traitée rapidement, elle peut causer des problèmes à d’autres organes ou parties du corps, par exemple :

  • des problèmes aux articulations;
  • des problèmes cardiaques;
  • des problèmes neurologiques.
  • Apparition de plusieurs rougeurs qui s’étendent sur la peau, avec peu, ou pas, de douleur ou de démangeaison;
  • Paralysie du visage, engourdissement d’un membre, douleur à la nuque, maux de tête importants;
  • Enflure peu douloureuse à une ou plusieurs articulations (par exemple, au genou);
  • Douleur à la poitrine, palpitations ou étourdissements.

Ces problèmes peuvent apparaître dans les semaines ou les mois qui suivent la piqûre.

Protection et prévention

Les tiques ne sautent pas, ne volent pas et ne se laissent pas tomber d’une surface en hauteur. Elles peuvent cependant s’agripper lorsque vous êtes en contact avec des végétaux dans un jardin, un aménagement paysager, dans les forêts, les boisés et les herbes hautes.

En promenade, pour éviter les piqûres de tiques :

  • marchez de préférence dans les sentiers et évitez les herbes hautes;
  • utilisez un chasse-moustiques sur les parties exposées de votre corps, en évitant le visage. Suivez bien les modes d’utilisation des chasse-moustiques;
  • portez un chapeau, des souliers fermés et des vêtements longs;
  • entrez votre chandail dans votre pantalon;
  • entrez le bas de votre pantalon dans vos chaussettes ou vos bottes;
  • portez des vêtements de couleurs claires lors de vos promenades. Les couleurs claires rendent les tiques plus visibles.

Au retour d’une activité extérieure, pour repérer une tique :

  • examinez tout votre corps;
  • prenez un bain ou une douche dès que possible, idéalement dans les 2 heures suivant l’activité extérieure;
  • faites-vous aider par une autre personne ou utilisez un miroir pour examiner les parties moins visibles comme le dos. Profitez aussi de l’heure du bain pour examiner les enfants;
  • examinez votre équipement (sac à dos, manteau, etc.).
  • éliminez les tiques sur vos vêtements en mettant ceux-ci dans la sécheuse à température élevée pendant 10 minutes.
  • examinez aussi vos animaux de compagnie, car ils peuvent faire entrer des tiques dans votre maison.

Pour réduire la présence des tiques dans votre environnement :

  • coupez les herbes hautes et les broussailles autour de votre maison, et tondez votre gazon;
  • enlevez les feuilles mortes, les broussailles et les mauvaises herbes qui se trouvent sur la pelouse et au bord des réserves de bois et du cabanon;
  • aménagez des sentiers en copeaux de bois ou en gravier entre les zones boisées et les pelouses, les patios et les aires de jeu. Les sentiers devraient avoir une largeur d’au moins 3 mètres;
  • aménagez les aires de jeux loin des arbres, dans un endroit ensoleillé;
  •  
  • empilez le bois avec soin, à l’abri et au sec. Cela peut éloigner les rongeurs, qui attirent les tiques. Débarrassez votre cour des vieux meubles et accessoires.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter: quebec.ca/lyme  ou  maladiedelymemonteregie.com.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Opioïdes: les jeunes disent manquer de ressources

Les adolescents qui doivent prendre des opioïdes pour des problèmes de santé affirment manquer de ressources pour gérer adéquatement leur médication, ont constaté des chercheurs montréalais qui ont participé à une vaste étude pancanadienne. Des centres de santé et des organismes de Montréal, de Toronto, d'Halifax, de Calgary et de Vancouver ont ...

29 juillet 2022

« Vivre avec le virus, ne veut pas dire de vivre comme s'il n'y avait plus »

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau, s’est à nouveau présenté devant les journalistes pour faire un point sur la situation actuelle concernant la COVID-19. Il a débuté en mentionnant qu’il y avait eu dans les dernières semaines une augmentation des cas dans les hôpitaux, mais que la majorité s’était présentée pour des ...

26 juillet 2022

Cannabis : Mieux comprendre les risques liés à l'usage des produits comestibles

Alors que des produits comestibles contenant du cannabis sont disponibles depuis peu dans les succursales de la SQDC, le comité de vigilance sur le cannabis demande qu’une analyse soit faite afin de mieux comprendre les comportements de consommation des usagers et d’informer la population des risques liés à l’usage des produits alimentaires ...