X
Rechercher
Publicité

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS)

Des prévisions inquiétantes, mais plusieurs questionnements sur les hospitalisations

durée 07h00
7 janvier 2022

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a rendu disponible la plus récente mise à jour des analyses qu’il produit de manière hebdomadaire.

Le rapport sur les risques d'hospitalisation s'appuie sur le nombre de cas positifs déclarés.

Cependant, le plafonnement des capacités de dépistage observé au cours de la dernière semaine sous-estime désormais de façon importante le nombre de cas réels.

Pour cette raison l'INESSS n'est plus en mesure de produire de façon fiable ce rapport de prédiction.

Comme la semaine passée, l'INESSS a produit deux modèles de projections, en raison de la croissance rapide des hospitalisations.

Le premier se base sur les taux de croissance moyens tandis que le second repose sur les données brutes afin de mieux prendre en compte l'augmentation rapide des hospitalisations, dans les derniers jours. Seules les projections pour le Québec dans son ensemble sont disponibles.

À partir des données colligées jusqu'au 3 janvier 2022, et en dépit des incertitudes soulignées, les deux modèles convergent et prévoient toujours une croissance des nouvelles hospitalisations et de l'occupation conséquente des lits réguliers et de soins intensifs, au cours des deux prochaines semaines.

  • Pour les lits réguliers, les projections suggèrent que d'ici 2 semaines, l'occupation pour les patients COVID pourrait dépasser 3000 lits, soit bien au-delà du niveau 3 établi par le MSSS et des seuils observés lors des vagues précédentes.
  • Pour les lits aux soins intensifs, les projections prévoient également que d'ici 2 semaines, plus de 400 lits pourraient être occupés, soit, au-dessus du niveau 3 établi par le MSSS et au-delà des seuils observés lors des vagues précédentes.

Selon l'INESSS, il faut prendre en compte que plusieurs personnes sont hospitalisées pour une raison autre que la COVID mais sont ensuite déclarées positives (diagnostic secondaire) lors de leur admission ou durant leur séjour. 

Cette proportion pourrait représenter près de 50% des lits réguliers et plus de 15% des lits aux soins intensifs. Au-delà de la disponibilité des lits, d'autres facteurs influencent également la capacité hospitalière, notamment la disponibilité du personnel et du matériel.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


COVID-19 : la situation épidémiologique s'améliore, dit le Dr Luc Boileau

Le directeur par intérim de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau a tenu un point de presse pour annoncer que la situation épidémiologique était encourageante. En effet, les cas de COVID-19, les hospitalisations et le nombre de travailleurs de la santé absents dû au virus sont en constante diminution. Les prédictions faites par ...

Chirurgie: les délais s'améliorent, dit un rapport

Les temps d’attente pour une chirurgie, qui ont fait couler beaucoup d’encre depuis le début de la pandémie, s’améliorent grandement, constate un nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). La plupart des interventions chirurgicales urgentes sont maintenant pratiquées à l’intérieur des délais recommandés, indique le ...

La pression s'accentue sur Dubé afin qu'il élargisse l'aide médicale à mourir

La pression s’accentue sur le ministre de la Santé, Christian Dubé, afin qu’il dépose un projet de loi pour élargir l’aide médicale à mourir (AMM) aux personnes souffrant d’Alzheimer. Jeudi, l’opposition a tenu un point de presse conjoint avec Sandra Demontigny, elle−même atteinte d’une forme précoce d’Alzheimer, et Georges L’Espérance, de ...