Publicité

20 juillet 2021 - 08:00 | Mis à jour : 08:30

Lancement d'un appel d'offres

Qualité de l'air dans les écoles: Québec veut des lecteurs de CO2 dans toutes les classes

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Pour assurer un suivi de la qualité de l'air dans l'ensemble des écoles de la province, le ministère de l'Éducation à lancé un appel d'offres dans le but d'installer, dans toutes les classes préscolaires, primaires et secondaires ainsi qu'en formation professionnelle et à l'éducation des adultes, un lecteur de dioxyde de carbone (CO2).

Les données ainsi recueillies permettront de s'ajuster pour offrir le meilleur des environnements aux élèves et au personnel scolaire. Élaborée conjointement avec un comité technique composé d'un expert en ventilation et en qualité de l'air ainsi que de représentants des réseaux de l'éducation, cette vaste opération sera réalisée dès cet automne.

Ces tests visaient à déterminer si des mesures correctives étaient nécessaires. Le MEQ mentionne que les concentrations de CO₂ en deçà de 1 500 parties par million (ppm) sont acceptables, mais vise une cible de 1 000 ppm.

Un processus d’envergure

Le Ministère devait franchir plusieurs étapes avant le lancement de cet appel d'offres afin de s'assurer de trouver les solutions les plus adéquates. L'installation de plusieurs dizaines de milliers de lecteurs de concentration de CO2, de température et de taux d'humidité relative dans toutes les écoles du Québec est un processus d'envergure, qui requiert l'élaboration de protocoles et de directives d'interventions et la collaboration de diverses expertises de pointe.

Le Ministère a ainsi mis sur pied une structure de gouvernance, composée de trois comités :

- un comité stratégique, pour convenir des orientations, formé de représentants du Ministère, de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), de l'Association québécoise des cadres scolaires, de la Fédération des centres de services scolaires du Québec et de l'Association des directions générales scolaires du Québec;  

- un comité technique, pour analyser les enjeux sur le terrain et faire des recommandations, composé de représentants du Ministère, de la Fédération des centres de services scolaires du Québec, du réseau des centres de services scolaires et des commissions scolaires ainsi que de l'IRSST;

- un comité tripartite, mis à contribution pour commenter la démarche, formé de représentants :

- du ministère de l'Éducation;

- du ministère de la Santé et des Services sociaux et de l'Institut national de santé publique du Québec;

- de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail et de l'IRSST.

Le Ministère a retenu les services de l'expert indépendant Ali Bahloul, professeur associé et chercheur à l'IRSST, pour l'épauler dans l'élaboration des protocoles d'installation et d'utilisation des lecteurs. Avant de se lancer dans cette opération d'envergure, il a également réalisé deux projets pilotes qui ont été utilisés dans la préparation du devis technique de l'appel d'offres.

Ainsi, une fois les lecteurs reçus, et dans les semaines qui suivront, les lecteurs seront installés dans les écoles. En fonction des résultats de l'étude dévoilée le printemps dernier, une priorité d'installation sera accordée, aux écoles où les installations sont ventilées naturellement.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.