X
Rechercher
Publicité

Le contrat de travail débutait le 1er avril 2020

L’APTS signe sa nouvelle convention collective effective jusqu'en mars 2023

durée 07h00
26 janvier 2022
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a signé ce mardi matin sa nouvelle convention collective avec le gouvernement du Québec, qui entrera en vigueur le 30 janvier 2022.

Cette signature termine un processus qui s’est étalé sur plus de deux ans, dans un contexte d’urgence sanitaire qui a démontré toute la fragilité du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) et la surcharge de travail des salariés qui le tiennent à bout de bras. Ce contrat de travail couvre la période qui s’étend du 1er avril 2020 au 31 mars 2023.

« Nous n’avons jamais arrêté de revendiquer de meilleures conditions de travail pour l’ensemble des professionnels et des techniciens du RSSS. Grâce à leur mobilisation sans précédent, à l’implication constante des personnes représentantes syndicales et au travail acharné de notre personnel, nous avons amélioré leurs conditions de travail et d’exercice. Mais ce qui ressort de la pandémie, c’est surtout qu’il faudra poursuivre le travail pour faire reconnaître à sa juste valeur l’expertise de nos membres et assurer à la population des soins et des services gratuits et de qualité grâce à un réseau public accessible et humain », a déclaré Tasmine Esmail représentante national de l’APTS pour le CISSS de la Montérégie Ouest.

L’APTS s’est battue non seulement pour ses membres, mais aussi pour l’ensemble des techniciens et des professionnels du RSSS. Les gains obtenus par l’APTS à la suite des journées de grève et de la reprise des négociations à l’automne ont bonifié les conditions de travail dans tous les établissements du RSSS, même après que d’autres organisations syndicales aient entériné leur entente de principe, voire signé leur nouvelle convention collective. C’est entre autres le cas de la conversion de prime en congé pour les intervenants en centre jeunesse ou de l’ajout des montants forfaitaires pour le personnel des laboratoires et du domaine de l’imagerie médicale.

« Cette négociation est désormais derrière nous. Nous devons maintenant préparer le prochain cycle, qui débutera cet automne, avec le dépôt de nos demandes au gouvernement du Québec au mois d’octobre. Encore une fois, l’APTS misera sur la reconnaissance et la valorisation de la totalité des titres d’emploi qu’elle représente et qui se trouvent dans tous les secteurs du RSSS. Cette diversité est notre force, et c’est lorsque nous sommes ensemble que nous obtenons le plus de gains pour le personnel professionnel et technique », a conclu Patrice St-Onge président de l’APTS du CISSS Montérégie Ouest.

Dans les prochains jours, l’APTS fera parvenir à ses membres les diverses modalités de la mise en application de la convention, dont celles concernant les versements des différents montants forfaitaires ainsi que de la rétroactivité salariale.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


COVID-19 : la situation épidémiologique s'améliore, dit le Dr Luc Boileau

Le directeur par intérim de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau a tenu un point de presse pour annoncer que la situation épidémiologique était encourageante. En effet, les cas de COVID-19, les hospitalisations et le nombre de travailleurs de la santé absents dû au virus sont en constante diminution. Les prédictions faites par ...

Chirurgie: les délais s'améliorent, dit un rapport

Les temps d’attente pour une chirurgie, qui ont fait couler beaucoup d’encre depuis le début de la pandémie, s’améliorent grandement, constate un nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). La plupart des interventions chirurgicales urgentes sont maintenant pratiquées à l’intérieur des délais recommandés, indique le ...

La pression s'accentue sur Dubé afin qu'il élargisse l'aide médicale à mourir

La pression s’accentue sur le ministre de la Santé, Christian Dubé, afin qu’il dépose un projet de loi pour élargir l’aide médicale à mourir (AMM) aux personnes souffrant d’Alzheimer. Jeudi, l’opposition a tenu un point de presse conjoint avec Sandra Demontigny, elle−même atteinte d’une forme précoce d’Alzheimer, et Georges L’Espérance, de ...